Une aide de 3 000 € : l’Adie se mobilise pour les auto-entrepreneurs

07/05/2020   Les actualités du statut  

En raison de l’épidémie de Covid-19, la santé économique des travailleurs indépendants est fragilisée. C’est le constat fait par l’Adie, une association accompagnant les projets entrepreneuriaux. Alors que de nombreuses entreprises individuelles pourraient être contraintes de fermer, elle monte au créneau et exige de l’État des aides concrètes pour les auto-entrepreneurs, dont une prime de 3 000 € et l’allongement de la durée de l’ACRE.

 

Des auto-entrepreneurs en proie aux difficultés en raison du Covid-19

L'Association pour le droit à l'initiative économique, plus connue sous le nom d'Adie, est une association créée en 1988 et reconnue d'utilité publique. Depuis plus de 30 ans, elle accompagne les entrepreneurs dans leurs projets d'entreprise, notamment en favorisant leur accès au crédit, qu’ils soient en recherche d'emploi, en SARL ou encore auto-entrepreneurs. Consciente de l'impact des mesures de confinement sur l'activité des travailleurs indépendants, l'Adie a réalisé une enquête auprès des entrepreneurs qu'elle accompagne afin d'évaluer la situation dans laquelle ils se trouvent (1).

Menée auprès de 1 650 travailleurs indépendants - qui étaient en activité avant le début du confinement - cette enquête apporte un premier enseignement : les indépendants ont difficilement accès aux différentes aides nationales.

  • Le report des charges : 2 entrepreneurs sur 3 ont pu ou vont bénéficier d'un report de charges sociales ou fiscales. Une bonne nouvelle pour ceux éprouvant des difficultés à payer leurs cotisations.
  • Le report des factures : plus de 15 % des demandes de report des factures d'énergie (électricité, eau et gaz) ont été refusées, tandis que ce pourcentage est même de 25 % pour le report des loyers.
  • Le fonds de solidarité : 24 % des répondants sont inéligibles au volet 1 du fonds de solidarité nationale pour les indépendants, prévoyant une aide de 1 500 €. Les entrepreneurs sont quasiment tous exclus du second volet, dans la mesure où celui-ci n'est accessible qu'à ceux ayant au moins un salarié.
  • La garde d’enfant : en théorie, les auto-entrepreneurs peuvent être indemnisés pour garder leurs enfants durant le confinement. En pratique, 1 parent sur 5 s'est vu refuser le versement d'indemnités journalières pour ce motif.
  • Le prêt BpiFrance : le prêt garanti par l'État ou PGE devait permettre l'accès au crédit des entreprises en difficulté. Parmi les indépendants, dont les auto-entrepreneurs, 31 % ont essuyé un échec.

Conséquences pour les auto-entrepreneurs et autres indépendants ? Toujours selon l'Adie, 96 % des entrepreneurs ont dû cesser partiellement ou intégralement leur activité en raison du Covid-19. Une situation d'autant plus problématique que 78 % des indépendants sont d'ors et déjà en grande difficulté financière, 44 % n'ont aucun revenu complémentaire et 1 entrepreneur sur 2 estime qu'il devra fermer son activité.

 

Un plan d’urgence pour venir en aide aux auto-entrepreneurs

Si les aides pour les entrepreneurs impactés par le coronavirus ont le mérite d’exister, elles s’avèrent bien souvent insuffisantes dans la réalité. L'Adie craint d'ailleurs que, sans apport, la majorité des entrepreneurs doivent se résoudre à vivre des minima sociaux, dans la mesure où ils ne peuvent pas profiter du chômage. Pour éviter d'en arriver à une telle situation, l'association a mis en place un plan d'urgence dès le 17 mars pour venir en aide aux travailleurs indépendants, composé à la fois d’un soutien humain et financier.

 

Une aide financière pour faire face au Covid-19

Dans l’optique de soutenir les auto-entrepreneurs et autres indépendants touchés par le Covid-19, l’Adie propose tout d'abord une offre financière aux 2 visages.

  • Un prêt d'honneur de relance : les entrepreneurs nécessitant des fonds propres peuvent bénéficier d'un crédit allant jusqu'à 10 000 € et permettant un différé de remboursement de 2 ans.
  • Un micro-crédit de relance : en cas de besoin de trésorerie à court terme, les indépendants peuvent également solliciter un microcrédit de relance, d'un montant maximal de 5 000 €, avec un taux de 3 % et un différé de 6 mois.

 

Un soutien humain pour les indépendants touchés par le coronavirus

Les entrepreneurs sont souvent perdus face aux démarches nécessaires pour être aidés, notamment en ce qui concerne les aides régionales pour les auto-entrepreneurs impactés par le Covid-19. Raison pour laquelle l'Adie met également en place un service d'accompagnement sur mesure. Il se compose notamment :

  • d'une aide pour demander le fonds de solidarité national, et ce, via un tutoriel et une assistance téléphonique ;
  • de conseils pour poursuivre ou relancer son activité, au moyen d'emails et de webconférences.

 

Soutien des auto-entrepreneurs : les demandes de l’Adie à l’État

Pour aider les auto-entrepreneurs confrontés à des difficultés financières, l'Adie a déjà pu allouer 1 million d'euros aux différents prêts proposés et souhaite mobiliser 30 millions d'euros au total, et ce, grâce au soutien de ses partenaires. Mais consciente que cela ne suffira pas, l’association plaide auprès des pouvoirs publics pour une meilleure protection des indépendants durant l'épidémie de coronavirus. À travers un communiqué de presse baptisé « Plaidoyer pour une relance inclusive », l’Adie demande :

  • le maintien du fonds de solidarité pour tous jusqu'à fin mai, ainsi que sa prolongation au-delà pour certaines entreprises qui n'auront pas pu reprendre leur activité (restauration, tourisme, etc.) ;
  • le déblocage d'une prime de 3 000 € pour les entrepreneurs éligibles et déjà bénéficiaires du fonds de solidarité ;
  • une exonération de cotisations sociales pendant 12 mois, dans la limite de 1 000 €, pour protéger les activités les plus fragiles ;
  • le rétablissement de l'ACRE sur 3 ans et dans les anciennes conditions en vigueur.

Si ces exigences peuvent paraître extravagantes, elles semblent pourtant nécessaires en vue de faire face à la crise actuelle. Rappelons d'ailleurs qu'elles n'ont finalement rien de si exceptionnel : l'Allemagne a, pour sa part, accordé entre 9 000 et 15 000 € d’aide individuelle aux travailleurs indépendants impactés par le Covid-19. De quoi relativiser le soutien apporté par notre propre gouvernement…

(1) Source : Enquête nationale sur les mesures publiques de soutien aux travailleurs indépendants - Adie - 2020

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h
Un jeu d'enfant

Satisfaite, se mettre à son compte devient un jeu d'enfant

Jeanne Giron
* * * * *
Écoute du client

Prise en charge rapide et toujours à l'écoute du client ! Je recommande a tous jeunes entrepreneurs !

Nicolas Balland
* * * * *
Réactif et attentif

Réactif et attentif... Ce qui permets d'avancer très vite.. Je recommande sans aucune hésitation !!!

Michel Guerra
* * * * *
Équipe réactive

L'equipe fut compétente et TRÈS réactive (réponse toujours dans la journée aucun questions posées)

Lorraine Jaspart
* * * * *