Se connecter
Le moniteur d’auto-école en auto-entreprise

Le moniteur d’auto-école en auto-entreprise


Travaillant auprès d’auto-écoles « classiques » ou en ligne, le moniteur d’auto-école indépendant a pour mission de former des élèves à la conduite de A à Z (théorie, pratique, examen, etc.). Bien que réglementé, ce métier peut s’exercer en auto-entreprise. Diplôme nécessaire, qualités requises, assurances obligatoires et formalités à respecter : suivez notre guide pour devenir moniteur d’auto-école auto-entrepreneur.

 

Le métier de moniteur d’auto-école indépendant

Le rôle du moniteur de conduite

Le métier de moniteur d'auto-école consiste à former les apprentis conducteurs au pilotage d'un véhicule et à l'obtention du permis approprié, que ce soit pour conduire une voiture, une moto ou encore un camion. Pour cela, ce professionnel de l'enseignement aura généralement plusieurs missions au quotidien :

  • préparer à la formation du code de la route et à la sécurité routière ;
  • évaluer le niveau du futur conducteur ;
  • expliquer le fonctionnement du véhicule et ses règles de maniement ;
  • dispenser des cours pratiques de conduite, à la fois sur plateau et en circulation ;
  • suivre l'évolution des élèves, notamment en renseignant son livret d'apprentissage de la conduite ;
  • accompagner les candidats aux épreuves d'obtention du code et du permis de conduire.

 

Les clients d’un moniteur d’auto-école auto-entrepreneur

Le moniteur d’auto-école indépendant n'a pas le droit de proposer ses services directement aux particuliers. En effet, il doit obligatoirement passer par l'intermédiaire d'une ou plusieurs auto-écoles pour exercer son activité. Pour cela, il dispose de deux possibilités.

  • Les auto-écoles « classiques » : le moniteur d’auto-école auto-entrepreneur peut tout d’abord proposer ses services à des auto-écoles physiques. Dans ce cas, il devra veiller à ce qu’il n’existe aucun lien de subordination, au risque de tomber dans le salariat déguisé.
  • Les auto-écoles en ligne : le plus souvent, le moniteur de conduite indépendant va se diriger vers des auto-écoles en ligne, lui permettant d’être mis en relation avec des candidats au permis de conduire. Il existe d’ailleurs déjà de nombreuses plateformes, telles que Le Permis Libre, Ornikar et En Voiture Simone.

 

Le profil du moniteur d’auto-école auto-entrepreneur

Les qualités du moniteur de conduite indépendant

Au-delà des compétences techniques et réglementaires indispensables à l'enseignement de la conduite, le métier de moniteur d’auto-école indépendant exige certaines qualités humaines spécifiques.

  • La pédagogie : comme toute autre profession relative à l’enseignement, le moniteur d’auto-école doit savoir transmettre ses connaissances et son savoir-faire. Il est donc indispensable de savoir évaluer le niveau des candidats, leur expliquer les règles à suivre, les aider à progresser et désamorcer leurs éventuelles peurs.
  • La vigilance : l'apprentissage de la conduite n'étant pas sans risque, le moniteur d'auto-école en auto-entreprise doit rester vigilant et concentré. En plus d'être attentif au comportement de son élève, il doit pouvoir le corriger rapidement et éventuellement reprendre les commandes afin de limiter le risque d’accident.
  • La disponibilité : le moniteur de conduite indépendant doit se plier aux disponibilités de ses élèves. En règle générale, cela lui impose de travailler principalement le soir et le week-end.
  • L'organisation : travaillant simultanément auprès de nombreux candidats, il doit assurer un suivi personnel à chacun. Cela demande de la rigueur afin de gérer son planning, l’évolution des élèves et les documents de suivi de l'apprentissage.

 

La formation pour devenir moniteur d’auto-école

Pour pouvoir enseigner, le moniteur d'auto-école auto-entrepreneur doit obligatoirement remplir deux conditions principales : avoir au moins 20 ans et être titulaire du permis de conduire B depuis au moins 2 ans.

De plus, il doit pouvoir justifier de la qualification des personnels enseignants. Pour cela, il a donc l'obligation de disposer d'un diplôme relatif à l'enseignement de la conduite. Plusieurs choix s'offrent à lui en la matière :

  • le titre professionnel d'ESCR (Enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière) qui a remplacé le BEPECASER depuis 2017 ;
  • le BEPECASER (Brevet pour l'exercice de la profession d'enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière), à condition de l'avoir obtenu avant le 31 décembre 2016 ;
  • le CAPEC (Certificat d'aptitude professionnelle à l'enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur) ;
  • ou le CAPP (Certificat d'aptitude professionnelle et pédagogique).

Bon à savoir : vous avez également la possibilité de compléter votre formation avec des compétences additionnelles, dans l'optique d'enseigner la conduite de deux roues ou de poids-lourds par exemple. Cette démarche est possible en obtenant un CSS (Certificat complémentaire de spécialisation).

 

Vos démarches pour être moniteur de conduite en auto-entreprise

La demande d’autorisation d’enseigner la conduite

En premier lieu, l’auto-entrepreneur doit faire une demande d’autorisation d’enseigner la conduite pour les véhicules d’une catégorie donnée (permis B par exemple). Délivrée par le préfet de votre département d'exercice, cette autorisation est valable pour une durée de 5 ans et peut être renouvelée à l’issue de cette période. Pour faire votre demande, vous aurez notamment besoin :

  • de la demande d'autorisation complétée ;
  • d'un justificatif d'identité et de domicile ;
  • de la copie de votre permis de conduire ;
  • de la copie de votre diplôme (ESCR, CAPP, etc.) ;
  • de 2 photos d'identité ;
  • d'un certificat médical de non contre-indication.

 

Le respect de l’indépendance du moniteur de conduite

Comme nous l'avons brièvement abordé, il est interdit de dispenser des leçons de conduite directement aux particuliers. Cela impose aux moniteurs de conduite indépendant d'obligatoirement passer par une ou plusieurs auto-écoles pour trouver des clients. En revanche, il ne doit pas exister de lien de subordination entre l'auto-entrepreneur et l'établissement qui fait appel à ses services. Cela impose de respecter plusieurs règles :

  • disposer de son propre véhicule de conduite ;
  • ne pas se voir imposer la pédagogie à suivre ;
  • rester libre de son lieu et de ses horaires d'exercice.

Bon à savoir : en cas de lien de subordination avéré, la prestation de l'auto-entrepreneur peut être requalifiée en contrat de travail, l'exposant à une amende de 30 000 € et à 2 ans d'emprisonnement.

 

L’acquisition d’un véhicule d’auto-école

Vous l’aurez compris : le moniteur de conduite en auto-entreprise doit disposer de son propre véhicule d’apprentissage. Il s'agit d'ailleurs obligatoirement d'une voiture à double commande (accélérateur, frein, embrayage, etc.) de moins de 6 ans et dotée d'un panneau « auto-école » placé sur le toit. Pour en faire l’acquisition, l’indépendant a plusieurs solutions :

  • acheter une voiture double-commande neuve ou d’occasion (de moins de 6 ans) ;
  • louer un véhicule à double-commande, notamment en LLD (Location longue durée) ;
  • transformer un véhicule classique avec un kit à double commande.

 

Les assurances du moniteur d’auto-école

Le moniteur d’auto-école auto-entrepreneur doit obligatoirement s’assurer. De par la nature de son activité, deux contrats sont indispensables.

  • L’assurance auto : le moniteur de conduite a l'obligation de souscrire une assurance automobile professionnelle protégeant spécifiquement son véhicule à double commande, notamment pour couvrir tout sinistre pouvant survenir durant l’apprentissage.
  • La RC Pro : l’assurance de responsabilité civile professionnelle protège l’auto-entrepreneur des dommages physiques et matériels qu’il pourrait causer à un tiers dans le cadre de son activité.

 

Les règles de l’apprentissage de la conduite

Le métier de moniteur d’auto-école exige également de respecter plusieurs règles encadrant la profession.

  • L'autorisation de mise en circulation : le véhicule à double commande doit disposer d'une autorisation de mise en circulation. Celle-ci est formalisée par la mention « Véhicule école » sur la carte grise.
  • Le suivi d'apprentissage : un livret d'apprentissage doit obligatoirement être tenu. Bien que sa forme soit libre, son contenu et son cadre sont réglementés.
  • La possession des papiers et équipements obligatoires : lors de chaque leçon de conduite, le moniteur en auto-entreprise doit notamment avoir sur lui son autorisation d'enseigner, son permis de conduire, la carte grise du véhicule et l'attestation d'assurance. Il doit également disposer d'un gilet jaune, d'un triangle de signalisation, d'un éthylotest et du livret d'apprentissage de l'élève (pouvant être au format numérique).

