Se connecter
Le chef à domicile auto-entrepreneur

Le chef à domicile auto-entrepreneur


Ouverte au régime de l’auto-entreprise, l’activité de chef à domicile – aussi appelé cuisinier à domicile – consiste à préparer des repas directement chez ses clients. Cette profession étant soumise à une réglementation spécifique, nous vous invitons à consulter notre guide pour devenir cuisinier auto-entrepreneur.

Le métier de cuisinier à domicile

Les activités d’un chef à domicile

De nature commerciale, le métier de chef à domicile consiste à cuisiner l’intégralité d’un repas au domicile de ses clients. Mais pour mener à bien cette activité, il est généralement nécessaire d’avoir plusieurs casquettes au quotidien :

  • prendre note des demandes des clients afin de leur proposer un menu type ou sur mesure ;
  • interroger son client sur l’espace et le matériel dont il disposera sur place (four, plaques, casseroles, etc.) ;
  • s'approvisionner en produits (légumes, viandes, etc.) ;
  • cuisiner un menu complet (apéritif, entrée, plat et dessert) directement au domicile de ses clients ;
  • réaliser le dressage des assiettes et servir les convives ;
  • échanger et donner des conseils à ses clients si ces derniers le désirent ;
  • s’occuper de la vaisselle une fois le repas terminé.

Les prestations d’un cuisinier auto-entrepreneur

Le plus souvent, un cuisinier indépendant réalise des repas au domicile de ses clients, et ce, le temps d'une soirée ou de façon quotidienne pour des personnes dépendantes. Mais il peut également proposer ses services en d'autres circonstances.

  • À l'occasion d'un événement : le chef à domicile peut également réaliser des repas lors d'un mariage, d'une soirée d'anniversaire ou même d'un baptême en petit comité. Son activité se rapprochera alors davantage de celle d'un traiteur.
  • Pour les entreprises : le cuisinier peut également être engagé lors d'une soirée d'entreprise, un séminaire ou même un vernissage (photo, peinture, etc.). Une fois encore, son activité consistera à réaliser un menu sur place pour les convives.
  • Pour du batch cooking : plutôt que de cuisiner un repas pour une seule soirée, le chef à domicile peut aussi être appelé pour préparer le menu pour la semaine entière. La demande est d’ailleurs grandissante avec le développement du batch cooking.

Les autres métiers de « cuisine »

Le statut d’auto-entrepreneur est ouvert à de nombreux métiers de la restauration : serveur indépendant, sommelier, plongeur ou encore réceptionniste. Toutefois, ce sont bien les divers métiers dits de « cuisine » qu’il convient de différencier de l’activité de chef à domicile. Bien qu’ils consistent également à cuisiner, ils ne sont pas régis par les mêmes règles.

  • Le cuisinier en restaurant traditionnel : votre activité est considérée comme de la restauration traditionnelle si vous cuisinez dans votre propre local et que vos clients consomment sur place. Cette activité est cependant peu adaptée au statut d’auto-entrepreneur car elle exige d’importants investissements, notamment pour la location et l’aménagement du local.
  • Le cuisinier en vente à emporter : votre activité est considérée comme de la restauration rapide (ou vente à emporter) si vous cuisinez dans votre local et que vos clients consomment chez eux. L’activité peut être adaptée à l’auto-entreprise, à condition d’aménager son local pour qu’il respecte les règles d’hygiène en vigueur.
  • Le professeur de cuisine : cette activité consiste à donner des cours de cuisine, et ce, principalement au domicile de vos clients. Elle est tout à fait compatible avec le statut d’auto-entrepreneur et peut être exercée en parallèle de votre activité de chef à domicile. Toutefois, cette activité est soumise à sa propre réglementation. À titre d’exemple, vous dépendrez de l’URSSAF et non de la CCI (Chambre de commerce et d’industrie).

 Bon à savoir

En tant que chef à domicile, il est conseillé de réaliser l’intégralité des repas au domicile de vos clients. Si vous en préparez à l’avance dans un local, votre activité sera considérée comme de la vente à emporter. Alors que la cuisine à domicile est une activité commerciale, la vente à emporter est une activité artisanale. Non seulement vous ne serez pas soumis à la même réglementation, mais vous aurez différentes obligations plus ou moins complexes à respecter :

  • réaliser une déclaration auprès de la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) ;
  • mettre le local aux normes sanitaires, vous empêchant généralement de cuisiner à votre domicile.

Le profil d’un cuisinier indépendant

Les qualités d’un cuisinier auto-entrepreneur

Au-delà des compétences techniques indispensables, le chef à domicile doit présenter certaines qualités humaines s’il souhaite réussir dans ce métier.

