Se connecter
Devenir avocat

Devenir avocat


Devenir avocat auto-entrepreneur est-il possible ? Espace Auto-entrepreneur a compilé dans un guide pratique tout ce que vous devez savoir afin de réaliser votre rêve pour vous lancer à votre compte. Cursus, concours, conditions et rémunération. Le métier d’avocat n’aura plus de secret pour vous.

Le métier d’avocat

Le rôle de l’avocat

Le rôle principal de l’avocat est de défendre et de représenter ses clients devant les tribunaux. Il peut s’agir soit de personnes physiques soit de personnes morales. Souvent spécialisé en raison de la complexité du droit, il intervient dans des affaires civiles (garde d’enfants, divorces, héritages, litiges) ou dans des affaires pénales (vols, contraventions, délits et crimes).

Il est consulté principalement sur deux types de missions :

  • le conseil juridique. Dans ce cas, il complète le travail des juristes internes des grandes entreprises sur des affaires complexes. Son but est de dégager quand c’est possible un accord amiable entre les deux parties ou de protéger les intérêts de son client pour éviter une procédure juridique.
  • la défense. L’avocat pénaliste est alors mandaté pour défendre son client, que celui-ci soit coupable ou victime dans une affaire. En amont du procès, il l’aide à défendre ses droits lors de gardes à vue par exemple, à monter son dossier de défense grâce à l’audition de témoins, à des travaux d’expertises ou à l’accumulation de preuves à charges ou à décharges. Enfin, lors du procès, il plaide pour son client devant le juge pour obtenir une relaxe, une condamnation ou un dédommagement en fonction du cas.

Tous les avocats sont inscrits au Barreau et sont rattachés à un Tribunal de Grande Instance.

Avocat : le profil idéal

Chargé de connaître ses dossiers et la loi sur le bout des doigts, l’avocat a une mémoire infaillible et une grande capacité de travail. Son esprit de synthèse lui permet de déceler le meilleur angle d’attaque ou de défense pour chaque cas particulier. Excellent orateur, il maintient le tribunal en haleine et sait convaincre et persuader grâce à ses plaidoiries. Enfin, il écrit de façon irréprochable et sait mettre en confiance son client.

Les possibilités d’exercice pour un avocat

La plupart des avocats exercent en libéral, soit en tant que collaborateur dans un cabinet d’avocats soit en ouvrant leur propre cabinet après plusieurs années d’expérience. Certains font le choix d’être salariés pour de grands groupes même si cela reste à la marge.

Les formations pour devenir avocat

Le métier d’avocat est accessible après des études longues et exigeantes. Il vous faudra d’abord obtenir un master 1 ou un master 2 en droit. Puis, vous intégrerez une formation de 18 mois qui comprend :

  • 6 mois de formation théorique dans un des 12 centres régionaux de formation professionnelle pour avocat (CRFPA),
  • 8 mois consacrés à un projet pédagogique spécialisé qui déterminera votre spécialité en droit des affaires, droit fiscal, droit civil, etc,
  • un stage de 6 mois en cabinet d’avocats où vous prendrez soin de rédiger un mémoire,

A la suite de cette formation, vous pourrez tenter trois fois au maximum l’examen du CAPA, le certificat d’aptitude professionnelle d’avocat. Pour le préparer, vous pourrez suivre une formation d’un an en école préparatoire privée ou dans un institut d’études judiciaires (IEJ).

Une fois le précieux sésame décroché, l’avocat prête serment, s’engage ainsi à respecter la déontologie du métier et s’inscrit au barreau de son choix.

Les obligations pour être avocat

La profession d’avocat fait partie des professions libérales réglementées. Elle est encadrée par des règles déontologiques et par l’Ordre des barreaux. Les conditions d’accès à la profession sont fixées par l’article 11 de la loi du 31 décembre 1971 et comprennent notamment :

  • la nécessité d’être français ou ressortissant d’un pays membre de l’union européenne,
  • l’obligation de ne pas avoir été condamné par la justice au pénal ni d’avoir été exposé à une sanction disciplinaire ou administrative,
  • l’interdiction d’avoir connu une faillite personnelle.

Le régime de l’auto-entreprise pour les avocats : nos conseils

Il est possible d’être avocat auto-entrepreneur. Pourtant, ce statut n’est pas forcément avantageux. En effet, le plafonds de chiffre d’affaires imposé par l’auto-entreprise est trop bas pour les avocats selon le Conseil national des barreaux.

D’autres contraintes administratives empêchent dans les faits les avocats d’être auto-entrepreneurs. En effet, ils doivent être affiliés à la Caisse nationale des barreaux français, le CNBF et cotisent à la CIPAV. Or, les auto-entrepreneurs libéraux, eux, cotisent auprès de l’URSSAF.

La profession d’avocat en bref

Voici un petit récapitulatif de toutes les informations importantes pour devenir avocat :

  • après avoir obtenu votre master et suivi une formation de 18 mois, vous pourrez accéder à l’examen CAPA  ;
  • si vous êtes reçu, vous devrez prêter serment et vous inscrire au barreau ;
  • vous devez impérativement être de nationalité française ou ressortissant de l’Union Européenne ;
  • votre casier judiciaire doit être vierge et vous ne devez pas avoir subi de sanction administrative ou disciplinaire ou connu de faillite personnelle ;
  • vous êtes tenu de respecter la déontologie des avocats ;
  • en tant que libéral, vous cotisez à la CIPAV  ;
  • votre code APE est 6910Z Activités juridiques ;
  • le statut d’auto-entrepreneur vous est ouvert mais avec de fortes réserves émises par l’Ordre des barreaux.
  • votre rémunération oscille entre 1800€ et 2700€ par mois en tant que débutant. Ensuite, vous gagnerez en moyenne 5000€ par mois. Sachez néanmoins que les honoraires sont libres. Votre rémunération dépend donc directement de votre réputation et de votre l’expérience.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel