Se connecter
L’esthéticienne en auto-entreprise

L’esthéticienne en auto-entreprise


Peu adapté à la création d’un institut de beauté, le statut d’auto-entrepreneur est en revanche approprié pour devenir esthéticienne à domicile. Malgré tout, plusieurs spécificités liées à la profession sont à connaître, notamment lors de la création de votre activité. Suivez notre mode d’emploi pour être esthéticienne en auto-entreprise.

 

Le métier d’esthéticienne indépendante

Les activités de l’esthéticienne auto-entrepreneuse

L’esthéticienne – ou l’esthéticien, ce métier étant aussi ouvert aux hommes - propose à ses clients des soins esthétiques divers pour mettre en valeur leur beauté. Toutefois, ce rôle principal peut passer par de nombreuses missions au quotidien :

  • écouter les clients pour cerner leurs besoins, observer leurs particularités physiques (nature de peau, pilosité, etc.) et leur proposer un soin adapté ;
  • épiler ses clients sur différentes zones du corps et du visage (jambes, aisselles, moustache, etc.) et via diverses techniques (cire, pince à épiler, etc.) ;
  • réaliser des nettoyages de peau via des techniques variées (gommage, vapeur, peeling, etc.) ;
  • effectuer des modelages esthétiques et autres soins du corps, comme du modelage californien, des soins pour les jambes lourdes ou encore des soins amincissants ;
  • proposer des massages à ses clients pouvant être relaxants, raffermissants ou encore déstressants ;
  • réaliser des pédicures et des manucures, notamment via le limage des ongles, les soins de la peau et l'application de vernis ;
  • maquiller les clients, notamment via l'application de fond de teint, de rouge à lèvre, de fard à paupière ou encore de blush ;
  • donner des conseils et des techniques aux clients qu’ils peuvent reproduire chez eux (maquillage, épilation, etc.) ;
  • vendre des produits esthétiques, comme du maquillage ou des soins du corps et du visage.

 

Esthéticienne : à domicile ou en institut ?

Le statut d’auto-entrepreneur est peu adapté à la création d’un salon de beauté. Pourquoi ? Tout simplement car l'ouverture d'un institut demande généralement d'importants investissements (loyer, aménagement du local, achat du matériel professionnel, décoration, constitution d'un stock de produits, etc.). En raison des plafonds de chiffre d’affaires de l’auto-entreprise et de l’impossibilité de déduire ses charges, le projet semble difficilement viable en auto-entrepreneur.

Si vous souhaitez exercer avec le statut d'auto-entrepreneur, il semble donc préférable d'être esthéticienne à domicile. Votre investissement initial étant limité, le régime de l’auto-entreprise se montrera beaucoup plus adapté. C’est d’ailleurs pour cette raison que le métier de coiffeur à domicile peut, lui aussi, être exercé en auto-entrepreneur, tandis que l’ouverture d’un salon de coiffure est plus difficile.

 

Le profil de l’esthéticienne auto-entrepreneuse

Les qualités pour devenir esthéticienne à domicile

Avant tout autre chose, l’esthéticienne indépendante doit disposer des compétences et connaissances techniques indispensables à l’exercice de ce métier. Toutefois, certaines qualités humaines sont également un vrai atout.

  • Un bon relationnel : bien souvent, les clients d’une esthéticienne à domicile cherchent à la fois un soin esthétique et une personne à qui parler. Il est donc important d'être à l'écoute, de s'intéresser aux autres et d'avoir de la conversation afin de nouer une relation privilégiée avec sa clientèle.
  • Une apparence irréprochable : il est primordial d'avoir une présentation irréprochable afin de mettre le client en confiance. En effet, il sera généralement rassuré s'il constate que l'esthéticienne est elle-même bien maquillée, propre ou encore bien manucurée. D’où l’importance de prendre soin de son apparence.
  • Le sens de l'esthétique : l'esthéticienne auto-entrepreneuse doit faire preuve de bon goût afin de satisfaire sa clientèle. Ses qualités esthétiques lui permettent de proposer des soins adaptés à chacun, notamment en ce qui concerne le choix des couleurs (maquillage, vernis à ongle, etc.).
  • Une bonne condition physique : le métier d’esthéticienne peut être physiquement éprouvant, dans la mesure où elle répète toute la journée des gestes demandant de la précision (pose de vernis, maquillage, etc.) ou même de la force (massage, pédicure, etc.).

 

Les formations d’esthéticienne

Pour créer son auto-entreprise, l’esthéticienne doit obligatoirement pouvoir justifier de qualifications professionnelles spécifiques. Pour cela, elle dispose principalement de trois options :

  • obtenir le CAP esthétique-cosmétique-parfumerie, qu'il est possible de préparer en 2 ans après le collège ;
  • obtenir un diplôme d’un niveau au moins équivalent au CAP, tel que le Brevet Professionnel esthétique-cosmétique-parfumerie (2 ans après le CAP), le Bac Pro esthétique-cosmétique-parfumerie (3 ans après le collège) ou le BTS Métiers de l'esthétique-cosmétique-parfumerie (2 ans après le bac) ;
  • ou disposer d'au moins 3 années d'expérience en tant qu'esthéticienne, qu’il est notamment possible d’acquérir en étant salariée au sein d’un institut de beauté.

 

Vos démarches pour devenir esthéticienne en auto-entrepreneur

La demande d’attestation de qualification professionnelle

Si vous ne disposez pas d'un diplôme d'esthétique - tel qu'un CAP ou un Bac Pro - vous devez obligatoirement demander une attestation de qualification professionnelle pour pouvoir devenir esthéticienne auto-entrepreneuse. Vous devez réaliser cette démarche auprès de la Chambre de métiers et de l'artisanat (CMA) de votre département et justifier d'au moins 3 ans d'expérience professionnelle.

 

L’obtention de la carte d’artisan ambulant

L’esthéticienne à domicile sera considérée comme un artisan ambulant à partir du moment où elle n’exerce pas son activité uniquement dans la commune où est domiciliée son auto-entreprise. Si tel est votre cas, vous devez faire une demande de carte d’artisan d’ambulant auprès de la Chambre de métiers et de l’artisanat de votre département.

Pour cela, vous devez envoyer le Cerfa 14022 (Déclaration préalable pour l'exercice d'une activité commerciale ou artisanale ambulante) et vous acquitter de 30 €. La carte est valable 4 ans et renouvelable.

 

La réglementation autour des prestations d’esthétique

Qu’elle soit salariée ou auto-entrepreneuse, l’esthéticienne ne peut pas réaliser tous les soins qu’elle souhaite. En effet, certaines prestations sont encadrées, notamment pour protéger la clientèle.

  • Le modelage : l'esthéticienne peut uniquement pratiquer des massages ou modelages superficiels, à savoir des manipulations externes qui ont uniquement un objectif esthétique ou de confort. Celles-ci peuvent notamment servir à faire pénétrer un produit cosmétique, mais ne doivent avoir aucune finalité thérapeutique ou médicale.
  • L’épilation : l'esthéticienne en auto-entreprise peut uniquement épiler ses clients au moyen d'une pince ou de cire. Toutes les autres techniques sont réservées aux médecins et notamment aux dermatologues. C'est principalement le cas de l'épilation au laser, aux lampes flash et à la lumière pulsée.
  • Le maquillage permanent : l'esthéticienne peut réaliser du maquillage permanent ou semi-permanent, uniquement si elle a suivi une formation relative aux conditions d'hygiène et de salubrité d'une durée minimale de 21 heures. Cette obligation concerne également les tatoueurs en auto-entreprise, qu’ils réalisent ou non du maquillage permanent.

 

Les particularités en cas d’activité mixte

Le métier d’esthéticienne est considéré comme une activité artisanale. À ce titre, vous dépendez de la CMA (Chambre de métiers et de l’artisanat) et vous devez vous immatriculer au Répertoire des métiers (RM) dans le mois qui suit la création de votre auto-entreprise d’esthétique.

Si vous vendez également des produits dans le cadre de votre activité (maquillage, soins du corps, produits de gommage, etc.), vous aurez une activité mixte : à la fois artisanale pour les soins esthétiques et commerciale pour la revente de produits. Dans ce cas, vous dépendrez aussi de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) et vous aurez l’obligation, en plus, de vous immatriculer au Registre du commerce et des sociétés (RCS).

 

Les assurances d’une esthéticienne auto-entrepreneuse

Dans le cas d’une activité réalisée au domicile de ses clients, l’esthéticienne auto-entrepreneuse n’a aucune obligation d’assurance. Malgré tout, plusieurs garanties sont généralement recommandées pour pouvoir exercer votre activité en toute sérénité.

  • L’assurance auto pro : si vous disposez déjà d’une assurance auto pour un usage privé, vous devez déclarer à votre assureur l’utilisation professionnelle de votre véhicule. Il pourra ainsi vous proposer des garanties adaptées ou un contrat spécifique.
  • L’assurance de responsabilité civile professionnelle : la RC Pro permet de couvrir tous les dommages matériels ou physiques que vous pourriez causer à un tiers. Elle pourra notamment se montrer utile si vous blessez un client ou endommagez un bien lui appartenant par inadvertance.
  • La protection juridique : le métier d’esthéticienne à domicile peut être source de litiges avec les clients, notamment en cas d’erreur professionnelle. Dans l’hypothèse d’une procédure judiciaire, l’assurance de protection juridique pourra couvrir les frais engagés par l’esthéticienne pour sa défense.

Bon à savoir : si vous ouvrez un institut de beauté, vous devez au minimum souscrire une assurance multirisque professionnelle afin de couvrir le local contre divers sinistres, comme le dégât des eaux ou l’incendie.

 

Le respect du régime de l’auto-entreprise pour l’esthéticienne

Le statut d’auto-entrepreneur impose également à l’esthéticienne à domicile – ou en institut – de se plier à une réglementation spécifique.

  • La création de l’auto-entreprise : pour devenir esthéticienne à domicile, vous devez créer votre auto-entreprise en ligne au moyen du formulaire P0 CMB (Cerfa 15253). Cette démarche peut notamment être réalisée sur Guichet Entreprises ou sur Espace Auto-Entrepreneur. À cette occasion, vous devez choisir la périodicité de vos déclarations de chiffre d’affaires : tous les mois ou tous les 3 mois.
  • La déclaration de revenus : les revenus que vous déclarez correspondent aux encaissements reçus sur la période de déclaration et non à votre bénéfice. Si votre chiffre d’affaires est nul, vous devez malgré tout déclarer 0 €.
  • Le respect des plafonds : si vous avez uniquement une activité artisanale, votre plafond de chiffre d’affaires annuel est de 72 500 €. En cas d’activité mixte, votre plafond total est de 176 200 €, au sein duquel les revenus tirés de votre activité artisanale doivent malgré tout être inférieurs à 72 500 €.
  • Le paiement des cotisations : vos charges sociales correspondent à 22 % de votre chiffre d’affaires pour votre activité artisanale et à 12,8 % pour la revente de produits. Si vous êtes bénéficiaire de l’ACRE, ces taux sont respectivement ramenés à 11 % et 6,4 % durant votre première année d’exercice.
  • La gestion comptable : vous avez l’obligation de tenir un livre des recettes et – si vous avez une activité commerciale – un registre des achats. Notez également que vous devez avoir un compte bancaire dédié à votre activité si votre chiffre d’affaires dépasse 10 000 € pendant 2 années de suite.

 

Nos astuces pour devenir esthéticienne à domicile

Devenir esthéticienne à domicile en auto-entrepreneur n’est pas toujours facile. Entre la concurrence, le démarchage des clients et les formalités administratives, il est possible de rapidement perdre pied. Pour vous en prémunir, voici plusieurs bonnes pratiques à adopter :

  • réalisez le Stage de préparation à l’installation (SPI) qui vous enseigne les bases de la gestion d’entreprise ;
  • budgétisez le coût nécessaire à la création de votre auto-entreprise, notamment pour l’achat de matériel et de produits (chauffe-cire, sèche vernis, ponceuse à ongles, maquillage, soins, etc.), l’acquisition d’un véhicule, les assurances et la communication ;
  • réalisez une étude de marché pour estimer les besoins de la population locale et le nombre de concurrents déjà installés (à domicile et en institut) ;
  • proposez des prestations complémentaires ou spécifiques (vente de produits, techniques de peeling, modelage californien, contouring, maquillage de mariage, etc.) afin de vous démarquer ;
  • réalisez de la communication locale, notamment au sein des commerces de proximité en lien avec l’esthétique (salon de coiffure, centre de bronzage, centre de thalassothérapie, etc.) ;
  • soignez votre e-réputation, et ce, en vous créant un site Internet, en animant une page ou plusieurs pages sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, etc.) et en demandant à vos clients de vous laisser des avis sur Google ;
  • inscrivez-vous sur une plateforme de mise en relation pour développer votre notoriété et votre clientèle, à l’image de Service Beauté, Mon Beau Miroir, Pop My Day ou encore Wecasa.

 

L’esthéticienne auto-entrepreneuse en bref

Vous souhaitez devenir esthéticienne en auto-entreprise ? Avant de vous lancer dans l’aventure, retrouvez toutes les informations qu’il faut absolument connaître :

  • vous devez au minimum être titulaire du CAP esthétique-cosmétique-parfumerie ;
  • le niveau de formation va du CAP au bac +2 ;
  • vous devez demander une carte d’artisan ambulant ;
  • certaines prestations d’esthétique sont interdites (massage thérapeutique, épilation au laser, etc.) ;
  • vous dépendez de la Chambre de métiers et de l’artisanat(CMA) ;
  • votre code APE est 02B - Soins de beauté ;
  • votre plafond de chiffre d’affaires est de 72 500 € (176 200 € dans le cas d’une activité mixte) ;
  • votre taux de cotisations s’élève à 22 % (12,8 % pour la revente de produits) ;
  • vos revenus entrent dans la catégorie des BIC (Bénéfices industriels et commerciaux) ;
  • votre tarif est compris en moyenne entre 10 et 70 € selon la nature de la prestation.

 

Le saviez-vous ? Espace Auto-Entrepreneur met à votre disposition une plateforme simplifiant la création et la gestion de votre auto-entreprise d’esthétique. Adhésion par Internet, comptabilité en ligne, édition de factures… autant de services pensés pour répondre à vos besoins.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h