...

L’ACRE pour les auto-entrepreneurs


Permettant de profiter d’une exonération partielle de cotisations sociales, l’ACRE est le principal dispositif d’aide à la création d’une auto-entreprise. Depuis le 1er janvier 2020, ses conditions d'attribution ont évolué. Accordée désormais sur demande et sous certaines conditions, elle ne s'applique plus que lors de la première année d'activité, contre trois ans auparavant. Conditions d’attribution, taux d’exonération et fonctionnement : découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’ACRE pour les auto-entrepreneurs.

 

Les conditions pour bénéficier de l’ACRE comme auto-entrepreneur

L'ACRE (Aide à la création ou à la reprise d'une entreprise) a remplacé l'ACCRE au 1er janvier 2019. Accordée automatiquement à tous les créateurs d’activité pendant trois ans, cette aide a finalement de nouveau vu ses conditions d’attribution évoluer au 1er janvier 2020. Elle prévoit désormais une exonération partielle de charges sociales uniquement durant la première année d’activité. Pour y être éligible, vous devez répondre à au moins l’une des conditions suivantes :

  • être un demandeur d'emploi indemnisé ;
  • être un demandeur d'emploi non indemnisé mais inscrit à Pôle Emploi pendant au moins 6 mois sur les 18 derniers mois ;
  • être bénéficiaire du RSA (Revenu de solidarité active) ou de l'ASS (Allocation de solidarité spécifique) ;
  • avoir entre 18 et 26 ans ;
  • être reconnu handicapé et avoir moins de 30 ans ;
  • avoir signé un CAPE (Contrat d'appui au projet d'entreprise) ;
  • créer ou reprendre une activité au sein d'une ZUS (Zone urbaine sensible) ;
  • être bénéficiaire de la PreParE (Prestation partagée d'éducation de l'enfant) ;
  • être indépendant sans relever du régime micro-social.

 

En plus d’être dans l’une des situations énoncées plus haut, il est nécessaire que vos revenus d’activité soient inférieurs à 41 136 € après abattement (en 2020). Vous ne devez donc pas dépasser un certain chiffre d’affaires, dont le montant varie selon la nature de votre activité.

  • Pour les activités de vente : le taux d'abattement applicable étant de 71 %, votre chiffre d'affaires annuel ne doit pas être supérieur à 141 848 € pour profiter de l'ACRE.
  • Pour une activité de prestations de services en BIC : le chiffre d'affaires de l'auto-entreprise doit être inférieur à 82 272 € car le taux d'abattement est de 50 %.
  • Pour les activités relevant des BNC : le taux d'abattement étant de 34 %, le chiffre d'affaires ne doit pas dépasser 62 327 €.

À noter : auparavant, l'ACRE était accordée automatiquement. Dorénavant, vous devez en faire la demande à l'URSSAF à l’aide du formulaire « Demande de l'aide à la création et à la reprise d'une entreprise (ACRE) pour les auto-entrepreneurs ». Ce document doit être adressé au moment de la création de votre auto-entreprise ou, au plus tard, dans les 45 jours qui suivent le dépôt de votre dossier.

 

Le montant de l’ACRE pour l’auto-entrepreneur

L’ACRE pour une création d’auto-entreprise après 2020

Si vous créez votre auto-entreprise après le 1er janvier 2020, vous ne profitez de l’ACRE que lors de votre première année civile d’activité (à condition d’y être éligible et d’en faire la demande). Durant cette période, vous bénéficiez d’une exonération partielle de charges sociales. Retrouvez ci-dessous le taux de cotisations à payer en fonction de la nature de votre activité.

TAUX DE COTISATIONS POUR LES CRÉATEURS

ET BÉNÉFICIAIRES DE L'ACREÀ PARTIR DE 2020

Périodes

Achat et vente de marchandises

Vente de denrées à consommer sur place

Fourniture de logement (BIC)

Prestations de services commerciales et artisanales

Professions libérales

Première année

6,4 %

6,4 %

6,4 %

11 %

11 %

Années suivantes

12,8 %

12,8 %

12,8 %

22 %

22 %

 

L’ACRE pour une création d’auto-entreprise avant 2020

Vous étiez déjà bénéficiaire de l’ACRE avant le 1er janvier 2020 ? Dans ce cas, vous profitez toujours d’une exonération partielle et dégressive durant vos 3 premières années d’activité. Toutefois, son montant est revu à la baisse :

  • vous conservez le bénéfice d’une exonération à taux plein lors de la première année d’activité (75 %) ;
  • le taux d'exonération passe à 25 % lors de la seconde année (au lieu de 50 %) ;
  • le taux d'exonération passe à 10 % lors de la troisième année (au lieu de 25 %).

