Se connecter
L’ostéopathe auto-entrepreneur

L’ostéopathe auto-entrepreneur


Consistant réaliser des manipulations manuelles pour corriger divers troubles de l’organisme, le métier d’ostéopathe libéral peut être exercé en auto-entreprise. La profession répond cependant à une réglementation spécifique, notamment en ce qui concerne la formation nécessaire et la déclaration de début d’activité. Suivez notre guide pour devenir ostéopathe auto-entrepreneur.

 

Le métier d’ostéopathe libéral

Le rôle de l’ostéopathie

Considérée comme une médecine douce, l'ostéopathie consiste en la manipulation manuelle du corps afin de remédier à des troubles fonctionnels. Cette discipline repose sur une approche globale du corps humain et sur l'interconnexion des différents éléments composant l'organisme (muscles, os, organes, etc.). Elle répond d’ailleurs à certaines règles qui lui sont spécifiques.

  • La nature des manipulations : l'ostéopathe n'intervient que de façon manuelle et sans instrument sur le corps humain. Les manipulations ne concernent que le système musculo-squelettique (os, muscles, tendons, ligaments et articulations) et le tissu myofascial (reliant les muscles, organes, nerfs ou encore artères de l'organisme).
  • Le champ d'intervention : l'ostéopathie peut intervenir sur plusieurs zones du corps, à l'image des viscères, du squelette, du crâne ou encore des articulations. Il est donc possible de consulter pour de nombreux maux, comme des troubles digestifs, des entorses, des otites, des sinusites, des tendinites, de l'arthrose ou encore des troubles circulatoires.
  • La méthodologie : à l'issue d'un bilan complet de l'état de santé du patient, un diagnostic est réalisé pour déterminer les éventuels troubles en présence. Cela permettra d'adapter la nature des manipulations à réaliser. Celles-ci pourront être fonctionnelles (mobilisation des tissus pour soulager une tension), viscérales (palpation du foie, de la rate ou encore des intestins pour leur rendre leur pleine efficacité), structurelles (manipulation sur certaine zones spécifiques pour libérer des points de blocage) ou crâniennes (manipulation des os du crâne afin d'améliorer la souplesse ou la respiration notamment).

 

Les patients d’un ostéopathe auto-entrepreneur

Au quotidien, l’ostéopathe auto-entrepreneur peut exercer son activité auprès d’une patientèle variée.

  • Les particuliers : la plupart des patients d’un ostéopathe libéral sont des particuliers souhaitant remédier à un trouble ou en prévenir l’apparition.
  • Les entreprises : il est également possible d’exercer auprès d’entreprises, notamment dans le cadre d’une formation ou de journées de sensibilisation. L’ostéopathe peut également intervenir au sein d’associations sportives, tels que des clubs de football ou de rugby par exemple.
  • Les animaux : encore méconnue, l’ostéopathie animale est également une voie possible pour l’ostéopathe, principalement auprès des chevaux. Toutefois, la discipline nécessite une formation spécifique que nous n’abordons pas à travers cette fiche métier.

 

Le profil de l’ostéopathe indépendant

Les qualités d’un ostéopathe libéral

Comme toute discipline liée à la santé, l'ostéopathie exige un certain nombre de qualités indispensables. Au-delà des connaissances et compétences techniques, l'ostéopathe en auto-entreprise dont disposer d’aptitudes humaines spécifiques.

  • Une habileté manuelle : l'ostéopathe travaille uniquement avec ses mains et sans instruments extérieurs. Il doit donc être manuel pour manipuler ses patients et pour ressentir les éventuelles tensions à la palpation. Cela demande d’ailleurs du dynamisme et un minimum d’endurance physique car les manipulations peuvent parfois nécessiter de la force.
  • Une aisance relationnelle : l'ostéopathe libéral doit faire preuve d'écoute et de pédagogie pour comprendre les troubles de ses patients et les rassurer. La communication est donc indispensable, notamment dans l'optique de conseiller ses patients sur les bonnes habitudes à prendre pour prévenir les troubles (hygiène de vie, posture à adopter, alimentation, etc.).
  • Une grande autonomie : bien qu’il puisse collaborer avec d’autres thérapeutes, comme un kinésithérapeute ou un ergothérapeute par exemple, l’ostéopathe auto-entrepreneur travaille le plus souvent seul au sein de son cabinet. Il est donc indispensable d'être indépendant et autonome, notamment pour gérer le quotidien, la prise de rendez-vous ou encore les démarches administratives (facturation, déclarations, etc.).

 

La formation d’un ostéopathe auto-entrepreneur

La profession étant réglementée, il est obligatoire de disposer de qualifications professionnelles spécifiques pour devenir ostéopathe libéral. En effet, l'exercice de l'ostéopathie nécessite l'obtention du diplôme d'ostéopathe (DO). Celui-ci peut être obtenu de deux façons différentes.

  • En formation initiale : après l'obtention du baccalauréat, idéalement scientifique, il est possible de suivre une formation de 5 ans au sein de l'un des établissements agréés par le Ministère de la Santé (on en dénombre environ 30 à travers la France). La durée de la formation doit être au minimum de 2 660 heures.
  • En formation continue : certains professionnels de santé en exercice peuvent également préparer le diplôme d'ostéopathe, notamment en vue de pratiquer l’ostéopathie en complément de leur discipline principale. Cela concerne les médecins, les masseurs-kinésithérapeutes, les sages-femmes et les infirmiers.

 

Les démarches pour devenir ostéopathe auto-entrepreneur

L’enregistrement du diplôme d’ostéopathe

Avant de pouvoir créer son auto-entreprise, l’ostéopathe libéral doit obtenir un numéro Adeli. Pour cela, il est nécessaire de réaliser une demande d’enregistrement du diplôme d'ostéopathe à l'Agence régionale de santé (ARS) de votre futur lieu d’exercice. Cette procédure vous permettra également d'être inscrit sur la liste départementale des praticiens.

 

Les assurances d’un ostéopathe libéral

L’ostéopathe auto-entrepreneur doit obligatoirement souscrire une assurance RC Pro. Aussi appelée assurance de responsabilité civile professionnelle, elle couvre les dommages physiques et matériels que vous pourriez causer à un tiers dans l’exercice de votre activité. Au même titre que les chiropracteurs, le plafond d'indemnisation de l'assurance doit être au minimum de 8 millions d'euros par sinistre et de 15 millions d'euros par année.

S’il exerce au sein de son propre cabinet, l’ostéopathe en auto-entreprise doit également disposer d’une assurance multirisque. Ce contrat vise à couvrir les locaux contre divers sinistres, tels que l’incendie et le dégât des eaux.

Bien que facultatifs, d’autres contrats d’assurance peuvent également présenter un intérêt pour l’ostéopathe libérale. C’est notamment le cas :

  • de l’assurance automobile professionnelle dans le cas d’un usage du véhicule à titre professionnel ;
  • de la protection juridique qui couvre les frais judiciaires engagés en cas de litige ;
  • des contrats de mutuelle, de prévoyance ou encore d’épargne retraite.

 

Le devoir d’information et de formation de l’ostéopathe

Dans le cadre de son activité, l’ostéopathe auto-entrepreneur doit également se plier à différentes obligations spécifiques liées à l’exercice de l’ostéopathie. Il devra notamment :

  • indiquer sur sa plaque et sur tous ses documents son diplôme d'ostéopathe ainsi que les autres titres dont il est titulaire (diplôme d'État, certificat, titre professionnel, etc.) ;
  • afficher ses tarifs de façon claire et préciser que la consultation ne donne aucun droit à un remboursement par l’Assurance maladie (la mutuelle de l’assuré peut éventuellement rembourser partiellement ou intégralement la séance) ;
  • se conformer à l'obligation de formation continue, dont les conditions sont définies par décret ;
  • orienter son patient vers un médecin dans différentes situations (traitement médical nécessaire, aggravation des symptômes, troubles n'entrant pas dans son champ de compétences, etc.) ;
  • refuser de traiter un patient présentant des symptômes qui nécessitent des examens paracliniques.

 

Les règles de l’auto-entreprise d’ostéopathie

Au-delà de la réglementation qui encadre sa profession, l’ostéopathe libéral doit également respecter les règles du statut d’auto-entrepreneur s’il désire exercer sous le régime de l’auto-entreprise.