  • Une grande créativité : en règle générale, vos clients vous demanderont de réaliser des repas sur mesure pour l’occasion. Vous devez donc avoir de l’imagination afin de renouveler vos plats et de proposer des recettes originales. Une qualité d’autant plus importante que vos clients peuvent vous demander d’adapter les plats selon les goûts et allergies de chaque convive.
  • Un bon relationnel : les particuliers faisant appel à un chef à domicile apprécient généralement échanger avec ce dernier. La cuisine doit alors être un véritable spectacle afin de satisfaire à la fois les appétits et d’en mettre plein les yeux. Vous devez donc être à l’aise avec les gens et imaginer votre prestation comme un véritable « show ».
  • De l’organisation : le cuisinier à domicile s’occupe généralement du repas de A à Z. Création du menu en fonction des attentes du client, achat des produits, préparation sur place, nettoyage, service… il est donc primordial d’être bien organisé et polyvalent afin de ne pas se laisser dépasser par les nombreuses tâches à accomplir.
  • L’adaptabilité : vous serez amené à vous plier aux contraintes de planning de vos clients, vous amenant à travailler tard le soir, le week-end, voire même les jours fériés. Au-delà d’une grande disponibilité, vous devez vous adapter aux contraintes techniques imposées par vos clients (espace réduit, four daté, manque d’équipements, etc.).

La formation pour devenir chef à domicile

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, aucun diplôme n’est nécessaire pour devenir chef à domicile en auto-entrepreneur. En effet, vous pouvez exercer ce métier en autodidacte et apprendre au fur et à mesure de vos expériences. Dans la pratique, il est toutefois recommandé de se former pour apprendre le b.a.-ba du métier de cuisinier. Pour cela, vous avez plusieurs possibilités :

  • le CAP cuisine (en 2 ans après le collège) ;
  • le BEP hôtellerie et restauration, option cuisine (en 2 ans après le collège) ;
  • le Bac Pro cuisine (en 3 ans après le collège) ;
  • le Bac Techno STHR (en 3 ans après le collège) ;
  • ou encore le BTS management en hôtellerie restauration, option management d'unité de production culinaire (en 2 ans après le bac).

En l’absence d’une telle formation, il est forcement conseillé de suivre – a minima – une formation HACCP, permettant d’apprendre les règles de la sécurité sanitaire et d'hygiène. Des connaissances indispensables pour respecter la réglementation en vigueur et garantir la sécurité de vos clients.

Vos démarches pour devenir cuisinier auto-entrepreneur

La déclaration SAP du chef à domicile

Bien que cela ne soit pas obligatoire, le cuisinier auto-entrepreneur a la possibilité de réaliser une déclaration de services à la personne (SAP). Cette démarche peut être intéressante car elle permet à vos clients de bénéficier de deux avantages principaux :

  • ils peuvent vous payer par CESU préfinancés (Chèques emploi service universel) ;
  • ils bénéficient d’un crédit d’impôt de 50 % sur le montant de vos prestations.

Si vous faites ce choix, sachez cependant que vous aurez l'obligation de travailler uniquement pour des clients particuliers. De plus, vous ne pourrez pas avoir une autre activité en dehors du champ des services à la personne. À vous de peser le pour et le contre pour savoir si cette démarche présente un intérêt.

Le règles encadrant les métiers de la restauration

Même s’il cuisine uniquement chez ses clients, le chef à domicile doit se plier aux règles sanitaires et hygiéniques qui encadrent le secteur de la restauration. Cela passe notamment par le respect de la chaîne du froid, la gestion des déchets, l'hygiène personnelle, le nettoyage des équipements ou encore l'entretien des plans de travail.

Bien que la réglementation ne soit pas claire sur le sujet, il semble nécessaire de détenir une licence si vous souhaitez proposer de l'alcool à vos clients. Pour éviter tout problème, le mieux reste encore de conseiller les particuliers sur les bouteilles les plus appropriées au repas (le vin notamment) et de leur en déléguer l’achat.

Les assurances d’un cuisinier à domicile indépendant

En théorie, aucune assurance n’est obligatoire pour être cuisinier à domicile auto-entrepreneur. Dans la pratique, plusieurs garanties sont toutefois bien souvent indispensables.

  • L’assurance de responsabilité civile professionnelle : la RC Pro de l’auto-entrepreneur le couvre pour les dommages matériels (endommagement du four, départ d’incendie) ou physiques (allergie alimentaire, brûlure, etc.) qu’il pourrait causer à un client dans le cadre de son activité.
  • L’assurance auto pro : si vous utilisez votre véhicule personnel dans le cadre de votre activité, vous avez l’obligation de déclarer cet usage professionnel à votre assureur. Il pourra alors adapter les garanties ou vous proposer un contrat spécifique.
  • La protection juridique : cette assurance prend en charge vos frais en cas de procédure judiciaire. Elle peut donc être intéressante si vous rencontrez un litige avec l’un de vos clients.

La facturation des produits par le chef à domicile

Le plafond de chiffre d’affaires d’un cuisinier à domicile étant limité (72 500 €), cela peut poser problème s’il achète lui-même les produits, avant de les refacturer à ses clients (éventuellement avec une marge). Pour contourner cette limite, il peut être judicieux d’opter pour les frais de débours. Ce procédé consiste à avancer les sommes liées à l'achat des produits pour le compte de vos clients. Il s'agit donc d'une avance qui donnera lieu ensuite à un remboursement. Cette solution présente plusieurs avantages :

  • les sommes engagées ne sont pas comptabilisées dans le chiffre d'affaires ;
  • vous ne payez pas de cotisations sur la refacturation des produits ;
  • vous limitez le risque de dépasser les plafonds en vigueur.

Le régime de l’auto-entreprise pour le chef à domicile

Pour le chef à domicile, le statut d’auto-entrepreneur permet de bénéficier d’un régime simplifié. Malgré tout, certaines règles sont à suivre.

  • La création de l’activité : vous devez obligatoirement déclarer le début de votre activité en ligne. Cette démarche peut notamment être réalisée sur Infogreffe ou sur le service proposé par Espace Auto-Entrepreneur.
  • L’immatriculation : votre activité étant de nature commerciale, vous devez vous enregistrer au Registre du commerce et des sociétés (RCS) suite à la création de votre auto-entreprise.
  • La déclaration de revenus : vous devez déclarer votre chiffre d’affaires tous les mois ou tous les 3 mois (selon votre choix déclaratif), y compris si celui-ci est nul. En tant que cuisinier à domicile, votre chiffre d’affaires est limité à 72 500 € à l’année.
  • Le paiement des cotisations : vos charges sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires. Si l’auto-entrepreneur bénéficie de l’ACRE, le taux est ramené à 11 % durant la première année d’exercice.

Nos conseils pour être cuisinier à domicile auto-entrepreneur

Avec le développement des émissions culinaires à la télévision, les particuliers sont de plus en plus nombreux à faire appel à un chef à domicile. Malgré tout, plusieurs bonnes pratiques sont à suivre pour maximiser vos chances de réussites :

  • suivez une formation sur la gestion d’entreprise afin d’acquérir les bases de l’entrepreneuriat, à l'image de la formation « 5 jours pour entreprendre » proposée par la CCI (Chambre de commerce et d'industrie) ;
  • effectuez une étude de marché afin d’évaluer le potentiel commercial de votre activité (concurrence en présence, besoin de la population, etc.) ;
  • calculez l’investissement initial dont vous avez besoin, que ce soit pour le matériel, votre véhicule ou encore la communication ;
  • inscrivez-vous sur un site de mise en relation pour développer votre clientèle (La Belle Assiette, Another Chef, Invite 1 Chef, etc.) ;
  • pensez à la communication locale, notamment en floquant votre véhicule et en déposant des annonces dans les commerces de proximité ;
  • soignez votre réputation digitale, et ce, en créant un site Internet, en animant une page Facebook ou Instagram, en vous créant un compte Google My Business et en demandant à vos clients de vous laisser un commentaire sur Google.

Le cuisinier à domicile auto-entrepreneur en bref

Avant de créer votre auto-entreprise de cuisine pour devenir chef à domicile, retrouvez toutes les informations qu’il faut absolument connaître :

  • aucun diplôme n’est requis, bien qu’il soit conseillé d’avoir au moins un CAP cuisine ;
  • le niveau de formation moyen va du CAP au bac +2;
  • il est préférable de cuisiner intégralement chez vos clients pour vous éviter des contraintes réglementaires supplémentaires ;
  • réaliser une déclaration de services à la personne peut être une option intéressante ;
  • vous dépendez de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) ;
  • votre code APE est 56.21Z - Services des traiteurs ;
  • votre chiffre d’affaires est limité à 72 500 € à l’année ;
  • vous êtes imposé à hauteur de 22% de votre CA (11% si vous avez l’ACRE) ;
  • vos revenus appartiennent aux BIC (Bénéfices industriels et commerciaux) ;
  • votre rémunération varie entre 35 et 70 € par convive en moyenne.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel