Se connecter
Le serveur en auto-entreprise

Le serveur en auto-entreprise


En raison du manque de main-d'œuvre et des avantages offerts par le statut (flexibilité d'embauche, pas de charges patronales, etc.), les serveurs auto-entrepreneurs sont particulièrement recherchés par les établissements de restauration. Suivez notre guide pour devenir serveur en auto-entreprise et découvrir tout ce qu’il faut savoir sur ce métier : la réglementation, les plafonds de chiffre d’affaires, les conseils pour débuter, etc.

Être serveur auto-entrepreneur : l’essentiel à connaître

Avant de devenir serveur en auto-entreprise, retrouvez les informations essentielles à retenir.

  • Votre Centre de formalités des entreprises (CFE) : l’URSSAF.
  • Votre plafond de chiffre d'affaires : 72 500 €.
  • Votre taux de cotisations sociales : 22 %.
  • Votre catégorie d'imposition : BNC (Bénéfices non commerciaux).
  • Votre code APE : 56.2 – Traiteurs et autres services de restauration.
  • Votre rémunération : à partir de 10 €/heure.

Les missions d’un serveur en auto-entreprise

Le serveur auto-entrepreneur, tout comme le barman d'ailleurs, peut notamment travailler au sein d'un bar, d'un restaurant, d'un hôtel ou même pour le compte d'un organisateur d'événements. Au quotidien, ses missions s'articulent principalement autour de 4 fonctions.

  • La mise en place : son premier rôle consiste à nettoyer et débarrasser les tables, avant d'y installer de nouveaux couverts pour les clients suivants.
  • L'accueil des clients : le serveur indépendant peut également accueillir les clients à leur arrivée et les installer à une table. Il va alors leur présenter la carte et l'éventuel menu du jour, tout en veillant à leur satisfaction durant toute la durée du repas.
  • Le service : après avoir noté les commandes des clients, il assure le service des plats et des boissons. Son rôle est également d'apporter des précisions à la clientèle et de lui conseiller des plats. S'il participe à un événement, tel qu'un mariage ou un anniversaire, il est également susceptible de servir les convives au plateau.
  • L’encaissement : le serveur auto-entrepreneur doit bien noter les commandes afin de pouvoir les reporter dans la caisse enregistreuse. À la fin du repas, il va éditer l'addition et encaisser les clients. Dans certains cas, il devra aussi vérifier sa caisse à la fin de son service.
 Bon à savoir : le statut d’auto-entrepreneur offre de nombreux avantages, notamment pour les serveurs. Ces derniers peuvent en effet être flexibles dans leurs horaires de travail, leur permettant par exemple d'exercer leur métier uniquement pour compléter leurs revenus. Les établissements de service voient également un intérêt à embaucher un auto-entrepreneur, dans la mesure où ils n'ont pas à payer de cotisations patronales et salariales.

Les compétences d’un serveur auto-entrepreneur

Devenir serveur auto-entrepreneur, cela ne s’improvise pas ! Imposant d'avoir de multiples casquettes (service, conseil client, facturation, etc.), ce métier exige des compétences et des qualités spécifiques.

  • Un bon relationnel : le serveur en auto-entreprise joue le rôle d'intermédiaire entre les clients et la cuisine. Il se doit donc d'être courtois et serviable d'un côté, tout en étant précis et rigoureux de l'autre. Une qualité d'autant plus importante qu'il doit savoir travailler en équipe et se coordonner, notamment avec l'éventuel chef de rang et les autres serveurs. Son relationnel pourra également lui permettre d’étoffer sa rémunération, notamment grâce aux pourboires.
  • De la rigueur : il ne peut pas se permettre de se tromper dans ses commandes, au risque de contrarier les clients et la cuisine. Si une bonne mémoire est souvent utile, il doit surtout se montrer minutieux dans ses prises de commandes et savoir être réactif pour répondre aux besoins de la clientèle. La rigueur est d'autant plus indispensable qu'il doit respecter les consignes d'hygiène et de sécurité propres à la restauration.
  • Une bonne condition physique : constamment debout et travaillant en horaires décalés (le midi et le soir généralement), le serveur indépendant doit être en forme physiquement pour enchaîner les services à répétition. Les allers-retours incessants entre la cuisine et la salle, le rythme effréné du travail et la durée des services rendent d’ailleurs ce métier encore plus éprouvant.
  • La maîtrise de l’anglais : bien que cela ne soit pas indispensable, c’est généralement un atout indéniable lorsqu’il exerce dans des grandes villes ou dans des lieux touristiques. La pratique de l'anglais, ou d'une autre langue, lui permettra plus facilement de répondre aux attentes des touristes étrangers.

