Se connecter
Devenir pilote de ligne

Devenir pilote de ligne


Qui n’a pas rêver un jour d’être pilote de ligne ? Le métier présente en effet de nombreux avantages car il permet de voyager partout dans le monde, de passer une partie de son temps au milieu des nuages et de profiter d’une rémunération très attractive. Beaucoup de prétendants mais peu d’élus car la sélection des pilotes de ligne est particulièrement rigoureuse. Espace Auto-entrepreneur a listé toutes les conditions nécessaires pour devenir pilote de ligne des formations aux statuts juridiques possibles.

Le métier de pilote de ligne

Le rôle du pilote de ligne

Quelque soit l’appareil sur lequel il vole (avions de tourisme, avions militaires, gros-porteurs, etc), le pilote de ligne a une grande responsabilité : celle de mener à bon port ses passagers ou sa marchandise. Avant le vol, il vérifie que l’appareil qui lui est affecté est en état, il prépare son plan de vol, il estime la quantité de carburant nécessaire pour faire son trajet et prépare ses instruments de navigation. Une fois en vol, il doit constamment communiquer avec la tour de contrôle pour vérifier l’état de l’espace aérien et justifier de sa position et de ses intentions, contrôler l’ordinateur de bord et les nombreux tableaux de bord installés dans le cockpit pour s’assurer que le vol se déroule comme prévu. Il doit en outre maintenir un cap et une altitude prévus à l’avance. Il est également à l’affût du moindre changement météorologique, brouillard, turbulences, tempêtes, qui pourrait mettre en péril ses passagers et son équipage. Il est en effet seul responsable à bord de la sécurité et a la pleine autorité civile et administrative de son avion. Enfin, au moment de l’atterrissage, il analyse comment aborder la piste et choisit l’angle et la vitesse adéquate pour se poser en toute sécurité.

Pilote de ligne : le profil idéal

Un bon pilote de ligne est un scientifique. Il doit notamment être parfaitement à l’aise avec les mathématiques et les lois physiques qui régissent l’aviation. Ses capacités d’analyse couplées à un fort sang-froid lui permettent de prendre les bonnes décisions et d’agir vite en cas de péril. Il doit également avoir une capacité de travail importante, tant pour réussir à mener à bien des études exigeantes que pour assumer les 70h de vol hebdomadaires qui l’attendent. Sa santé mentale et physique sera régulièrement testée durant sa carrière car il est exposé au stress, aux décalages horaires et à de nombreuses contraintes pesant sur sa vie familiale. Enfin, il excelle dans l’art du management et parle couramment anglais pour pouvoir communiquer dans la langue officielle de l’aviation mondiale.

Les possibilités d’exercice du pilote de ligne

La plupart des pilotes de ligne exercent au sein d’une compagnie aérienne. Ils démarrent leur carrière comme copilote puis, avec l’expérience et les années, peuvent évoluer pour devenir commandant de bord. Certains choisissent non pas d’exercer dans l’aviation civile mais au sein de l’armée de l’air. Enfin, quelques pilotes de ligne et pilotes d’avions de tourisme décident d’être indépendants.

Dans tous les cas, on estime qu’un pilote n’est employable qu’après avoir réalisé environ 500 heures de vol.

Ils évoluent dans des secteurs aussi variés que le fret, l’humanitaire, le secours, les opérations agricoles, les instructions en aéroclub ou encore la photographie aérienne.

Les formations pour devenir pilote de ligne

Il est conseillé à tous les prétendants pilotes de ligne de s’orienter vers un bac scientifique puis vers une CPGE scientifique, une classe préparatoire aux grandes écoles, pour une durée de deux ans. Il existe ensuite plusieurs cursus possibles qui correspondent tous à un Bac+5 à minima. Les pilotes de ligne seront ensuite soumis à une formation continue tout au long de leur carrière.

