LES CHARGES DU MICRO-ENTREPRENEUR

15/05/2018   Informations utiles  

Quelles sont les charges d’un micro-entrepreneur ? Sont-elles faibles ? Risquent-elles de grever l’entreprise ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre dans cet article. Il convient d’abord de distinguer les charges induites par l’entreprise elle-même des autres charges (ex : charges sociales).

1.     Charges induites par l’entreprise

Les premières charges sont, évidemment, liées à la création de votre entreprise. C’est pourquoi, il convient de réaliser, au préalable une étude de marché. Ensuite, vous aurez tous les frais de  fonctionnement, vos achats, la location de vos locaux… Tout dépend de la façon dont vous exercez votre activité. Il est évident que si vous travaillez depuis chez vous, comme télésecrétaire, par exemple, vos charges seront réduites par rapport à un libraire qui a ouvert un magasin en ville. C’est à vous d’évaluer les frais de fonctionnement.

2.    Autres charges

Par autres charges, il faut entendre les charges sociales, les taxes liées au chiffre d’affaires… Quelles sont-elles en 2018 ? Il faut distinguer les différentes charges sociales :

·       Les cotisations sociales : il s’agit de la cotisation d’assurance maladie-maternité, la cotisation d’allocations familiales, la cotisation invalidité-décès, les cotisations de retraite de base et de retraite complémentaire, la CSG et la CRDS. Pour l’achat  et la revente de marchandises, elles sont de 12,8%. Pour les prestations de service commerciales ou artisanales et activités libérales relevant de la Sécurité sociale des indépendants ou CIPAV au titre de l’assurance-vieillesse, elles sont de 22%.

·       La contribution formation professionnelle : elle représente 0,1% du chiffre d’affaires pour les commerçants, 0,2% du chiffre d’affaires pour les professionnels libéraux et prestations de service, 0,3% du chiffre d’affaires pour les artisans.

·       La taxe pour frais de Chambre de commerce et d’industrie ou de Chambre de métiers et de l’artisanat

En ce qui concerne la CCI, elle est de 0,044% du chiffre d’affaires pour une activité de prestation de services ou de 0,015% du chiffre d’affaires s’il s’agit la vente de marchandises.

Pour la CMA, dans le cas d’une prestation de service artisanale, elle est de 0,48% du chiffre d’affaires.  Si, en tant qu’artisan, vous faîtes de l’achat/revente, elles de 0,22%.

Pour une activité immatriculée, à la fois, à la CCI et la CMA, la taxe sera de 0,07% du chiffre d’affaires.

Rappelons enfin, qu’en tant que micro-entrepreneur, vous n’êtes pas soumis à la TVA.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes