...

L’ARCE, une aide pour les auto-entrepreneurs demandeurs d’emploi


Les demandeurs d’emploi peuvent, sous certaines conditions, bénéficier de l’ARCE (Aide à la reprise ou à la création d'entreprise) lors de la création d’une auto-entreprise. Permettant de toucher une partie de ses droits aux allocations chômage, ce dispositif a un objectif : permettre aux demandeurs d’emploi de devenir auto-entrepreneur plus facilement. Fonctionnement, calcul et demande : découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’ARCE.

 

Le fonctionnement de l’ARCE pour les micro-entrepreneurs

Le principe de l’ARCE pour les auto-entrepreneurs

L'ACRE et l'ARCE ne doivent pas être confondus, bien que ces deux dispositifs soient des aides auxquelles les auto-entrepreneurs sont éligibles. Alors que l'Aide à la création ou à la reprise d'une entreprise (ACRE) permet à tous les micro-entrepreneurs de bénéficier d'une exonération partielle de charges sociales, l'Aide à la reprise ou à la création d'entreprise (ARCE) ne s’adresse qu’aux demandeurs d’emploi.

Lors de la création de la micro-entreprise, l'ARCE permet aux auto-entrepreneurs éligibles de percevoir 45 % des droits aux allocations chômage qui n’ont pas encore été versés. Ce capital est attribué en deux fois :

  • la première moitié est versée au moment de la création de la micro-entreprise ;
  • la seconde moitié est versée 6 mois après, à condition que le bénéficiaire exerce toujours sous le statut d'auto-entrepreneur.

Ces versements sont réalisés par Pôle Emploi. Si l’auto-entrepreneur fait une demande d’ARCE, il ne peut plus toucher ses allocations chômage, aussi appelées ARE (Aide au retour à l'emploi). Il n'est également plus considéré comme un demandeur d'emploi.

 

Les auto-entrepreneurs éligibles à l’ARCE

Le versement de l’ARCE est l’un des différents avantages du statut d’auto-entrepreneur. Il faut néanmoins savoir que ce dispositif n’est pas ouvert à tous. Peuvent être concernés :

  • les demandeurs d'emplois qui lancent leur micro-entreprise et qui sont bénéficiaires de l'ARE ;
  • les demandeurs d'emploi qui ne perçoivent pas l'ARE au moment de la création de l'auto-entreprise, mais qui y sont éligibles ;
  • les salariés licenciés bénéficiaires de l'ARE et qui lancent leur micro-entreprise pendant leur période de préavis, leur congé de mobilité ou leur congé de reclassement.

 

Le montant de l’ARCE pour les micro-entrepreneurs

Comme nous l'avons vu précédemment, le montant de l'ARCE correspond à 45 % du montant des droits à l'ARE qui n'ont pas encore été versés au moment de la création de la micro-entreprise. Notez toutefois qu'une déduction de 3 % est appliquée sur le montant du capital au titre du financement des retraites complémentaires.

Prenons l’exemple d’un demandeur d’emploi dont l’ARE est de 35 € et à qui il reste 500 jours de droits au moment de la création de sa micro-entreprise. Le montant de l’ARCE sera donc de :

[(35 € x 500 jours) x 0,45] x 0,97 = 7 638,75 €

L’auto-entrepreneur touchera donc la moitié de ce capital au lancement de son auto-entreprise, soit 3 819,38 €, et le reste 6 mois après, à condition d’être toujours en activité.

Sachez également que le capital versé rentre dans le calcul de l'imposition de l'auto-entrepreneur. Vous devrez donc déclarer le montant d’ARCE perçu lors de votre déclaration d'impôt sur le revenu dans la case « Traitements et salaires ».

 

L’obtention de l’ARCE par l’auto-entrepreneur

La demande d’ARCE lors de la création de la micro-entreprise

Si vous touchez l'ARE au moment de la création de votre auto-entreprise, vous devez contacter Pôle Emploi afin de lui adresser une demande d'ARCE. Votre demande devra être accompagnée de différents documents :

  • un justificatif attestant de la création de la micro-entreprise, tel qu'un extrait K, le certificat d'inscription à l'INSEE ou l'attestation fournie par l'URSSAF par exemple ;
  • le formulaire d’Aide à la reprise ou à la création d'entreprise complété.

 

L’ARE ou l’ARCE lors de la création de l’auto-entreprise ?

Un demandeur d’emploi n’est pas contraint de demander l’ARCE lorsqu’il devient auto-entrepreneur. S’il le souhaite, il peut continuer à toucher l’ARE. Il est en effet possible de cumuler les allocations chômage et les revenus tirés de la micro-entreprise. Toutefois, le montant de l’ARE sera calculé en fonction du chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur et le cumul ne pourra pas être supérieur à la base qui a servi de calcul au montant des allocations chômage.

Pour faire votre choix entre l'ARCE et l'ARE, il faut donc vous poser une question : avez-vous besoin d'un capital lors de la création de votre micro-entreprise ou préférez-vous avoir un complément de revenu mensuel ?

 

La cessation de micro-entreprise d’un bénéficiaire de l’ARCE

Après avoir perçu le versement total ou partiel de l'ARCE, l'auto-entrepreneur est en droit de stopper son activité. Dans ce cas, il retrouve les droits aux allocations chômage qu'il lui restait au moment de la création de la micro-entreprise, amputés des versements réalisés au titre de l'ARCE. Pour en profiter, il lui suffit de se réinscrire sur la liste des demandeurs d'emploi.

Reprenons l’exemple précédent d’un demandeur d’emploi à qui il restait 500 jours d’ARE, dont le montant est de 35 €. Ce dernier a bénéficié des 2 versements de l’ARCE lors de la création de son auto-entreprise, pour un total de 7 638,75 €. Le montant de ses allocations chômage restantes s’élève donc à :

(35 € x 500) - 7 638,75 € = 9 861,25 €

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h
Un jeu d'enfant

Satisfaite, se mettre à son compte devient un jeu d'enfant

Jeanne Giron
* * * * *
Écoute du client

Prise en charge rapide et toujours à l'écoute du client ! Je recommande a tous jeunes entrepreneurs !

Nicolas Balland
* * * * *
Réactif et attentif

Réactif et attentif... Ce qui permets d'avancer très vite.. Je recommande sans aucune hésitation !!!

Michel Guerra
* * * * *
Équipe réactive

L'equipe fut compétente et TRÈS réactive (réponse toujours dans la journée aucun questions posées)

Lorraine Jaspart
* * * * *