Se connecter
Le guide de montagne en auto-entreprise

Le guide de montagne en auto-entreprise


Professionnel de terrain, le guide de montagne accompagne les randonneurs, alpinistes ou touristes à l’occasion d’excursions en montagne. Passionné par la nature, il assure la sécurité de son groupe tout en définissant le parcours de la randonnée.

Si vous êtes passionné(e)s par la randonnée et la montagne, ce métier est fait pour vous ! Retrouvez dans cet article toutes les informations nécessaires pour devenir guide de montagne grâce au statut d'auto-entrepreneur. 

Le métier du guide de montagne indépendant 

Le rôle du guide de montagne

Réel spécialiste des sommets montagneux, le guide de montagne est responsable de l’accompagnement d’une ou plusieurs personnes en excursion en montagnes ou en ascension sur rochers.

Dans le but de répondre efficacement aux envies et au niveau de ses clients, sa première tâche consiste à étudier puis identifier le meilleur itinéraire en tenant compte des conditions météorologiques et du terrain

Outre guider son groupe, le guide doit faire preuve de pédagogie en enseignant toutes les disciplines dans lesquelles il intervient, allant de l’alpinisme à l’escalade en passant par le parcours ou la randonnée. Que ce soit dans un souci d'initiation ou de perfectionnement, son rôle est de faire progresser ses clients. 

La composante la plus importante de sa mission consiste à assurer la sécurité de ses clients en veillant au respect des mesures de sécurité nécessaires. Il intervient notamment dans les situations d’urgence requérant les premiers secours.

Passionné, il assure pleinement son rôle de guide touristique en partageant ses connaissances en termes de culture et d’histoire de la montagne.  

Les différents types de guides de montagne

Il existe différents types de guides de montagne : ceux des hautes montagnes et ceux des moyennes montagnes. En effet, selon l’hostilité du terrain et la nature de l'excursion, il existe différentes règles et conditions qui encadrent la profession de guide de montagne. 

L'élément déterminant qui différencie ces deux professions est avant tout la sécurité des participants et la nécessité d'utiliser du matériel ou des techniques de l'alpinisme lors de l’excursion. 

Le texte de loi précise que le guide de moyenne montagne ne peut opérer dans les zones glaciaires, de rochers et des canyons, contrairement au guide de haute montagne qui peut s’engager sur des terrains nécessitant l’utilisation de cordages ou d’autres techniques d’alpinisme.

Les clients du guide de montagne auto-entrepreneur

En fonction de ses compétences et de sa spécialisation, le guide de montagne indépendant peut proposer ses services à différents clients :

  • Les randonneurs amateurs et intermédiaires : généralement, le guide de montagne propose des services de randonnées pour faire découvrir la pratique à des débutants ou pour le plaisir des randonneurs confirmés. Il peut s’agir d’enfants, d’adolescents ou d’adultes.
  • Les pratiquants confirmés : le guide de haute montagne peut faire office de coach pour des randonneurs souhaitant repousser leurs limites, notamment lorsque les excursions requièrent l’utilisation de techniques d’alpinisme.
  • Les établissements impliquant des activités en montagne dans le cadre d’une sous-traitance, tels que les établissements scolaires, les associations alpines ou encore les centres touristiques. 

Les qualités pour être guide de montagne indépendant

  • Prudence et technicité : le guide de montagne exerce son activité dans un environnement hostile (chutes de pierre, avalanches, pentes vertigineuses, terrain glissant...). Il doit faire preuve de prudence pour veiller à sa propre sécurité ainsi qu’à celle de ses clients. Il prête une attention particulière au choix des équipements et à l'itinéraire de l’excursion afin de minimiser les risques de danger. 
  • Excellente condition physique : la première qualité indispensable pour le guide de montagne est de faire preuve d’un bon état de santé et d’une condition physique à toute épreuve. Ceci en va de sa crédibilité, puisqu’il est celui qui encourage son groupe à braver les sommets en leur transmettant son énergie et son dynamisme. 
  • Pédagogie et relationnel : que ce soit pour transmettre des techniques d’alpinisme ou son amour pour la montagne, le guide doit faire preuve de pédagogie et être à l’écoute de ses clients. Métier à haute dominance touristique, la maîtrise de l’anglais est fortement recommandée. 

La formation pour devenir guide de montagne

Tout comme pour les avocats, les coiffeurs ou encore les moniteurs d’auto-école, le métier de guide de montagne est une profession réglementée. Que vous souhaitiez devenir guide de haute ou moyenne montagne, vous devez justifier de certaines formations obligatoires. 

Guide de moyenne montagne 

Pour exercer en tant que guide de moyenne montagne, l’intéressé doit justifier d’un diplôme d'État d'alpinisme-accompagnateur en moyenne montagne. Cette formation est dispensée par le Centre Nordique de Ski Nordique et de Moyenne Montagne (CNSNMM) et confère au diplômé la qualité d'éducateur sportif.

L’accès à cette formation est précédé par l'obtention d'un examen probatoire comportant trois épreuves :

  • Une épreuve de marche, d’orientation et de parcours en terrain varié ;
  • Un questionnaire portant sur la culture de la montagne, tant sur le plan naturel qu’humain ;
  • Un entretien de 20 minutes visant à apprécier l’expérience de la vie en montagne de l’intéressé ainsi que son aptitude à communiquer.

La formation comprend 5 unités de formation alternant apprentissage et stages pratiques et se clôturant par un examen final. Tous les 6 ans, un stage de recyclage organisé par l’école nationale des sports de montagne est obligatoire pour renouveler le titre. 

Guide de haute montagne 

Concernant les activités en haute montagne, l'intéressé doit justifier d’un diplôme d’État d'alpinisme-guide de haute montagne. Cette formation est assurée par l'École Nationale de Ski et d'Alpinisme (ENSA) et confère au diplômé la qualité d'éducateur sportif.  

Comme pour la formation du guide de moyenne montagne, l’accès à cette formation doit être précédé par l’obtention d’un examen probatoire composé de 7 épreuves (escalade, ski en neige, évolution en rocher…) et s’étalant sur 10 jours.

Après l’obtention de cet examen, des enseignements communs sanctionnant des connaissances générales théoriques sont dispensés puis suivis par une batterie de stages pratiques.

Tout comme pour le titre de guide de moyenne montagne, un stage de recyclage organisé par l’école nationale des sports de montagne est obligatoire tous les 6 ans. 

Il est à noter que pour s’inscrire à l’examen probatoire de ces deux types de guide de montagne, une formation de premier secours civique de niveau 1 (PSC1) et une liste de 40 randonnées réellement effectuées vous seront demandées.

Les démarches pour créer une micro-entreprise de guide de montagne

Le respect des conditions d’honorabilité

Nul ne peut prétendre au titre d'éducateur sportif -et donc, de guide de montagne- s'il a fait l'objet d'une condamnation pour crimes ou pour l'un des délits suivants :

  • Atteintes volontaires à la vie
  • Atteintes à l'intégrité physique ou psychique de la personne
  • Mise en danger de la personne, 
  • Atteintes aux libertés de la personne, 
  • Atteintes à la dignité de la personne, 
  • Atteintes aux mineurs et à la famille, 
  • Extorsion, 
  • Blanchiment,
  • Crimes et délits contre la nation, l'Etat et la paix publique, 
  • Conduite après usage de stupéfiants, 
  • Usage de stupéfiants.

L’obtention de la carte professionnelle d'éducateur sportif

Avant de créer votre auto-entreprise de guide de montagne, vous devez obligatoirement obtenir une carte professionnelle d'éducateur sportif

Pour ce faire, vous devez vous rapprocher de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) ou la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP).

Vous pouvez également faire votre déclaration en ligne sur le portail officiel de déclaration des éducateurs sportifs.

Les assurances du guide de montagne auto-entrepreneur

Devenir guide de montagne implique de s’exposer à des risques, d’autant plus que Le Code du Sport engage fortement la responsabilité du guide de montagne.

C’est pourquoi il est obligatoire de couvrir son activité en souscrivant à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RCP) pour se protéger des éventuels dommages corporels et matériels qui pourraient être causés à ses clients ou à des tiers.

Outre cette assurance obligatoire, d’autres assurances facultatives sont fortement recommandées :

  • Une assurance individuelle accident, comprenant une garantie décès,
  • Une assurance indemnité journalière afin de garantir des revenus en cas d’accident ou de maladie,
  • Une assurance des matériels de sports utilisés par le guide pour la réalisation de ses prestations. 

Les règles de l’auto-entreprise pour le guide de montagne

De par sa simplicité de gestion administrative et ses nombreux avantages, notamment sur le plan fiscal, le statut d’auto-entrepreneur est l’option la plus avantageuse pour devenir guide de montagne indépendant, même si celui-ci impose certaines règles : 

Déclarer votre activité en ligne : le guide de montagne doit créer son auto-entreprise en ligne. Cette démarche est réalisable sur Espace Auto-Entrepreneur ou sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF. Il vous sera d’ailleurs demandé de choisir la périodicité de déclaration de votre chiffre d’affaires (mensuelle ou trimestrielle).

Disposer d’une seule auto-entreprise : même si vous comptez exercer plusieurs activités, vous ne pouvez avoir qu’une seule et même auto-entreprise. Toutefois, cela ne vous empêche pas de cumuler différentes activités au sein d’une seule auto-entreprise.

Payer vos charges : le métier de guide de montagne faisant partie du secteur libéral, votre chiffre d’affaires est plafonné à 72.600€ tandis que vos cotisations sociales s’élèvent à 22% de votre chiffre d’affaires. Vous devez déclarer votre chiffre d’affaires auprès de l'URSSAF, y compris s’il est nul.

Nos conseils pour devenir guide de montagne à son compte

Pour devenir guide de montagne auto-entrepreneur, il faut avant tout être un passionné des paysages montagneux et des randonnées en pleine nature. Dû au caractère entrepreneurial de cette activité, vous devez adopter certains réflexes au quotidien pour développer votre activité efficacement :

  • Soyez polyvalents dans les différentes activités de montagne relatives à votre métier (randonnée, escalade, courses, alpinisme...) afin de proposer une large gamme de services et ainsi trouver plus de clients ;
  • Maîtrisez une ou plusieurs langues étrangères afin de pouvoir proposer vos services à plus de touristes,
  • Suivez des formations liées à la thématique du digital afin de partager votre passion pour la montagne en animant un blog, un site Web ou encore en diffusant des live sur les réseaux sociaux, par exemple,
  • Exercez une activité secondaire afin de garantir un revenu tout au long de l’année. Les activités en montagne étant généralement saisonnières, il est recommandé de diversifier ses sources de revenu.

Le guide de montagne auto-entrepreneur en bref

  • Votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) : l’URSSAF
  • Votre code APE : 9319Z - Autres activités liées au sport ;
  • Votre chiffre d’affaires est plafonné à 72.600€ par an ;
  • Vos montants des cotisations sociales : 22% du CA ;
  • Vos revenus sont imposés au titre des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) ;
  • Selon l’ONISEP (Office national d'information sur les enseignements et les professions), en novembre 2021 le TJM moyen du guide de montagne va de 350 à 450€.

Espace Auto-Entrepreneur vous accompagne dans les démarches de création ou de modification de votre auto-entreprise en toute simplicité. Découvrez nos offres pour faciliter vos démarches ! 

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel