Se connecter
La couturière en auto-entreprise

La couturière en auto-entreprise


Vous êtes passionnée de couture, broderie ou création de pièces fait main ? Si vous intervenez déjà pour rendre service à votre entourage en effectuant des retouches ou de la confection de vêtement, alors être couturière à votre compte peut vous intéresser. Avec l’engouement du sur-mesure, et la nécessité pour le secteur du textile de se réinventer après la crise sanitaire, la couturière peut tirer avantageusement son épingle du jeu. Nous vous livrons dans cet article les éléments clés pour bien démarrer votre activité.

Le métier de couturière

Les activités de la couturière professionnelle

Le terme de couturière recouvre un grand nombre de métiers relatifs au secteur de la mode et de la confection. Une couturière peut ainsi travailler en tant que :

  • autodidacte : vous avez une bonne pratique de la couture, mais pas de formation, vous pouvez vendre vos services auprès de particuliers ou d’entreprises ;
  • costumière : notamment dans les spectacles ou le cinéma ;
  • créatrice : vous concevez et fabriquez votre propre gamme de produits (robes de mariées, sacs, vêtements…) ;
  • professionnelle dans la haute couture : de l’élaboration du patron en passant par la fiche technique, le montage du prototype, ce domaine nécessite un apprentissage spécifique.

Le métier affiche des effectifs essentiellement féminins. Les opportunités de travail sont multiples et permettent de trouver une spécialisation en rapport avec ses affinités.

La couturière professionnelle est autodidacte, de métier ou issue d’une reconversion.

Son savoir-faire est vaste :

  • elle réalise des vêtements, du patron à l’assemblage des éléments ;
  • elle peut aussi réaliser le patron ;
  • elle fait des retouches de vêtements ;
  • elle peut vendre ses propres créations (chemises, robes, accessoires…).

Le profil de la couturière en auto-entreprise

La formation pour gagner sa vie grâce à la couture

S’il est possible de se lancer en étant autodidacte, bénéficier d’une formation peut se révéler un avantage de taille pour convaincre vos futurs clients. Pour cela, des formations diplômantes sont à votre disposition.

Et elles démarrent dès le niveau CAP, jusqu’au Bac, avec l’intitulé « Métiers de la mode », vêtement flou ou vêtement tailleurs, vêtements sur-mesure…

Vous pouvez aussi avoir accès à des formations à distance ou par correspondance, notamment si vous souhaitez vous spécialiser, vous perfectionner, ou vous reconvertir.

Les qualités pour être couturière à son compte

Pouvez-vous gagner votre vie en tant que couturière ? Oui, si vous avez les qualités suivantes :

  • être patiente : coudre prend du temps ;
  • être habile de ses mains : minutie et rigueur sont de mise pour manipuler des tissus fragiles ou réaliser des finitions soignées ;
  • avoir de l’imagination : si vous fabriquez des pièces originales, qui plaisent à votre cible ;
  • avoir de bonnes qualités relationnelles : pour trouver de nouveaux clients, vendre vos créations ;
  • se former régulièrement : pour se distinguer de la concurrence, ou offrir de nouveaux services à vos clients.

Se mettre à son compte en tant que couturière

L’assurance pour la couturière

Vous devenez entrepreneur dans la couture, vous devrez alors vous prémunir des risques liés à votre activité.

Les dommages générés par votre profession à vos clients peuvent être couverts par une assurance responsabilité civile professionnelle. Utile dans le cas d’un client qui se blesse lors d’une prestation à votre domicile par exemple.

Et si vous souhaitez exercer à domicile, et que vous stockez du matériel, des créations, des biens appartenant à vos clients, une multirisque professionnelle peut vous aider en cas de perte ou vol.

Le régime de la micro-entreprise pour la couturière

La difficulté pour la couturière réside dans le choix de son activité. Elle peut en effet être à la fois :

  • artisan, pour toutes les créations de couture réalisées ;
  • prestataire de services, pour les retouches effectuées ;
  • commerçant, en vendant de la mercerie ou autres articles liés au domaine.

Ainsi, les éléments de base pour ouvrir une micro-entreprise en tant que couturière sont les suivants :

  • la création : à réaliser simplement et facilement en ligne sur notre site Espace-Autoentrepreneur.com, vous pouvez vous inscrire avec plusieurs activités ;
  • la déclaration du chiffre d’affaires auprès de l’organisme dont vous dépendez pour le paiement des cotisations sociales : vous réglerez un taux de 22 % pour les ventes relevant de la prestation de services, et 12,8 % pour les achats/ventes ;
  • la gestion : tenez vos comptes pour chaque activité, car cela va impacter vos déclarations d’impôts en fonction de la nature des revenus perçus (BNC ou BIC) ;
  • la limitation de chiffre d’affaires : pour la partie artisan, et donc fabrication de produits, la limite est fixée à 176 200 euros. Pour les prestations de service, vous ne devrez pas dépasser 72 600 euros. Attention, les montants de chiffres d’affaires ne se cumulent pas si vos activités ne sont pas accessoires de la principale ;
  • votre CFE dépendra de la nature de votre activité de couturière : la CCI si vous êtes commerçant, la CMA si vous êtes artisan ou encore l'URSSAF si vous faites de la prestation de services.
  • si vous êtes artisan, vous serez immatriculé au Répertoire des Métiers (RM), comme les bijoutiers par exemple.

Nos conseils pour devenir couturière professionnelle

En fonction de votre spécialité, vous pouvez travailler pour :

  • un atelier de retouche ;
  • le cinéma ou les spectacles (théâtre) ;
  • des hôtels ;
  • les magasins de vêtements, pour les retouches des clients ;
  • les maisons de retraite ;
  • les particuliers en direct.

Une autre façon de vendre vos prestations et vos produits est l’utilisation d’Internet. Voici quelques pistes pour vous développer :

  • Les sites d’offres d’emplois comme FashionJobs ;
  • utiliser une plateforme comme Etsy, spécialisée dans les créations artisanales ;
  • les réseaux sociaux, comme Facebook ou Instagram ;
  • avoir un site pour présenter vos produits ;
  • réaliser des tutos sur YouTube ;
  • vendre des formations en ligne.

La couturière indépendante en quelques mots

Ces informations vous facilitent votre démarrage sous le statut de la micro-entreprise :

  • de nombreux codes APE peuvent s’appliquer à votre activité. Selon que vous fabriquez par exemple des vêtements de dessus, de dessous, des accessoires, en fourrure, en cuir, à maille, le code APE ne sera pas le même, mais tous commencent par 14 ou 13. Le plus attribué est le 1413 Z (fabrication de vêtements de dessus), ou le 1392 Z (fabrication d’articles textiles, sauf habillement) ;
  • des formations diplômantes existent, notamment les CAP couture ;
  • le taux de cotisations qui concerne votre future activité est de 22 % pour la prestation de services, et 12,8 % pour les achats/ventes ;
  • le montant de chiffre d’affaires à ne pas dépasser : 72 600 euros (services) et 176 200 euros (achat/vente) ;

Prête à vous lancer ? Inscrivez-vous facilement en ligne pour déclarer votre micro-entreprise. Vous pourrez rester concentrée sur votre ouvrage et votre prospection en consultant Espace auto-entrepreneur pour vos interrogations sur la facturation, la gestion, ou les modifications liées à votre activité. Sachez également que nos spécialistes peuvent vous guider en cas de besoin.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel