Se connecter

Auto-entrepreneur : un statut idéal pour une reconversion professionnelle

22/03/2021   Informations utiles   

Vous souhaitez changer de métier ou créer votre propre activité ? De par sa simplicité, le statut d’auto-entrepreneur permet de concrétiser un projet de reconversion professionnelle facilement. Motifs d’évolution, avantages de l’auto-entreprise ou encore aides financières et humaines : découvrez tous nos conseils pour changer de travail et devenir micro-entrepreneur.

 

Reconversion professionnelle : pourquoi et pour qui ?

Vous souhaitez changer de métier ? Entreprendre un projet de reconversion, c’est l’occasion de s’offrir un nouvel horizon professionnel, quel que soit votre statut actuel ou le motif de votre changement.

 

Les bonnes raisons d’évoluer professionnellement

Quel que soit votre âge ou statut actuel (salarié, demandeur d'emploi, indépendant, etc.), de nombreux motifs peuvent vous inciter à changer de métier, notamment dans l'optique de devenir auto-entrepreneur.

  • Vous avez un projet d’entreprise : un projet de reconversion professionnelle, c'est bien souvent l'occasion de devenir entrepreneur et de créer sa propre activité. Une activité plus en adéquation avec vos compétences, vos aspirations ou même vos passions.
  • Vous souhaitez prendre du plaisir à travailler : métier peu valorisant, ennui, aucune évolution professionnelle, absence de reconnaissance… vous pouvez également décider de vous reconvertir afin de donner davantage de sens à votre travail, aussi bien pour avoir une activité en accord avec vos valeurs que pour prendre davantage de plaisir au quotidien.
  • Vous désirez de meilleures conditions de travail : la reconversion professionnelle, tout particulièrement pour devenir micro-entrepreneur, c’est aussi un moyen d'opter pour un métier offrant un cadre de travail plus agréable (ambiance, horaires, liberté, etc.).
  • Vous souhaitez trouver un travail : si vous êtes demandeur d’emploi ou inapte au métier que vous exercez actuellement, la reconversion professionnelle est un levier pertinent pour trouver ou retrouver un travail correspondant à vos compétences et à vos envies.

 

Une reconversion professionnelle accessible à tous

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les salariés ne sont pas les seuls travailleurs à pouvoir évoluer professionnellement. En effet, la reconversion s’adresse aussi bien :

  • aux demandeurs d’emploi, notamment lorsque leurs compétences ne répondent pas aux besoins du marché ;
  • aux salariés qui souhaitent changer de métier ou devenir entrepreneur ;
  • aux retraités, dans l’optique de compléter leurs revenus et de rester actif ;
  • aux indépendants, dont les micro-entrepreneurs, qui désirent exercer un nouveau métier, tout en restant entrepreneur ou en devenant salarié.

 

Quelles aides pour changer de métier ?

Bien qu’une reconversion professionnelle puisse apparaître comme un projet insurmontable, vous avez accès à différentes aides pour changer de métier plus facilement, qu’elles soient de nature financière ou humaine.

  • Le CPF de transition : à condition d'avoir été salarié pendant au moins 2 ans, ce dispositif vous permet de vous absenter afin de suivre une formation certifiante pour changer de métier. Durant cette période, vous êtes toujours salarié et bénéficiez d'une rémunération correspondant à un salaire moyen de référence.
  • Les Fonds d'assurance formation : sous certaines conditions, vous avez également un droit à formation en tant qu'auto-entrepreneur, notamment si vous souhaitez changer d'activité indépendante. Rapprochez-vous de votre FAF (Fonds d'assurance formation) afin de connaître les modalités de remboursement de vos formations.
  • Le Compte personnel de formation : ouvert aux salariés, indépendants ou encore demandeurs d'emploi, le CPF vous permet de financer diverses formations, notamment pour créer une entreprise ou pour acquérir de nouvelles qualifications. Dans la plupart des cas, votre compte est alimenté de 500 € chaque année, dans la limite d’un plafond de 5 000 €.
  • Le Conseil en évolution professionnelle : le CEP est un service d'accompagnement gratuit et ouvert à tous. Il vous permet de faire le point sur votre situation professionnelle et d'envisager une évolution de carrière (reconversion, création d'une auto-entreprise, etc.). Dispensé par divers organismes (Pôle emploi, Apec, etc.), ce dispositif vous permet d'être conseillé dans la stratégie à adopter (métier envisageable, formation à suivre, etc.).
  • L'Évaluation des compétences et des connaissances professionnelles : d'une durée maximale d'une journée, l'ECCP vous permet d'évaluer vos compétences et d'identifier des opportunités de reconversion professionnelle adaptée à votre profil.

 

Comment évoluer pour devenir micro-entrepreneur ?

Un projet de reconversion professionnelle, que ce soit pour devenir auto-entrepreneur ou non, ne s’improvise pas. En effet, vous devez suivre plusieurs étapes afin de changer de métier de manière efficace et pérenne, tout en concrétisant vos envies d'évolution.

  1. Réalisez un bilan : en premier lieu, il est important d'analyser votre situation actuelle, notamment pour identifier vos compétences, vos connaissances, vos points forts, vos points faibles et vos aspirations professionnelles. Pour cela, n’hésitez pas à vous renseigner sur le CEP et l’ECCP, abordés précédemment.
  2. Renseignez-vous sur l'environnement professionnel : avant de changer de métier, pour devenir micro-entrepreneur par exemple, il est essentiel de regrouper un maximum de renseignements sur l'environnement socio-économique du métier que vous visez. Pour cela, rapprochez-vous de professionnels du secteur, de Pôle emploi ou encore des chambres consulaires (CCI, CMA, etc.).
  3. Envisagez une formation : prenez le temps de vous renseigner sur les droits à formation dont vous disposez (FAF, CPF, etc.) afin de déterminer les cursus que vous pouvez financer pour vous former. Diplôme, titre certifiant ou simple stage : vous disposez de nombreuses possibilités pour bien débuter votre reconversion professionnelle. Un réflexe d’autant plus important que certaines activités nécessitent obligatoirement une formation ou un niveau d’expérience suffisant.
  4. Organisez votre reconversion : il est essentiel d'établir un rétroplanning des démarches et objectifs que vous vous êtes fixés dans le cadre de votre reconversion (bilan, formation, lancement d'activité, etc.). L'enjeu est de tenir compte de vos contraintes et de partir sur une base saine et réaliste, notamment pour éviter de vous décourager.
  5. Définissez clairement votre projet : prenez également le temps de préparer la présentation de votre projet (dossier, lettre de motivation, CV, etc.) afin que vos différents interlocuteurs comprennent plus facilement votre démarche (accompagnateur, réseau professionnel, chambre consulaire, Pôle emploi, banquier, etc.). L’objectif ? Pouvoir justifier votre choix auprès de ces différents organismes afin qu’ils vous soutiennent dans votre projet.
  6. Lancez-vous : après toutes ces démarches, cela peut être effrayant de finalement concrétiser son projet de reconversion professionnelle, que ce soit pour changer de métier ou créer sa propre activité. Il est essentiel de dépasser cette peur et de faire preuve de confiance, tout en restant objectif sur votre situation afin d'éviter de faire des erreurs (manque de financement, compétences insuffisantes, etc.). Si besoin est, vous pourrez toujours rectifier le tir par la suite (nouvelle formation, demande d’accompagnement, conseils, etc.).

 

Statut d’auto-entrepreneur : quels avantages lors d’une reconversion pro ?

Bien que vous disposiez de nombreuses solutions pour mener à bien votre projet, le régime de l’auto-entreprise se prête tout particulièrement bien à une évolution professionnelle. Il faut dire que le statut d’auto-entrepreneur, de par ses avantages, permet de changer de métier de manière relativement souple.

  • Une reconversion progressive : sous certaines conditions, vous pouvez cumuler votre statut actuel (salarié, retraité, chômeur, etc.) avec le statut d'auto-entrepreneur. Cela vous permet ainsi de tester votre projet d’activité, sans pour autant renoncer aux avantages dont vous profitez actuellement (salaire, allocation, pension retraite, etc.).
  • Une aide au lancement : l’ACRE, à la création de votre auto-entreprise, vous permet de profiter d’une exonération partielle de cotisations sociales durant votre première année d’activité, sous conditions et sous réserve d’en faire la demande. Votre reconversion s'en voit ainsi simplifiée, dans la mesure où vos charges sont réduites.
  • Une création facile : les démarches pour devenir auto-entrepreneur sont relativement souples, tout comme les obligations de gestion du quotidien (déclarations de chiffre d’affaires, paiement des cotisations, suivi des recettes, etc.). Cela vous permet ainsi de changer de métier plus facilement et à moindre coût.
  • Un statut ouvert à de nombreuses activités : à de rares exceptions près (expert-comptable, taxi, métier de la santé, agriculteur, etc.), le statut de micro-entrepreneur vous permet d’exercer n’importe quel métier. Quel que soit votre projet de reconversion professionnelle, l’auto-entreprise peut donc répondre à vos besoins, tout en vous permettant même de changer à nouveau de travail par la suite.
  • Des charges limitées : que vous soyez ou non bénéficiaire de l’ACRE, le régime de l’auto-entreprise prévoit des charges sociales limitées (12,8 ou 22 % du chiffre d'affaires). Si votre chiffre d’affaires est nul, vous n’avez d’ailleurs rien à payer. L’idéal pour tester votre projet et lancer votre activité de manière progressive.

 

Reconversion professionnelle : comment créer son auto-entreprise ?

Malgré des formalités simplifiées, vous devez suivre plusieurs étapes pour créer votre auto-entreprise, notamment dans le cadre d'un projet de reconversion professionnelle. Selon la nature de votre activité, il sera notamment nécessaire :

  • de remplir le formulaire de création de votre micro-entreprise et de l’adresser à votre Centre de formalités des entreprises (CCI, CMA, URSSAF ou greffe du Tribunal de commerce) ;
  • de respecter les obligations propres à votre nouveau métier (assurances obligatoires, affichage des tarifs, information des clients, etc.) ;
  • de vous immatriculer au RCS (Registre du commerce et des sociétés) et/ou au RM (Répertoire des métiers) si vous avez une activité commerciale et/ou artisanale ;
  • de mettre à jour vos documents officiels, notamment grâce au numéro SIRET qui vous est fourni ;
  • de vous plier aux obligations comptables de l’auto-entreprise (création d’un compte bancaire, tenue d’un livre des recettes, etc.) ;
  • de déclarer votre chiffre d’affaires à l’URSSAF, y compris si celui-ci est nul ;
  • de vous acquitter de vos différentes charges sociales et fiscales.


Besoin d’aide pour réaliser ces formalités ? Créez votre auto-entreprise sur Espace Auto-Entrepreneur et bénéficiez d’un accompagnement sur mesure pour mener à bien votre projet de reconversion professionnelle.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h