  • La déclaration d’entreprise : avant de pouvoir exercer, l’ostéopathe libéral doit créer son auto-entreprise en ligne. Cette démarche peut notamment être réalisée sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF ou via le service de déclaration d’Espace Auto-Entrepreneur. À cette occasion, il choisit notamment la périodicité de déclaration de son chiffre d’affaires (mensuelle ou trimestrielle).
  • La déclaration de revenus : l’ostéopathe auto-entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaires sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF, y compris si celui-ci est nul sur la période. La somme à déclarer correspond aux encaissements reçus et non aux seuls bénéfices. Son chiffre d’affaires annuel doit d’ailleurs être inférieur à 72 500 € pour conserver le bénéfice de l’auto-entreprise.
  • Le paiement des cotisations : dans le mois qui suit sa déclaration périodique, l’ostéopathe en auto-entreprise doit s’acquitter de ses cotisations sociales, dont le montant correspond à 22 % de son chiffre d’affaires. Toutefois, l’auto-entrepreneur peut demander l’ACCRE afin de bénéficier d’une exonération partielle durant sa première année d’exercice. Le taux applicables sera alors de 11 %.
  • Les autres obligations : en plus de devoir tenir un livre des recettes, vous avez l’obligation d’ouvrir un compte bancaire pour votre auto-entreprise d’ostéopathie. Vous êtes cependant dispensé de cette seconde obligation si votre chiffre d’affaires annuel est inférieur à 10 000 €.

 

Les clés pour devenir ostéopathe en auto-entreprise

Le métier d'ostéopathe libéral connait un essor grandissant ces dernières années, pouvant compliquer l'installation en auto-entreprise du fait de la concurrence. Il est donc conseillé de suivre certaines bonnes pratiques pour développer son activité :

  • réaliser une étude de marché afin de déterminer les besoins de la population locale et le nombre d'ostéopathes déjà installés ;
  • définir votre lieu d’exercice (cabinet libéral, centre hospitalier, maison médicale, domicile des patients, etc.) afin d’adapter les moyens nécessaires à votre installation ;
  • budgétiser le matériel nécessaire à votre installation, notamment en fonction de votre lieu d’exercice et de la nature de votre activité (table de massage ostéopathique, bureau, ordinateur, accessoires divers, etc.) ;
  • adhérer à une association ou à un syndicat professionnel afin d’être informé de l’actualité du secteur et de profiter d’un accès privilégié à la formation (SFDO, Ostéopathe de France, AFO, RFO, etc.) ;
  • participer à des évènements professionnels (colloque, séminaire, etc.) afin de suivre les nouveautés de la discipline et d’entretenir votre réseau ;
  • soigner votre réputation en ligne, notamment en créant un site Internet, en invitant vos patients à vous laisser un avis sur Google et en vous inscrivant sur une plateforme spécialisée de prise de rendez-vous (Keldoc, Doctolib, etc.).

 

L’ostéopathe en auto-entreprise en résumé

Envie de créer une auto-entreprise d’ostéopathie ? Retrouvez toutes les informations essentielles à retenir :

  • le métier étant réglementé, vous devez être titulaire du diplôme d’ostéopathe (DO) pour pouvoir exercer ;
  • la formation initiale est d’une durée de 5 ans, mais elle peut également être suivie en continu par certains professionnels de la santé ;
  • vous devez obligatoirement disposer d’une RC Pro ;
  • vous devez disposer d’un numéro Adeli, demandé auprès de l’ARS ;
  • vous dépendez de l’URSSAF ;
  • votre code APE est 86.90E - Activités des professionnels de la rééducation, de l'appareillage et des pédicures-podologues ;
  • votre plafond de chiffre d’affaires est de 72 500 € à l’année;
  • vos cotisations sociales s’élèvent à 22 % de votre chiffre d’affaires (11 % avec l’ACCRE) ;
  • vos revenus appartiennent aux Bénéfices non commerciaux (BNC) ;
  • le tarif d’une séance est compris en moyenne entre 40 et 60 €/heure.

 

Le saviez-vous ? Espace Auto-Entrepreneur propose un service tout-en-un aux ostéopathes auto-entrepreneurs. Depuis la plateforme, profitez :

  • d’une déclaration de début d’activité simplifiée ;
  • d’un logiciel de comptabilité en ligne ;
  • d’une gestion de votre activité en ligne ;
  • de l’accompagnement de plusieurs experts.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h