LES LIMITES DE LA MICRO-ENTREPRISE

20/03/2018   Informations utiles  

Il est certains cas où la micro-entreprise montre ses limites, voire n’est pas adaptée pour ce que vous voulez faire. Quels sont-ils ? Tentative d’explication.

1.     La TVA

La première limite concerne, bien sûr, la TVA. Si vous comptiez la récupérer, en tant que micro-entrepreneur, ce n’est pas possible. Donc, si vous faîtes régulièrement des achats, réfléchissez à cela. La seule façon d’y avoir droit est de dépasser le plafond de chiffre d’affaires pour un micro-entrepreneur, soit 170 000 € pour l’achat/revente de marchandises, d’objets, d’aliments à emporter ou consommer sur place ou 70 000 € pour les entreprises de service.

2.     Charges sociales

Une deuxième limite concerne les charges sociales. Attention ! Elles seront calculées sur vos recettes et non votre bénéfice ! Il en va de même pour votre imposition. Donc il s’agit de prendre en considération ceci dans le calcul de vos charges.

3.     Développement

Même si, pour démarrer votre entreprise, ce statut semble alléchant, dès lors que votre croissance va être importante,  vous en verrez très vite les contraintes : si vous dépassez régulièrement le plafond du chiffre d’affaires, vous devrez changer de statut. De même, il sera plus difficile de trouver des financements dans le cadre d’une micro-entreprise. Songez-y !

4.     Le statut juridique

Vous n’êtes pas dans le cadre d’une société, type EURL, qui distingue société et chef d’entreprise. En tant que micro-entrepreneur, vous êtes responsable de tous les biens que vous possédez dans le cadre de l’entreprise. Entrepreneur et entreprise ne font qu’un. Donc, si votre activité  comporte le moindre risque, prenez vos précautions avant de choisir ce statut.

En conclusion, il est important d’évaluer la pertinence de son choix avant d’opter pour le statut de micro entrepreneur.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes