Se connecter
Le livreur en auto-entreprise

Le livreur en auto-entreprise


Le statut d’auto-entrepreneur est indispensable pour être livreur indépendant, que ce soit via Uber Eats, Frichti, Stuart, You2You ou encore Deliveroo. Mais avant de créer votre auto-entreprise de livraison et de vous inscrire sur une plateforme, il important de connaître les particularités du métier. Choix d’une application et d’un mode de locomotion, assurances, formation, achat de matériel, rémunération ou encore réservation de créneaux : découvrez tout ce qu’il faut savoir pour devenir coursier auto-entrepreneur.

 

Le métier de coursier indépendant

Le rôle du livreur auto-entrepreneur

Travaillant le plus souvent pour le compte d’une plateforme de livraison (Deliveroo, Stuart, Uber, etc.), le coursier indépendant a pour mission de délivrer des repas à domicile ou des colis à leur destinataire, et ce, dans des délais très courts généralement. Au quotidien, il aura plusieurs missions différentes :

  • informer la plateforme de livraison de sa disponibilité et de sa localisation, le plus souvent au moyen d'une application ;
  • réserver ses créneaux de disponibilité, aussi appelés « shifts », au moyen de l’application de livraison ;
  • récupérer le paquet ou le repas au sein d'une entreprise, d'un entrepôt ou d'un restaurant ;
  • échanger avec le destinataire afin de faciliter la livraison (adresse, interphone, étage, etc.) ;
  • choisir l'itinéraire le plus rapide afin de livrer la commande dans les meilleurs délais ;
  • délivrer la commande à son destinataire en main propre, éventuellement en assurant l'encaissement.

 

Le véhicule du livreur auto-entrepreneur

Le coursier en auto-entreprise peut assurer la livraison des commandes au moyen de différents moyens de mobilité. Le choix est important, notamment car la réglementation n’est pas la même et car certaines plateformes appliquent des restrictions quant au choix du véhicule.

  • Le livreur à vélo : c’est le choix le plus courant pour devenir livreur auto-entrepreneur. Il faut dire que plusieurs plateformes n’autorisent que ce mode de livraison, à l’image de Stuart, de You2You et de Frichti.
  • Le livreur en scooter : bien que le coût de fonctionnement de votre auto-entreprise soit plus important (carburant, assurance, entretien, etc.), le scooter vous permet de réaliser davantage de livraisons et, par conséquent, d'augmenter votre chiffre d'affaires. Attention cependant car il n'est pas accepté par toutes les applications.
  • Le livreur en voiture : ce choix n'est pertinent que pour certaines courses spécifiques, notamment pour la livraison de colis volumineux. Cependant, ce type de livraison est généralement réservé aux structures plus importantes et non aux auto-entrepreneurs.

 

Le profil du coursier en auto-entreprise

Les qualités d’un livreur en auto-entreprise

Qu’il se déplace à vélo ou en scooter, le coursier indépendant doit obligatoirement présenter certaines qualités et compétences pour vivre de son activité.

  • Une bonne condition physique : même à scooter, la livraison peut être éprouvante physiquement. Le coursier doit en effet toujours se presser, réceptionner et livrer les commandes, supporter des conditions météorologiques parfois difficiles et, bien souvent, monter de nombreux étages. Une bonne condition physique est donc indispensable, d’autant plus si vous livrez à vélo.
  • Une grande disponibilité : les principaux créneaux de commandes sont le soir, le week-end et le midi, tout particulièrement dans le cas de livraisons de repas. Il est donc important d’être disponible à ces horaires et d’enchaîner un grand nombre de courses durant ce court laps de temps. De plus, il faut avoir de la visibilité sur son planning car, généralement, il est nécessaire de réserver ses shifts une semaine à l’avance.
  • De la patience : alors que vous devez enchaîner les courses pour gagner de l’argent, il arrive de devoir attendre plus ou moins longtemps pour réceptionner la commande ou pour trouver l’adresse du destinataire. Cette situation peut être stressante et énervante. Pourtant, il faut savoir rester calme, notamment pour ne pas braquer les clients et ne pas prendre de risque sur la route pour rattraper le retard.
  • Un bon sens de l’orientation : bien qu’un GPS soit généralement indispensable (il est bien souvent intégré à l’application de livraison), il est aussi important de parfaitement connaître la ville afin de trouver l’itinéraire le plus rapide. Cela vous permettra d’éviter les zones problématiques (embouteillages, rue en sens unique, etc.), de pallier aux erreurs de l’application et de livrer dans les plus brefs délais.