Les démarches pour devenir serveur indépendant

Les formations de serveur

Bien qu'il soit relativement facile d'être recruté, notamment en raison d'un manque de main-d'œuvre dans la restauration, il est toujours mieux d'avoir suivi une formation de serveur. Les cursus dispensés notamment dans les lycées professionnels et hôteliers permettent d'apprendre les bases du métier et d'apporter une valeur ajoutée à votre employeur, et ce, même s'il est toujours possible d'être formé sur place. Parmi les principaux diplômes, on peut notamment citer :

  • le CAP Agent polyvalent de restauration ;
  • le CAP Commercialisation et services en hôtel-café-restaurant ;
  • le BEP Métiers de la restauration et de l’hôtellerie ;
  • le Brevet Professionnel Employé de restaurant ;
  • le Bac Pro Commercialisation et services en restauration ;
  • le BTS Management en hôtellerie-restauration.

La réglementation de la profession de serveur

Pour ne pas se retrouver dans l’illégalité, le serveur en auto-entreprise doit principalement s’assurer qu’il n’est pas un salarié déguisé. En tant que travailleur indépendant, il doit en effet être libre dans le choix de ses missions et ne pas signer de contrat. De plus, il ne doit pas exister de lien de subordination entre l'auto-entrepreneur et son employeur, pouvant notamment prendre la forme d’une interdiction de travail pour d’autres établissements. Pour limiter le risque de salariat déguisé en auto-entreprise, plusieurs conseils sont à suivre :

  • essayez, dans la mesure du possible, de travailler pour plusieurs établissements ;
  • évitez de travailler pour un ancien employeur auprès duquel vous étiez salarié ;
  • préférez apporter votre propre matériel ;
  • ne vous laissez pas dicter vos jours de congés.

Les obligations du serveur en auto-entreprise

S’il décide d’exercer son métier en auto-entrepreneur, le serveur a l’obligation de respecter les règles du régime de la micro-entreprise.

  • La déclaration de début d’activité : avant d’être embauché au sein d’un établissement ou pour un événement, il doit absolument créer son auto-entreprise en ligne. Cette déclaration peut notamment être faite sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF, Guichet Entreprises ou Espace Auto-Entrepreneur.
  • La déclaration du chiffre d’affaires : chaque mois ou chaque trimestre (selon votre choix déclaratif), vous devez déclarer votre chiffre d’affaires sur l’URSSAF, y compris si vous n’avez pas eu de revenus. Notez que vous devrez déclarer le pourboire « obligatoire » (prévu comme un complément de la rémunération), mais pas le pourboire « à la poche », laisse à la liberté des clients.
  • Le paiement des charges sociales : le serveur en auto-entreprise doit s’acquitter de cotisations sociales, dont le montant correspond à 22 % de son chiffre d’affaires.
  • L’édition d’une facture : chaque prestation réalisée auprès d’un établissement doit être facturée. Celle-ci peut-être éditée chaque jour ou pour la durée de la mission. Pour être conforme, la facture d'un auto-entrepreneur doit d'ailleurs comporter plusieurs mentions obligatoires (identité de l'auto-entreprise, SIRET, coordonnées du client, décompte de la prestation, etc.).
  • Les autres obligations : le serveur auto-entrepreneur doit tenir un livre des recettes où il note tous les paiements reçus de la part de ses clients. Si son chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 € pendant 2 années de suite, il doit également ouvrir un compte bancaire dédié à son auto-entreprise.

Nos conseils pour devenir serveur auto-entrepreneur

À la fois exigeant et concurrentiel, le métier de serveur en auto-entrepreneur demande d'adopter certaines bonnes habitudes. Pour que votre activité se développe - en activité unique comme en complément de revenus -, plusieurs conseils sont à suivre :

  • réalisez des missions en dehors du circuit habituel pour développer votre expérience (mariages, salons, emplois saisonniers, etc.) ;
  • mettez en avant vos différentes expériences pour démarcher les professionnels de la restauration, notamment dans votre CV ;
  • développez des compétences ou connaissances spécifiques pour apporter une valeur ajoutée (œnologie, dressage de plats, maîtrise de l’anglais, etc.) ;
  • consultez les plateformes de petites annonces pour trouver des missions, notamment sur des sites spécialisés ou sur certains réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, etc.) ;
  • restez en bons termes avec vos précédents employeurs afin de bénéficier d’une bonne réputation et d’être recommandé.
Le saviez-vous ? Espace Auto-Entrepreneur vous propose un service clé en main pour créer et gérer votre auto-entreprise de serveur. Déclaration de début d’activité simplifiée, édition de factures, logiciel de comptabilité en ligne… autant d’outils qui vous permettront de vous décharger des formalités administratives du quotidien.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel