L'auto-entreprise face à d'autres formes juridiques

Malgré ses avantages, l’auto-entreprise n’est pas adaptée à tous les projets d’activité. C’est pourquoi, d’autres formes juridiques peuvent s’avérer plus judicieuses : c’est le cas notamment de l’entreprise individuelle « classique », de l’EURL ou encore de la SASU. Découvrez nos comparatifs.

Auto-entreprise ou portage salarial : le comparatif

Auto-entreprise ou portage salarial : le comparatif

Portage salarial ou auto-entrepreneur : quel statut est le plus adapté à votre projet ? Découvrez notre comparatif pour le découvrir.

Auto-entreprise ou entreprise individuelle : notre comparatif

Auto-entreprise ou entreprise individuelle : notre comparatif

Auto-entreprise ou entreprise individuelle : trancher entre ces deux régimes n’est pas toujours facile. Découvrez notre comparatif pour faire le bon choix !

Auto-entreprise ou EURL : quelle forme juridique choisir pour votre activité ?

Auto-entreprise ou EURL : quelle forme juridique choisir pour votre activité ?

Le choix entre l'EURL et l'auto-entreprise est une décision stratégique cruciale pour les entrepreneurs en quête de la structure juridique la plus adaptée à leurs besoins. Chacune de ces formes juridiques présente des avantages distincts, et il est essentiel de bien comprendre les différences pour prendre une décision éclairée. Consultez cet article pour connaître les avantages et inconvénients de chaque fois et prendre la décision qui convient le mieux à votre situation !

Freelance et auto-entrepreneur : quelle différence ?

Freelance et auto-entrepreneur : quelle différence ?

Auto-entrepreneur, freelance… ces deux termes sont souvent utilisé pour qualifier les personnes qui travaillent à leur compte, mais quelle est concrètement la différence ?

Micro-entreprise ou SASU : les informations pour s’orienter vers le meilleur choix

Micro-entreprise ou SASU : les informations pour s’orienter vers le meilleur choix

Vous voulez vous lancer en tant qu'indépendant mais vous hésitez encore sur le statut juridique ? Espace Autoentrepreneur fait le point sur la micro-entreprise et la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

L'entreprise individuelle, une alternative à la micro-entreprise

La micro-entreprise est une forme simplifiée d'entreprise individuelle (EI) : ces deux régimes partagent donc de nombreux points communs. Malgré tout, l'entreprise individuelle « classique » se distingue sous certains aspects.

  • keyboard_double_arrow_right

    Un régime d’imposition différent : en Entreprise individuelle, vous êtes généralement soumis au régime réel simplifié ou à la déclaration contrôlée (selon la nature de votre activité) et non au régime micro-fiscal de la micro-entreprise. Vous pouvez ainsi déduire vos charges de votre chiffre d’affaires et c’est votre bénéfice qui est imposé au titre de l’impôt sur le revenu.

  • keyboard_double_arrow_right

    Des obligations comptables plus complexes : en raison de votre régime d’imposition (réel ou déclaration contrôlée), vous avez davantage d'obligations (réaliser un compte de résultat, faire un bilan simplifié, etc.).

  • keyboard_double_arrow_right

    Des plafonds de chiffre d’affaires plus importants : vous bénéficiez du régime de l'entreprise individuelle à condition que votre chiffre d'affaires ne soit pas supérieur à 840 000 € pour une activité commerciale (188 700 € en auto-entreprise) ou à 254 000 € pour toute autre activité (77 700 € en auto-entreprise).

L'auto-entreprise face aux sociétés à associé unique

Plutôt qu’une entreprise individuelle, vous pouvez également entreprendre seul par le biais d’une société. La forme juridique la plus accessible est généralement l’EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) : il s’agit d’une SARL avec un associé unique. Celle-ci présente plusieurs particularités :

  • keyboard_double_arrow_right

    distinction entre la personne de l'entrepreneur et la société ;

  • keyboard_double_arrow_right

    aucune limitation du chiffre d'affaires ;

  • keyboard_double_arrow_right

    imposition sur les bénéfices selon le régime réel (normal ou simplifié) ou la déclaration contrôlée ;

  • keyboard_double_arrow_right

    possibilité d'opter pour l’impôt sur les sociétés ;

  • keyboard_double_arrow_right

    montant du capital social défini librement ;

  • keyboard_double_arrow_right

    possibilité de transformer l’EURL en SARL pour intégrer d’autres associés ;

  • keyboard_double_arrow_right

    contraintes administratives plus complexes.

L’autre possibilité, c’est de choisir le statut de la SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) : il s’agit d’une SAS avec un seul associé. Permettant également d’entreprendre seul, cette structure juridique présente plusieurs particularités :

  • keyboard_double_arrow_right

    transmission des actions simplifiée ; 

  • keyboard_double_arrow_right

    liberté dans la constitution du capital social ;

  • keyboard_double_arrow_right

    statut d’assimilé salarié ;

  • keyboard_double_arrow_right

    soumission à l’impôt sur les sociétés avec possibilité d’opter pour l’impôt sur le revenu ;

  • keyboard_double_arrow_right

    possibilité de transformer la SASU en SAS pour intégrer d’autres actionnaires ;

  • keyboard_double_arrow_right

    fonctionnement allégé par rapport à d’autres formes de sociétés.

Le portage salarial, une autre possibilité pour l'auto-entrepreneur

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une forme juridique, le portage salarial peut constituer une alternative à l'auto-entreprise. Il permet au travailleur de bénéficier du statut de salarié : il est en effet employé par une société de portage, mais réalise des missions pour le compte de ses propres clients. Ce choix présente plusieurs avantages :

  • keyboard_double_arrow_right

    aucune démarche administrative ;

  • keyboard_double_arrow_right

    la protection du statut de salarié ;

  • keyboard_double_arrow_right

    la déduction des frais de mission et de fonctionnement.

Malgré tout, le portage salarial n’est pas exempt de tout reproche. Son principal inconvénient est de considérablement limiter la rémunération du travailleur puisqu'une partie de son chiffre d’affaires revient à la société de portage.

star star star star star
rien a dire à part un +1 avec un grand merci :)

le 24/01/2024

star star star star star
Les réponses à mes questions ont été fournies rapidement et précisément. J'ai reçu une aide personnalisée. Très bien ! Je recommande Merci !

le 10/01/2024

star star star star star
très satisfait de l'écoute et de l'aide des conseillers qui sont au top !

le 31/01/2024

star star star star star
Très bon service, très réactif et bien accompagné

le 29/03/2023

star star star star star
Très bon service excellente équipe

le 12/04/2023

chevron_right La ruche

/

Je lance mon auto-entreprise

/

L'auto-entreprise face à d'autres formes juridiques