 

Les règles de l’auto-entreprise pour le moniteur de conduite

Au même titre qu’un moniteur de ski indépendant ou que tout autre auto-entrepreneur, le moniteur d’auto-école doit se plier aux règles du régime de l’auto-entreprise.

  • La déclaration de début d’activité : le moniteur de conduite indépendant doit créer son auto-entreprise en ligne avant le début de son activité. Cette démarche peut notamment être effectuée sur Guichet Entreprises ou sur la plateforme Auto-Entrepreneur de l’URSSAF.
  • La déclaration de chiffre d’affaires : lors de la création de son auto-entreprise, le moniteur d’auto-école doit choisir la périodicité de déclaration de son chiffre d’affaires (mensuelle ou trimestrielle). Il devra ensuite déclarer son chiffre d’affaires en respectant cette fréquence, et ce, même s’il n’a aucun revenu sur la période. À noter également que son chiffre d’affaires annuel est plafonné à 72 500 €.
  • Le paiement des charges : comme les autres professionnels libéraux, le moniteur de conduite doit s’acquitter de cotisations sociales, dont le montant correspond à 22 % de son chiffre d’affaires. Ce taux est ramené à 11 % durant la première année si l’auto-entrepreneur bénéficie de l’ACRE.
  • La gestion comptable : si votre chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 € pendant 2 années de suite, vous avez l’obligation de disposer d’un compte bancaire dédié à votre auto-entreprise. Dans tous les cas, il vous faudra tenir à jour un livre de recettes, dans lequel vous noterez tous vos encaissements.

 

Nos conseils pour devenir moniteur d’auto-école indépendant

Pour créer votre auto-entreprise d’apprentissage de la conduite et développer votre activité, plusieurs règles s’imposent :

  • réalisez une étude de marché préalable afin de déterminer la concentration d’auto-écoles, le nombre de moniteurs, les prix moyens pratiqués et les besoins locaux (notamment en fonction de l’âge moyen des habitants) ;
  • estimez le budget nécessaire à la création de votre activité, notamment en ce qui concerne l’acquisition du véhicule à double commande (achat, location, etc.) et les coûts de développement de votre clientèle (communication, site Internet, etc.) ;
  • anticipez les coûts de fonctionnement de votre activité, principalement en ce qui concerne le carburant, les assurances et la maintenance du véhicule ;
  • suivez des formations complémentaires afin d’étoffer votre offre de services et élargir votre clientèle potentielle (CAPP, CSS deux roues, etc.) ;
  • inscrivez-vous sur une ou plusieurs auto-écoles en ligne pour développer votre clientèle (En Voiture Simone, Ornikar, Le Permis Libre, etc.) et être accompagné dans la création de votre activité (conseils, assurance, aide à l’acquisition d’un véhicule, etc.) ;
  • démarchez les auto-écoles locales afin de vous faire connaître et d’être appelé en cas de besoin durable ou ponctuel (congés maternité d’un salarié, vacances, arrêt maladie, etc.) ;
  • soignez votre visibilité en ligne, notamment en vous créant un site Internet ou une page Google My Business et en demandant à vos élèves de vous laisser un avis.

 

Le moniteur d’auto-école auto-entrepreneur en bref

Vous souhaitez enseigner la conduite en auto-entreprise ? Avant de vous lancer, retrouvez toutes les informations essentielles à connaître :

  • la profession étant réglementée, vous devez a minima disposer du titre d’ESCR (équivalent bac +2) ;
  • vous devez souscrire une assurance auto et une RC Pro ;
  • vous devez demander une autorisation d’enseigner la conduite et acquérir votre propre véhicule à double-commande ;
  • vous dépendez de l’URSSAF ;
  • votre code APE est 85.53Z - Enseignement de la conduite ;
  • votre plafond de chiffre d’affaires est de 72 500 € par an ;
  • vos cotisations sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires (11 % si vous bénéficiez de l’ACRE) ;
  • vos revenus sont imposés au titre des BNC (Bénéfices non commerciaux) ;
  • votre tarif est compris en moyenne entre 25 et 35 € de l’heure.

 

Besoin d’aide pour devenir moniteur d’auto-école en auto-entreprise ? Inscrivez-vous sur la plateforme Espace Auto-Entrepreneur et profitez de nombreux services sur mesure :

  • un formulaire simplifié de création d’auto-entreprise ;
  • une gestion de la comptabilité en ligne ;
  • un outil de suivi des encaissements et de relance ;
  • les conseils de nos experts de l’entrepreneuriat.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel