Se connecter
Le diététicien auto-entrepreneur

Le diététicien auto-entrepreneur


Le métier de diététicien - qui consiste à aider les personnes à améliorer leur hygiène alimentaire - peut être exercé sous le régime de l'auto-entreprise. Toutefois, de nombreuses règles sont à connaître avant de débuter : qualifications nécessaires, assurances obligatoires, tarifs en vigueur, etc. Suivez notre guide pour devenir diététicien auto-entrepreneur.

 

Le métier de diététicien libéral

Le rôle du diététicien auto-entrepreneur

Considéré comme un auxiliaire médical, le diététicien aide ses patients à adopter une alimentation équilibrée, notamment en vue de préserver leur santé ou de perdre du poids. Pour y arriver, il pourra avoir plusieurs missions au quotidien :

  • il écoute le patient afin de connaître ses habitudes alimentaires et de poser un diagnostic personnalisé, notamment en fonction de ses éventuels troubles (diabète, allergie alimentaire, etc.) ;
  • il élabore un plan nutritionnel, prenant la forme de menus adaptés aux besoins et aux objectifs de ses patients ;
  • il prodigue des conseils alimentaires et d’hygiène de vie, tout en éduquant ses patients aux risques d'une mauvaise alimentation.

 

Les patients d’un diététicien en auto-entreprise

Le diététicien libéral peut intervenir auprès de nombreux patients ou clients différents, notamment selon son secteur d’activité.

  • Les personnes malades : la diététique s’adresse tout d’abord aux personnes souffrant d’une maladie directement ou indirectement liée au poids et à l’alimentation, à l’image du diabète, de l’obésité, de l’anorexie ou du cholestérol.
  • Les personnes en surpoids : les patients en situation de surpoids – sans nécessairement être malades – sont également susceptibles de consulter un diététicien libéral afin de perdre du poids et d’adopter de meilleures pratiques alimentaires.
  • Les sportifs : les diététiciens-nutritionnistes s’adressent également aux sportifs, principalement professionnels, afin de les aider à adopter un régime alimentaire adapté à leur discipline.
  • La « collectivité » : son travail peut également consister à élaborer des menus pour des groupes ne présentant pas une pathologie particulière. C’est notamment le cas pour les repas des enfants à la cantine et ceux des patients à l’hôpital.

 

Les secteurs d’activité du diététicien

Si le diététicien auto-entrepreneur peut intervenir auprès d’un large public, il peut également exercer son activité dans différents cadres professionnels.

  • En cabinet : le diététicien libéral travaille le plus souvent au sein de son propre cabinet. Ses patients le consulteront alors le plus souvent pour un problème de surpoids ou de maladie.
  • En centre de soins : de nombreux diététiciens travaillent également en hôpital ou en clinique. Ils vont alors principalement travailler à l’élaboration des menus et au suivi des personnes nécessitant des conseils alimentaires.
  • En collectivité : le diététicien auto-entrepreneur peut également intervenir dans la création des menus d’un établissement scolaire, d’une maison de retraite, d’un établissement de cure ou encore d'une maison de convalescence.
  • En industrie : bien que ce soit moins courant, il peut également travailler auprès de l'industrie agroalimentaire ou des laboratoires pharmaceutiques, notamment pour participer à l'élaboration d'un nouveau produit et pour réaliser des études sur l’alimentation.

 

Le profil du diététicien en auto-entreprise

Les qualités d’un diététicien auto-entrepreneur

Le diététicien jouant un rôle très important pour la santé - d'autant plus avec le développement du surpoids -, il doit impérativement disposer de certaines qualités humaines, en plus de ses compétences techniques en diététique.

  • L'analyse et l'écoute : le diététicien auto-entrepreneur doit savoir écouter ses patients afin de comprendre les problèmes dont ils parlent et ceux dont ils ne parlent pas. Sa capacité d'analyse est aussi un atout indispensable afin d'établir des relations de cause à effet et de poser un diagnostic qui s'adapte aux particularités de son patient (âge, sexe, état de santé, habitudes alimentaires, objectifs, etc.).
  • La pédagogie : au-delà de la réalisation de menus plus équilibrés, le diététicien doit faire en sorte que ses patients respectent le plan nutritionnel mis en place. Il doit donc être un bon pédagogue afin d'expliquer les vertus du régime alimentaire et d'inciter son patient à suivre ses conseils d'hygiène de vie (repas à heure fixe, pratique du sport, etc.).
  • L'empathie : ce professionnel de santé est susceptible de travailler auprès de personnes ayant des complexes ou des difficultés spécifiques, à l’image des personnes obèses, anorexiques, boulimiques ou encore diabétiques. Il doit donc faire preuve de psychologie afin de ne pas « braquer » ses patients et les aider à adopter de meilleures pratiques alimentaires.
  • Le sens de la gestion : s’il travaille en collectivité (hôpital, école, etc.), le diététicien indépendant doit généralement réaliser des menus pour un grand nombre de personnes. Il doit donc être un bon gestionnaire, notamment en vue de respecter le budget fixé et de négocier avec les fournisseurs.

 

La formation d’un diététicien libéral

La profession étant réglementée, vous avez l’obligation d’obtenir un diplôme pour devenir diététicien. Pour cela, vous avez le choix entre deux formations distinctes qui, l’une comme l’autre, sont d’une durée de 2 ans et sont principalement accessibles aux titulaires d’un baccalauréat scientifique.

  • Le BTS diététique : proposant un contenu relativement spécialisé, ce diplôme s'adresse principalement à ceux souhaitant s'insérer rapidement dans le monde professionnel.
  • Le DUT génie biologique, option diététique : il se distingue du BTS par un enseignement plus généraliste. Il s'adresse donc principalement aux étudiants souhaitant poursuivre leurs études au-delà du bac +2, notamment via une licence professionnelle en nutrition et alimentation.

 

Les règles pour devenir diététicien auto-entrepreneur

L’obtention du numéro Adeli

Avant de pouvoir créer son auto-entreprise, le diététicien libéral doit faire enregistrer son diplôme auprès de l'Agence régionale de santé (ARS) dont dépend son activité. Après l’enregistrement de votre BTS ou de votre DUT, vous obtiendrez un numéro Adeli et figurerez alors sur le répertoire national recensant les professionnels de santé réglementés.

 

Les assurances du diététicien libéral

Quel que soit son lieu d’exercice, le diététicien auto-entrepreneur doit souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle. Couvrant les dommages matériels et physiques que vous pourriez causer à un tiers, la RC Pro peut notamment se montrer utile en cas d'erreur ou de faute professionnelle.

Si vous exercez au sein de votre propre cabinet, vous avez aussi l’obligation de souscrire une assurance multirisque professionnelle. Celle-ci vise à couvrir votre local d’éventuels sinistres, comme l’incendie et le dégât des eaux.

D’autres assurances peuvent également présenter un intérêt pour le diététicien en auto-entreprise afin d’être mieux couvert. C’est notamment le cas :

  • de la protection juridique qui va couvrir les frais que vous engagez en cas de procédure judiciaire ;
  • de l’assurance auto professionnelle, indispensable si vous utilisez votre véhicule dans le cadre de votre activité ;
  • des contrats de complémentaire santé, de prévoyance (décès, invalidité, etc.) et de retraite.

 

Le devoir de formation et d'information du diététicien

En tant que diététicien libéral, vous devez aussi respecter une réglementation qui est propre à votre activité. Cela inclut notamment :

  • l'information de vos patients quant au coût de vos prestations ;
  • l'information de vos patients sur l'absence de remboursement des consultations par l'Assurance maladie (notez que certaines mutuelles acceptent de rembourser partiellement ou intégralement les séances) ;
  • l'obligation de réaliser un développement professionnel continu, vous permettant de justifier des démarches que vous avez engagées sur une période de 3 ans ;
  • l'autorisation de l'ARS si vous souhaitez coopérer avec d'autres professionnels de santé, tels que des médecins-diététiciens.

 

Les règles de l’auto-entreprise pour le diététicien

En plus des règles qui entourent le métier de diététicien, l’auto-entrepreneur doit respecter la réglementation du régime de l’auto-entreprise. Pour ne rien oublier, retrouvez le récapitulatif des formalités lors de la création de l’auto-entreprise.

  • Se déclarer en ligne : si le diététicien libéral souhaite s’installer en auto-entreprise, il doit déclarer son début d’activité en ligne, notamment sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF ou via le service dédié d’Espace Auto-Entrepreneur.
  • Déclarer ses revenus : en fonction de votre choix déclaratif, vous déclarez votre chiffre d’affaires tous les mois ou tous les 3 mois, y compris si vous n’avez aucun revenu sur la période. Notez que votre plafond de chiffre d’affaires annuel est de 72 500 €.
  • Payer ses cotisations : dans le mois qui suit votre déclaration, vous devez vous acquitter de vos cotisations sociales, dont le montant correspond à 22 % de votre chiffre d’affaires. Si vous bénéficiez de l’ACCRE, le taux en vigueur la première année est de 11 %.
  • Suivre ses recettes : le diététicien auto-entrepreneur profite d’une gestion simplifiée. Malgré tout, il doit tenir un livre des recettes dans lequel il indique différentes informations liées à ses encaissements (date de paiement, montant, référence de facturation, etc.).

 

Les clés pour devenir diététicien en auto-entreprise

Vous avez besoin d’aide pour créer votre auto-entreprise de diététique ? Pour maximiser vos chances de réussite, nous vous conseillons notamment :

  • d’effectuer une étude de marché afin de déterminer le potentiel de votre lieu d’implantation (nombre de diététiciens installés, caractéristiques de la population, etc.) ;
  • de réfléchir à votre lieu d’exercice (cabinet libéral, centre hospitalier, maison de santé, etc.) afin d’adapter les moyens nécessaires à votre installation (achat de matériel, communication, etc.) ;
  • de définir vos charges courantes (loyer, secrétariat, etc.) et de réaliser un prévisionnel pour évaluer la viabilité de votre projet ;
  • de fixer une grille tarifaire tenant compte de votre expérience et de la concurrence locale. De nombreux diététiciens appliquent un tarif différent pour la 1ère consultation (de 35 à 50 € en région) et les consultations de suivi (entre 25 et 35 € en région) ;
  • de rejoindre un syndicat professionnel (AFDN, ADL, SNDNL, FNAMN, etc.) pour bénéficier de ses conseils, être informé de l’actualité de la profession et vous voir proposer des formations ;
  • de travailler votre identité numérique et votre e-réputation, en créant un site Internet, en invitant vos patients à vous laisser un avis sur Google ou encore en vous inscrivant sur des plateformes spécialisées (MonDocteur, Doctolib, etc.) ;
  • de participer à des événements professionnels (salon, séminaire, colloque, etc.) afin de vous tenir informé des évolutions et d'entretenir votre réseau ;
  • d’éventuellement développer des compétences annexes (coaching, formation, etc.) ou des connaissances spécialisées (alimentation vegan, nutrition sportive, etc.) afin d’étoffer votre champ d’activités.

 

Le diététicien auto-entrepreneur en bref

Vous avez pour projet de devenir diététicien auto-entrepreneur ? Avant de vous lancer, retrouvez toutes les informations importantes à connaître :

  • le métier de diététicien étant réglementé, vous devez au minimum être titulaire d’un BTS ou d’un DUT de diététique ;
  • le niveau de formation va du bac +2 au bac +4 en règle générale ;
  • vous devez disposer d’une assurance RC Pro ;
  • vous avez besoin d’un numéro Adeli pour exercer ;
  • vous dépendez de l’URSSAF ;
  • votre code APE est 86.90F - Activités de santé humaine n.c.a. ;
  • votre plafond de chiffre d’affaires annuel est de 72 500 € ;
  • votre taux de cotisations est de 22 % (11 % avec l’ACCRE) ;
  • vos revenus sont imposés au titre des BNC (Bénéfices non commerciaux) ;
  • le tarif moyen d'un diététicien est compris entre 35 et 50 € par séance, ce montant pouvant être réduit pour une consultation de suivi et étant généralement supérieur à Paris (entre 45 et 60 €).

 

Besoin d’aide pour devenir diététicien auto-entrepreneur ? Espace Auto-Entrepreneur vous propose un service complet pour faciliter la création et la gestion de votre activité :

  • une adhésion rapide via un formulaire simplifié ;
  • une comptabilité gérée en ligne ;
  • un outil d’aide à la facturation ;
  • des conseils personnalisés.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h