 

La formation pour devenir coursier auto-entrepreneur

Vous n’avez pas besoin de suivre de formation pour devenir livreur indépendant. Toutefois, certaines plateformes de livraison peuvent vous proposer de courts stages afin de mieux appréhender l’application et de découvrir les bases du métier.

En revanche, si vous êtes livreur auto-entrepreneur en scooter (de moins de 50 cm3), vous devez obligatoirement être titulaire :

  • du brevet de sécurité routière (BSR) avec l'option « cyclo » ;
  • du permis de conduire catégorie AM, présentant la mentionnant additionnelle 108 du permis ;
  • ou de n'importe quelle autre catégorie du permis de conduire.

 

Les démarches pour être livreur auto-entrepreneur

Le respect des conditions d’honorabilité et financières

Bien que cela ne soit pas systématique, certaines plateformes de livraison exigent que le livreur indépendant présente un casier judiciaire vierge. C'est notamment le cas d'Uber Eats et de You2You. C'est également le cas si votre activité est assimilée à du transport routier de marchandises, notamment dans le cas de livraisons au moyen d'un véhicule motorisé (scooter, etc.). Notez également que vous devez impérativement être majeur pour devenir livreur en auto-entreprise.

Même si cette condition s'applique peu dans la pratique, les coursiers indépendants en scooter doivent en théorie justifier de conditions financières spécifiques. En effet, le Code des transports précise que l'auto-entreprise doit disposer de capitaux propres et de réserves d'au moins 1 800 € pour le premier véhicule et, éventuellement, de 900 € supplémentaires pour chaque véhicule additionnel.

 

Le choix d’une plateforme de livraison

Avant de vous lancer dans la livraison en auto-entreprise, que ce soit à temps plein ou partiel, le plus important est de sélectionner la ou les plateformes auxquelles vous allez proposer vos services. En la matière, différents choix s’offrent à vous.

  • Uber Eats : offrant une grande liberté, cette plateforme permet uniquement la livraison de repas à vélo ou à scooter. Vous pouvez vous connecter quand vous le souhaitez, sans avoir à réserver de shifts. Vous êtes payé de façon hebdomadaire.
  • Deliveroo : principale concurrente d'Uber Eats, cette plateforme permet uniquement la livraison de plats à vélo ou en scooter. Il n'est désormais plus nécessaire de réserver vos shifts et vous êtes payé toutes les 2 semaines ou sur demande.
  • You2You : permettant la livraison de plis et de petits colis à vélo uniquement, cette plateforme ne fonctionne que les soirs de semaine, à partir de 18 heures environ. Contrairement à Uber Eats et Deliveroo, vous réceptionnez toutes vos commandes au même endroit, avant de les livrer successivement selon un itinéraire défini par l'application. Vous devez réserver vos shifts, le planning étant ouvert le mercredi pour la semaine suivante. Vous êtes payé tous les 15 jours.
  • Frichti : assurant uniquement la livraison de repas en vélo, cette plateforme prévoit 2 créneaux de fonctionnement (le midi et le soir). Vous devez réserver vos shifts une semaine à l'avance via une application dédiée et vous êtes payé tous les 15 jours.
  • Stuart : spécialiste des livraisons de proximité (repas, courses, fleurs, etc.), cette plateforme autorise uniquement les livreurs indépendants à vélo. L'application est accessible tout au long de la journée (de 8h à 23h) et vous devez réserver vos shifts une semaine à l'avance. Vous êtes payé de façon hebdomadaire.

 

Bon à savoir : le montant de la rémunération est aussi un critère important pour choisir sa plateforme de livraison en auto-entrepreneur. Bien que le paiement soit différent pour chaque plateforme et évolue régulièrement, vous avez le plus souvent une rémunération fixe à la course (entre 3 et 5 €), à laquelle s'ajoute une prime kilométrique et d'éventuels bonus (intempéries, dimanche, etc.). Pensez à comparer les formules afin de trouver celle qui vous convient le mieux.

 

L’achat du matériel approprié

Une fois la plateforme de livraison choisie, le coursier auto-entrepreneur doit entamer une démarche d’inscription, variant selon les services. Si votre inscription est validée, la plupart des applications vous fournissent une tenue et un sac, en échange d'une caution. Ce n'est cependant pas le cas d'Uber Eats qui vous demande d'acheter votre propre équipement « brandé » à l’image de la marque (tenue et sac).

Pour toutes les plateformes, vous devez également acheter du matériel spécifique, dont la nature dépend principalement de votre moyen de locomotion.

  • Les équipements du livreur à vélo : en plus d'un vélo, il est nécessaire d'acheter un casque avec visière, un kit de réparation (pompe, chambre à air, etc.), une batterie portable pour votre Smartphone, un porte-bagage à l'avant ou à l'arrière, un support de téléphone à fixer sur le guidon, un kit de lumières, un antivol et un sac à dos pour transporter vos affaires (vêtements de pluie, kit de réparation, antivol, etc.).
  • Les équipements du livreur en scooter : en plus d’un scooter, vous avez besoin d'un casque homologué, de gants, d’un sac pour transporter vos affaires, d’une veste résistante à l'abrasion (en cas de chute), d’un support de téléphone à fixer sur le guidon, d’une batterie externe pour recharger votre Smartphone, d’un antivol et de vêtements de pluie.

 

L'inscription au registre national des transporteurs

S’il réalise ses livraisons en scooter, le coursier indépendant a l’obligation de s’inscrire au registre national des transporteurs. Pour cela, il doit en faire la demande auprès de la DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) en lui adressant le Cerfa 14557 « Demande d'autorisation d'exercer la profession de transport public de marchandises de personnes et de commissionnaires ».

Cette démarche nécessite obligatoirement de disposer d'une attestation de capacité professionnelle en transport routier léger de marchandises. Avant de réaliser votre demande d'inscription, vous devez donc obtenir cette attestation. Pour cela, vous disposez de deux solutions :

  • vous êtes titulaire d'un baccalauréat professionnel en Exploitation des transports ou en Transport ;
  • vous avez réussi un examen spécifique, généralement en ayant au préalable suivi une formation de 2 semaines dont le coût est compris entre 500 et 2 000 € en moyenne.

 

Les assurances d’un coursier indépendant

D’un point de vue réglementaire, un livreur indépendant à vélo n’a besoin d’aucune assurance. Toutefois, la plupart des plateformes vous couvrent automatiquement avec une assurance de responsabilité civile professionnelle pour auto-entrepreneur, celle-ci vous protégeant des dommages physiques et matériels que vous pourriez causer à des tiers.

En revanche, le coursier auto-entrepreneur en scooter doit obligatoirement disposer d’une assurance auto, couvrant a minima sa responsabilité civile (formule dite « au tiers »). Celle-ci n’étant pas fournie par les plateformes de livraison, vous devez vous assurer par vous-même.

Que vous réalisiez des livraisons en scooter ou en vélo, certaines garanties facultatives peuvent aussi présenter un intérêt :

  • l’assurance accident pour être indemnisé pour vos propres dommages physiques et matériels en cas d'accident responsable ;
  • l'assurance vol et vandalisme pour être indemnisé si votre vélo ou scooter est dérobé ou détérioré ;
  • la garantie de protection juridique afin de bénéficier d’un soutien humain et financier en cas de litige avec un tiers (client, plateforme, piéton, etc.) ;
  • une mutuelle pour compléter les remboursements de l’Assurance maladie pour vos dépenses de santé (consultation, médicaments, hospitalisation, etc.).

 

Le respect des règles sanitaires et de sécurité

Si vous livrez des denrées alimentaires, comme des repas ou des courses, vous avez l’obligation de respecter certaines règles sanitaires. Vous devez tout particulièrement préserver la chaîne du chaud ou du froid, notamment au moyen d’un sac frigorifique ou isotherme. D’où l’importance de bien choisir vos équipements avant de vous lancer.

Bien que cela semble évident, il est toujours bon de le rappeler : vous devez également respecter le Code de la route, aussi bien pour votre sécurité que pour celle des autres usagers. Vitesse, priorités, interdiction de circulation, port du casque... autant de règles à suivre au quotidien.

 

Le régime de l’auto-entreprise pour le livreur

Tout comme le chauffeur VTC auto-entrepreneur, le coursier indépendant doit se plier aux règles du régime de l’auto-entreprise.

  • La déclaration de début d’activité : vous devez obligatoirement créer votre auto-entreprise de livraison en ligne. Pour cela, vous pouvez notamment passer par Guichet Entreprises ou par le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF. À cette occasion, vous devez d’ailleurs choisir votre périodicité de déclaration de chiffre d’affaires (mensuelle ou trimestrielle).
  • L’immatriculation : le livreur indépendant a une activité de nature commerciale et dépend, par conséquent, de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI). Il a donc l’obligation de s’enregistrer au Registre du commerce et des sociétés (RCS) suite à la création de son auto-entreprise.
  • La déclaration de chiffre d’affaires : vous devez déclarer votre chiffre d’affaires selon la périodicité choisie, et ce, même si vous n’avez aucun revenu sur la période. La déclaration doit être réalisée sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF et correspond aux sommes encaissées et non à votre seul bénéfice. Notez enfin que votre plafond de chiffre d’affaires annuel est de 72 500 €.
  • Le paiement des charges : de par la nature de votre activité, vous devez vous acquitter de 22 % de cotisations sociales sur votre chiffre d’affaires. Toutefois, si votre auto-entreprise bénéficie de l’ACRE, ce taux est rapporté à 11 % durant votre premier année d’exercice.
  • La gestion comptable : vous avez l’obligation de tenir un livre des recettes, au sein duquel vous notez tous vos encaissements (montant, date, numéro de facture, etc.). Vous devez également ouvrir un compte bancaire pour votre auto-entreprise de livraison si votre chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 € pendant 2 années de suite.

 

Nos conseils pour devenir coursier indépendant

Le métier de livreur en auto-entreprise étant très concurrentiel, il est important d’adopter plusieurs bonnes pratiques pour se démarquer. Retrouvez nos conseils en la matière :

  • prenez le temps de comparer les plateformes (Uber Eats, Deliveroo, Stuart, etc.) afin de trouver celle qui est adaptée à votre projet, notamment en fonction de la rémunération, des créneaux de disponibilité, de la réservation ou non des shifts et du volume de commandes ;
  • consacrez du temps à la découverte de votre ville afin de connaître tous les meilleurs itinéraires possibles et de gagner du temps lors de vos livraisons ;
  • connectez-vous dès l'ouverture des réservations des shifts afin de choisir les meilleurs créneaux ;
  • évitez les annulations tardives de shifts et soyez actif très régulièrement afin de bénéficier de divers avantages selon les plateformes (accès prioritaire aux réservations, davantage de propositions de livraison, etc.) ;
  • acceptez de travailler pendant les pics d'activité pour bénéficier de bonus et d'un volume de livraisons plus important, notamment le soir, le week-end, les jours fériés, lors d'événements spécifiques (Saint-Valentin, match de football, etc.) ou en cas d'intempérie (pluie, neige, etc.) ;
  • assurez un service de qualité afin d'obtenir une bonne note (jouant sur le volume de commandes) et éventuellement un pourboire de la part du client, notamment en livrant rapidement, en étant aimable et en vous assurant que la commande est « présentable » ;
  • en cas d’attente d’attribution d’une commande, positionnez-vous à proximité des restaurants qui utilisent le plus votre plateforme afin de recevoir plus rapidement une livraison ;
  • ne sous-estimez pas les assurances car un accident est vite arrivé en vélo ou en scooter ;
  • rejoignez une association pour faire valoir vos droits, à l’image de CoopCycle, des Bikers Nantais ou encore du syndicat des Coursiers à vélo de la Gironde.

 

Le coursier auto-entrepreneur en bref

Vous souhaitez devenir livreur en auto-entreprise ? Avant de vous lancer, retrouvez toutes les informations que vous devez absolument connaître :

  • vous n’avez pas besoin de diplôme pour être livreur indépendant ;
  • la réglementation est plus importante si vous êtes à scooter, vous devez notamment avoir le permis et être enregistré au registre national des transporteurs ;
  • bien que l’assurance ne soit pas toujours obligatoire, une RC Pro s’avère indispensable dans la pratique ;
  • vous dépendez de la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) ;
  • votre code APE est 53.20Z - Autres activités de poste et de courrier ;
  • votre chiffre d’affaires est plafonné à 72 500 € par an ;
  • vous êtes imposé à hauteur de 22 % de votre chiffre d’affaires (11 % si vous avez l’ACRE) ;
  • vos revenus entrent dans la catégorie des BIC (Bénéfices industriels et commerciaux) ;
  • votre rémunération moyenne est comprise entre 5 et 9 € par course.

 

Inscrivez-vous sur Espace Auto-entrepreneur et simplifiez la gestion de votre auto-entreprise de livraison. Depuis notre plateforme, vous profitez de nombreux outils sur mesure : une formulaire d’adhésion pré-rempli, un logiciel de comptabilité en ligne, ainsi qu’un module de suivi du chiffre d’affaires.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h