Retrouvez ci-dessous le taux de charges sociales en vigueur pour les bénéficiaires de l’ACRE avant 2020.

TAUX DE COTISATIONS POUR LES CRÉATEURS

ET BÉNÉFICIAIRES DE L'ACRE AVANT 2020

Périodes

Achat et vente de marchandises

Vente de denrées à consommer sur place

Fourniture de logement (BIC)

Prestations de services commerciales et artisanales

Professions libérales

Première année

3,2 %

3,2 %

3,2 %

5,5 %

5,5 %

Deuxième année

9,6 %

9,6 %

9,6 %

16,5 %

16,5 %

Troisième année

11,6 %

11,6 %

11,6 %

19,8 %

19,8 %

Années suivantes

12,8 %

12,8 %

12,8 %

22 %

22 %

 

Les aides pour l’auto-entrepreneur complémentaires de l’ACRE

L'ACRE n'est pas la seule aide à la création d'activité dont peuvent profiter les auto-entrepreneurs. En effet, l'attribution de l'ACRE vous rend automatiquement éligible à d'autres dispositifs d'accompagnement (sous certaines conditions).

  • L'ARCE : l'Aide à la reprise ou à la création d'entreprise peut être attribuée aux demandeurs d'emploi qui bénéficient de l'ARE (Allocation d’aide au retour à l'emploi) et qui créent une auto-entreprise. Ce dispositif permet à l'auto-entrepreneur de toucher, en deux versements, 45 % des allocations chômage qui restent à verser. Il ne sera cependant plus considéré comme demandeur d'emploi s'il fait le choix de bénéficier de l'ARCE.
  • Le NACRE : le Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d'entreprise permet aux auto-entrepreneurs d'être accompagnés lors de la création de leur activité. Ce dispositif prend la forme d'un soutien personnalisé durant 3 ans par un organisme dédié et peut permettre de souscrire un prêt à taux zéro d'un montant limité.

 

L'ACRE et le maintien des allocations sociales de l'auto-entrepreneur

Que vous bénéficiez ou non de l'ACRE suite à la création de votre auto-entreprise, vous avez la possibilité de cumuler vos revenus d'activité avec différentes allocations sociales. Leur montant peut cependant être revu à la baisse en fonction de votre chiffre d'affaires.

  • L'ARE : vous pouvez continuer à toucher l'Allocation d'aide au retour à l'emploi, mais uniquement si vous ne bénéficiez pas de l’ARCE. De plus, le cumul de vos revenus et de l'allocation ne pourra pas être supérieur au salaire moyen qui a servi de base au calcul de vos allocations chômage.
  • Le RSA : durant les 3 premiers mois d'activité, vous continuerez à toucher 100 % de votre Revenu de solidarité active. À l'issue de cette période, vos revenus seront pris en compte à 62 % pour calculer le montant de votre RSA.
  • L'ASS : durant votre première année d'activité, vous pourrez continuer à toucher l'Allocation de solidarité spécifique. Cette aide est principalement versée aux demandeurs d'emploi n’ayant plus de droit à l'ARE.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h
Un jeu d'enfant

Satisfaite, se mettre à son compte devient un jeu d'enfant

Jeanne Giron
* * * * *
Écoute du client

Prise en charge rapide et toujours à l'écoute du client ! Je recommande a tous jeunes entrepreneurs !

Nicolas Balland
* * * * *
Réactif et attentif

Réactif et attentif... Ce qui permets d'avancer très vite.. Je recommande sans aucune hésitation !!!

Michel Guerra
* * * * *
Équipe réactive

L'equipe fut compétente et TRÈS réactive (réponse toujours dans la journée aucun questions posées)

Lorraine Jaspart
* * * * *