Les quatre voies les plus prisées sont :

  • la formation de l’armée de l’air. Une fois intégré au sein de l’armée de l’air, le futur pilote sera formé et pourra passer sa licence de pilote de chasse, de pilote d’hélicoptère ou encore de pilote d’avion de transport. Dans ce cas, l’armée financera intégralement la formation en échange d’un engagement dans leurs rangs de 10 ans au minimum. De retour à la vie civile, le pilote issu de l’armée de l’air pourra bénéficier de passerelle pour travailler dans l’aviation civile,
  • les formations cadets. Face à la pénurie de pilotes de ligne, les principales compagnies aériennes ont pris l’habitude de former leurs futurs pilotes en interne. Cette formation est proposée, entre autres, par Air France, Emirates ou encore Cathay Pacific. Les compagnies investissant énormément d’argent et de temps, elles trient les candidats sur le volet,
  • la formation de l’ENAC, l’Ecole nationale d’aviation civile de Toulouse. Accessible sur concours, la plus prestigieuse école d’aviation de France ne sélectionne que quelques candidats par an. Tous ont entre 16 et 23 ans, sont ressortissants de la Communauté Européenne et ont d’excellents résultats académiques. La formation de l’ENAC est intégralement financée par l’Etat,
  • la formation autodidacte. Il s’agit pour le futur pilote de se former grâce aux cursus d’écoles privées payantes comme L3Harris, CAE Aviation ou encore FTE Jerez avant de passer leur licence de pilote de ligne. En moyenne, on estime que ce type de formation coûte environ 100 000€, un investissement non négligeable.

Quelque soit l’organisme de formation choisi, le futur pilote de ligne doit obtenir un certain nombre de licences obligatoires avant de pouvoir exercer son métier :

  • l’ATPL théorique : c’est le premier examen du tout pilote. Il permet de vérifier les connaissances théoriques en aéronautique. Son obtention est obligatoire pour débuter la formation de pilote de ligne,
  • le CPL, Commercial Pilot Licence qui permet de devenir salarié en tant que pilote de ligne,
  • l’IR ME, Instrument Rated Multi Engine. Cette qualification permet de voler sur des avions à plusieurs moteurs quelque soit les conditions météorologiques,
  • le MCC, Multi Crew Cooperation qui justifie le fait de savoir travailler en équipage,
  • la TRQ, Type Rating Qualification qui permet d’appréhender le modèle d’avion de ligne sur lequel le pilote va exercer,
  • l’ATPL pratique. Après plusieurs années de vol en tant que copilote, l’obtention de cette dernière licence donne accès à la position de commandant de bord sur un avion de ligne.

Les obligations pour être pilote de ligne

La profession de pilote de ligne est très encadrée. Il existe notamment des conditions physiques strictes pour pouvoir exercer. Ainsi, chaque candidat devra se soumettre à un test d’aptitudes physiques avant d’entamer ses études. Cet examen, validé par un certificat médical, sera renouvelé chaque année. Les points suivants seront vérifiés :

  • santé cardiovasculaire,
  • vision,
  • poids,
  • forme physique générale.

Le régime de l’auto-entreprise pour les pilotes de ligne : nos conseils

Même si la plupart des pilotes sont salariés de l’aviation civile ou de l’armée de terre, il est possible d’être pilote auto-entrepreneur. Les pilotes qui font le choix de l’indépendance et de l’auto-entreprise travaillent en général sur des petits avions de tourisme dans les clubs d’aviation, soit en tant qu’instructeur de vol, soit en tant que pilote pour le largage de parachutistes par exemple. En revanche, rares sont les pilotes de ligne ayant un statut d’indépendant. Il y a quelques années, la compagnie Ryanair employait des pilotes de ligne auto-entrepreneurs mais la pratique a été rapidement décriée en France. D’autant plus que le statut juridique de l’auto-entreprise se prête peu à cette activité au vu du CA maximum annuel et de l’impossibilité de déduire les charges réelles.

Si vous envisagez le statut de l’auto-entreprise en tant que pilote de ligne indépendant, Espace Auto-entrepreneur vous aide à faire le point sur le dépôt des statuts, la gestion de la TVA, le montant maximal du chiffres d’affaires autorisé, et l’établissement de vos premiers devis.

Le pilote de ligne auto-entrepreneur en bref

Avant de vous lancer en tant que pilote de ligne indépendant, voici toutes les informations utiles que vous devez connaître :

  • vous devez obtenir vos licences de pilote via une formation publique ou privée ;
  • vous devez créer votre auto-entreprise ou votre entreprise sous le code APE 5110Z - Transports aériens de passagers ;
  • vos revenus appartiennent à la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ;
  • la rémunération d’un copilote chez Air France est comprise entre 5300€ et 12 500€ quand un commandant de bord touche entre 11 500€ et 19 000€.

Espace Auto-entrepreneur peut vous aider dans la gestion de votre auto-entreprise. En effet, nous disposons d’outils de gestion comptables spécialement conçus pour les auto-entrepreneurs. Pour en bénéficier, inscrivez-vous sur notre plateforme.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel