Se connecter
Le concepteur-rédacteur en auto-entreprise

Le concepteur-rédacteur en auto-entreprise


Spécialiste des mots et des idées, le concepteur-rédacteur freelance imagine des supports de communication variés pour promouvoir des produits et des marques (newsletter, affiche, bannière web, spot radio, film publicitaire, etc.). Si le statut d’auto-entrepreneur est le plus adapté pour réaliser de la conception-rédaction en indépendant, il convient néanmoins de suivre différentes règles. Suivez notre guide pour devenir concepteur-rédacteur en auto-entreprise.

 

Le métier de concepteur-rédacteur indépendant

Le rôle du concepteur-rédacteur auto-entrepreneur

Indispensable dans l'univers de la publicité, le concepteur-rédacteur cherche des concepts, des idées et des mots pour créer des campagnes de communication à la fois percutantes, efficaces et originales. Au quotidien, son travail peut s’articuler autour de différentes missions :

  • il prend connaissance du brief, généralement réalisé par le chef de projet ou le planneur stratégique, afin de connaître les attentes du client ;
  • son travail peut consister à trouver des accroches et des slogans pour divers supports (affiche, email, campagne web, etc.), à rédiger du contenu (communiqué, site Internet, etc.), à créer des spots radio, à trouver un concept pour une publicité (affiche, film, etc.) ou encore à définir le scénario d'un film publicitaire ;
  • il travaille le plus souvent avec un directeur artistique - formant à eux deux ce qu'on appelle un « team créatif » - pour ses missions de conception, tandis qu'il est davantage seul pour le travail purement rédactionnel ;
  • il gère les retours à l'interne (directeur de création, chef de projet, directeur de clientèle, etc.) et ceux des clients finaux ;
  • il peut chapeauter l'ensemble d'une campagne de communication, notamment en aidant le community manager dans l'animation des réseaux sociaux ou le médiaplanner dans le choix des supports de diffusion ;
  • il sélectionne les prestataires qui donneront vie à la publicité (réalisateur, photographe, acteur, etc.) ;
  • il se déplace pour rencontrer le client, enregistrer des spots radios ou encore superviser le tournage d'un film publicitaire.

 

Les clients d’un concepteur-rédacteur freelance

Qu’il travaille seul ou en team avec un directeur artistique, ce dernier étant davantage chargé de l’aspect « visuel » de la publicité, le concepteur-rédacteur indépendant va principalement intervenir auprès de deux types de clients.

  • Les agences de publicité : le plus souvent, le concepteur-rédacteur freelance travaille au sein d’agences de communication et intervient pour les clients de cette dernière. Sous la tutelle du directeur de création, il peut être appelé pour un besoin ponctuel (appel d’offres, congés d’un salarié, etc.) ou de façon durable en cas de manque d’effectif.
  • Les annonceurs : bien que cela soit plus rare, le concepteur-rédacteur en auto-entreprise peut également intervenir directement chez l’annonceur, à savoir le client final. Toutefois, ce sont essentiellement les grands groupes disposant déjà d’un service de communication et de création qui auront intérêt à faire appel à ses services. Dans le cas contraire, son travail se cantonnera généralement à de la rédaction (newsletter, site Internet, etc.).

 

Le profil du concepteur-rédacteur auto-entrepreneur

Les qualités d’un concepteur-rédacteur freelance

Face à la concurrence du métier, le concepteur-rédacteur auto-entrepreneur doit impérativement présenter certaines qualités s’il souhaite percer.

  • La créativité : avant d’être un rédacteur, ce professionnel de la communication est un concepteur. Cela implique qu’il doit trouver des idées originales et pertinentes au quotidien pour répondre aux demandes de ses clients et faire mouche auprès des consommateurs. Être créatif est donc une qualité indispensable.
  • La curiosité : pour faire preuve de créativité et viser juste à travers ses idées, le concepteur-rédacteur freelance doit être ouvert d’esprit. Il est important de suivre l’actualité, d’avoir une bonne culture générale, de connaître toutes les tendances du secteur et d’être à l’aise sur tous les sujets. Autant de compétences qui demandent une grande curiosité au quotidien.
  • Le plaisir des mots : s’il doit avoir une aisance rédactionnelle pour rédiger du contenu divers (email, plaquette, etc.), il doit surtout savoir jouer avec les mots et les mettre en scène pour trouver des accroches et des slogans percutants. Contrairement au simple rédacteur, sa maîtrise de la langue doit donc aller bien au-delà du respect de l’orthographe et de la grammaire.
  • La capacité à se remettre en question : le métier de concepteur-rédacteur freelance peut être très frustrant, dans la mesure où ses supérieurs (directeur de création, directeur de clientèle, etc.) et ses clients vont très souvent refuser ses idées, avant de finalement se mettre d’accord sur un concept, une accroche ou un slogan. Il est donc important de savoir se remettre en question pour trouver de nouvelles idées, mais aussi de bien gérer le stress pour affronter les refus successifs et un environnement parfois compétitif.
  • La disponibilité : le secteur de la publicité – tout particulièrement pour les profils créatifs – amène souvent ses acteurs à travailler en dehors des horaires « conventionnels ». Pour le concepteur-rédacteur freelance, il n’est donc pas rare de travailler tard le soir (voire même jusqu’au petit matin en cas de compétition d’agences) et le week-end.

 

La formation pour être concepteur-rédacteur

La profession n’étant pas réglementée, il est possible de devenir concepteur-rédacteur freelance sans diplôme spécifique. En règle générale, les candidats disposent néanmoins d'un bac +5, celui-ci donnant le temps de multiplier les stages pour gagner de l'expérience. Si de nombreux cursus sont envisageables (école de commerce, formation en lettres, cursus universitaire en sciences humaines, etc.), la plupart des concepteurs-rédacteurs proviennent d'une école de communication ou de publicité. Les plus réputées pour ce métier sont notamment :

  • Sup de Création ;
  • le CELSA Sorbonne Université ;
  • Sup de Pub ;
  • l'ISCOM ;
  • ou encore Audencia SciencesCom.

 

Les démarches pour devenir concepteur-rédacteur

Le portfolio du concepteur-rédacteur freelance

Si la formation ou les expériences ont leur importance, le concepteur-rédacteur auto-entrepreneur sera principalement retenu pour son portfolio. Avant de démarcher des agences, il est donc primordial de soigner son « book », à savoir le document compilant les meilleures réalisations du créatif. Les travaux mis en avant peuvent notamment provenir :

  • de créations qui ont réellement vu le jour ;
  • de réalisations maquettées mais qui n’ont pas été publiées ;
  • de projets réalisés en stage ou durant les études ;
  • de projets personnels, réalisés notamment avec un directeur artistique.

Pour mettre en avant ses réalisations, l’auto-entrepreneur doit obligatoirement se créer un site Internet. Son portfolio – qu’il soit publié sur un site dédié (Cargo Collective, WordPress, etc.) ou une plateforme thématique (Behance, etc.) – pourra ainsi être plus facilement envoyé à ses potentiels clients.

 

Le régime de l’auto-entreprise pour le concepteur-rédacteur

Pour le concepteur-rédacteur, le statut d’auto-entrepreneur offre des conditions de fonctionnement relativement assouplies. Malgré tout, il doit se plier à certaines règles.

  • Créer son auto-entreprise en ligne : avant de proposer ses services en freelance, le concepteur-rédacteur doit obligatoirement déclarer son début d’activité à l’administration. Cette démarche peut notamment être réalisée sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF ou via la plateforme Espace Auto-Entrepreneur.
  • Déclarer son chiffre d’affaires : lors de la création de son auto-entreprise, le concepteur-rédacteur choisit la périodicité de déclaration de son chiffre d’affaires (tous les mois ou tous les 3 mois). Il doit ensuite déclarer ses revenus à l’URSSAF selon cette fréquence, y compris s’il n’a rien gagné sur la période (il déclarera alors 0 € de revenu). À noter que son chiffre d’affaires est plafonné à 72 500 € à l’année.
  • Payer ses cotisations : son métier étant de nature libérale, le concepteur-rédacteur en auto-entreprise doit s’acquitter de 22 % de cotisations sociales. Toutefois, ce taux est ramené à seulement 11 % durant sa première année d’exercice s’il bénéficie de l’ACRE.
  • Gérer sa comptabilité : il est obligatoire de noter ses encaissements au sein d’un libre de recettes, que celui-ci soit au format papier ou numérique. De plus, le concepteur-rédacteur devra ouvrir un compte bancaire pour son auto-entreprise si son chiffre d’affaires dépasse 10 000 € pendant 2 années de suite.

 

Nos conseils pour être concepteur-rédacteur freelance

Dans le monde de la publicité, il y a beaucoup de candidats et très peu d’élus. Pour se démarquer en tant que concepteur-rédacteur auto-entrepreneur, il est donc impératif de suivre certains principes :

  • soignez votre présence en ligne, notamment via la création d’un portfolio et une bonne gestion de vos réseaux professionnels (LinkedIn, Viadéo, etc.) ;
  • réalisez des créations personnelles afin d’étoffer votre book et de montrer votre créativité ;
  • inscrivez-vous sur des plateformes de mise en relation – comme Malt ou Crème de la Crème – afin de trouver plus facilement des clients ;
  • démarchez des agents, spécialisés dans l’univers de la publicité, afin qu’ils vous placent en agence ;
  • trouvez un directeur artistique avec lequel vous vous entendez afin de réaliser des projets personnels en commun et d’éventuellement vous présenter en tant que team auprès des agences ;
  • gardez de bons contacts avec votre réseau (directeur de création, directeur de clientèle, chef de projet, directeur artistique, annonceur, anciens camarades de classe, etc.) afin qu’ils pensent à vous lorsqu’ils ont besoin ou qu’ils vous recommandent.

 

Le concepteur-rédacteur auto-entrepreneur en bref

Vous souhaitez réaliser de la conception-rédaction avec le statut d’auto-entrepreneur ? Avant de vous lancer, retrouvez toutes les informations qu’il faut absolument connaître :

  • le métier n’étant pas réglementé, vous n’avez pas besoin de diplôme pour exercer ;
  • les concepteurs-rédacteurs sont le plus souvent titulaires d’un master 2 obtenu au sein d’une école de communication ;
  • le plus important est de travailler votre portfolio pour trouver des missions ;
  • vous travaillez régulièrement en team créatif avec un directeur artistique ;
  • votre activité dépend de l’URSSAF ;
  • votre code APE est 73.11Z - Activités des agences de publicité ;
  • votre chiffre d’affaires est plafonné à 72 500 € à l’année ;
  • vos cotisations sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires (11 % avec l’ACRE) ;
  • vos revenus sont imposés au titre des BNC (Bénéfices non commerciaux) ;
  • votre tarif est compris entre 250 et 500 € par jour en moyenne.

 

Besoin d’aide pour devenir concepteur-rédacteur auto-entrepreneur ? Inscrivez-vous sur Espace Auto-Entrepreneur et profitez de nombreux outils pour faciliter votre activité : formulaire simplifié d’adhésion, logiciel de comptabilité en ligne, éditeur de factures, etc.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel