L’UAE donne de la voix pour revaloriser l’auto-entreprise

25/09/2020   Les actualités du statut  

Largement impactées par la crise sanitaire et économique actuelle, les auto-entreprises sont pourtant nombreuses à avoir le sentiment d’être abandonnées. Pour y remédier et faire des indépendants l’un des piliers de la relance, l’Union des Auto-Entrepreneurs vient de publier 10 propositions visant à revaloriser et à encourager le statut d’auto-entrepreneur. Tour d’horizon.

 

L’UAE s’engage pour les auto-entrepreneurs

Alors que les auto-entreprises représentent désormais 6 créations d'entreprise sur 10, l’Union des Auto-Entrepreneurs (UAE) souhaite que les auto-entrepreneurs soient au cœur de la relance économique. Défendant le régime de l'auto-entreprise, cette association reconnue par les pouvoirs publics vient en effet de publier 10 propositions en ce sens (1).

L’UAE part d'un constat simple : de nombreuses personnes, ayant perdu leur emploi en raison de la crise économique actuelle, pourraient se tourner vers l'entrepreneuriat pour rebondir. Le problème, c’est que le plan de relance du gouvernement ne concerne que partiellement les auto-entreprises. Bien que certaines aides aient été adoptées (exonération de charges sociales, réduction des cotisations sociales, etc.), les pouvoirs publics ne semblent pas vouloir faire de l'auto-entreprise une priorité pour relancer l'économie. Face à cette situation, l'Union des Auto-Entrepreneurs entend faire bouger les lignes et vient, pour cela, de publier 10 propositions pour protéger, encourager et réformer l'auto-entreprise.

 

Une meilleure protection des auto-entrepreneurs face au Covid-19

Alors que de nombreuses auto-entreprises sont susceptibles de fermer en raison du Covid-19, l’Union des Auto-Entrepreneurs souhaite que les indépendants soient mieux protégés, notamment pour éviter que le nombre d'inscrit ne s'effondre. Dans cette optique, elle milite pour qu'un fonds de solidarité dégressif soit maintenu pour les auto-entrepreneurs. Il faut dire que ce dispositif est, à l'heure actuelle, réservé principalement aux établissements de 7 secteurs d'activité (restauration, hôtellerie, etc.).

Pour y parvenir, l'association propose d'instaurer de nouvelles règles de compensation financière, à destination des auto-entrepreneurs exerçant à titre exclusif, en activité depuis au moins 1 an et actuellement en reprise d'activité. L’objectif serait ainsi de couvrir une partie de leurs cotisations et éventuellement de leur perte de chiffre d’affaires due à la crise sanitaire.

 

Une revalorisation du statut d'auto-entrepreneur

L'UAE souhaite également que le régime de l'auto-entreprise soit davantage encouragé, notamment dans l'optique de revitaliser les territoires et de favoriser l'accès à l'emploi des jeunes. Pour cela, plusieurs propositions sont sur la table.

  • Une réforme de l'ACRE : face à la hausse probable du nombre de demandeurs d'emploi, l'UAE désire que l'ACRE devienne véritablement un dispositif de soutien à la création d'activité. Pour cela, elle propose notamment de maintenir les allocations chômage pendant 18 à 24 mois suite à la création de l'auto-entreprise, d'allonger le dispositif à 30 mois (contre 12 actuellement) en contrepartie d'une formation à l'autonomie et d'y inclure les bénéficiaires du RSA.
  • La promotion locale : pour favoriser la création d'auto-entreprises au sein du territoire, l'association milite pour le déploiement de l'Internet haut débit, l'organisation de manifestations locales et l'ouverture d'espaces de co-working dans les petites villes.
  • Le développement de l’apprentissage : la création d'un apprentissage entrepreneurial permettrait de mettre en relation auto-entrepreneurs et jeunes souhaitant créer leur emploi. L'UAE désire que ce nouveau cadre soit adopté et qu'il s'accompagne notamment d'une formation spécifique.

 

Une réforme profonde du régime de l'auto-entreprise

Aujourd'hui, l'auto-entreprise peut clairement être considérée comme « la première entreprise de France », elle qui concentre plus de la moitié des créations d’activité. Pourtant, le statut d'auto-entrepreneur connait certaines lacunes. Des lacunes que l'Union des Auto-Entrepreneurs entend corriger en réformant le régime.

  • Une lutte contre les dérives : la période de confinement a mis en lumière la précarité de certains auto-entrepreneurs, à l'image des livreurs et chauffeurs VTC. Pour y remédier, l'UAE estime nécessaire de faire évoluer le droit du travail afin de mieux protéger les indépendants travaillant via des plateformes (Uber, Deliveroo, etc.).
  • Une réforme du droit au chômage : actuellement, la couverture sociale des auto-entrepreneurs prévoit un droit au chômage dont les conditions d'accès sont très restrictives. L'UAE souhaite ainsi que la condition de liquidation judiciaire soit remplacée par un dispositif allégé et plus ouvert.
  • La coopération entrepreneuriale : l'Union des Auto-Entrepreneurs milite pour la création d'un nouveau statut juridique, permettant aux auto-entrepreneurs de travailler plus facilement ensemble. L'objectif est à la fois de dynamiser le travail en co-working et de faciliter l'accès des auto-entreprises à des marchés importants.
  • La valorisation sociale et environnementale : l'association souhaite que les auto-entreprises s'engageant dans une démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) soient valorisées, notamment via l'attribution d'un label spécifique.
  • Le développement du service à la personne : cette proposition vise à favoriser le développement des auto-entreprises proposant du service à la personne, et plus particulièrement auprès de personnes âgées.
  • Une refonte du droit : en dernier lieu, l’Union des Auto-Entrepreneurs lutte pour que le statut d'auto-entrepreneur soit plus attractif. Pour cela, elle propose d'améliorer la protection et la prévoyance sociale des indépendants, notamment en cas de maladie ou d'accident, tout en leur ouvrant des métiers jusqu'à présent inaccessibles.

(1) Source : 10 propositions de l'UAE pour mettre l’auto-entreprise au cœur de la relance - Union des Auto-Entrepreneurs - 2020

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h
Un jeu d'enfant

Satisfaite, se mettre à son compte devient un jeu d'enfant

Jeanne Giron
* * * * *
Écoute du client

Prise en charge rapide et toujours à l'écoute du client ! Je recommande a tous jeunes entrepreneurs !

Nicolas Balland
* * * * *
Réactif et attentif

Réactif et attentif... Ce qui permets d'avancer très vite.. Je recommande sans aucune hésitation !!!

Michel Guerra
* * * * *
Équipe réactive

L'equipe fut compétente et TRÈS réactive (réponse toujours dans la journée aucun questions posées)

Lorraine Jaspart
* * * * *