Se connecter
Devenir pilote de drone auto-entrepreneur

Devenir pilote de drone auto-entrepreneur


La profession de pilote de drone consiste à réaliser des prises de vues aériennes pour une réalisation publicitaire, artistique ou une surveillance. Cette profession peut parfaitement s’exercer sous le statut d’auto-entrepreneur et répond à une réglementation très particulière.

Vous trouverez dans cet article toutes les informations essentielles pour exercer le métier de pilote de drone en micro-entreprise.

Le pilote de drone auto-entrepreneur en bref

Retrouvez toutes les informations importantes à connaître sur le pilote de drone en auto-entreprise :

C’est une profession très réglementée, vous devez être en possession du certificat d’aptitude de télépilote, du Manuel d’activités particulières (MAP), d’une formation spécifique aux zones potentiellement survolées, d’une assurance en responsabilité civile et d’une déclaration de votre activité auprès de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC).

  • Votre activité dépend de l’URSSAF ;
  • Votre code APE est 59.11B - Production de films institutionnels et publicitaires 0.42Z ;
  • Votre chiffre d’affaires est plafonné à 72 500 € par an ;
  • Vos charges sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires ;
  • Vos revenus sont imposés au titre des Bénéfices non commerciaux (BNC) ;
  • Le tarif moyen d’une prestation est de 300€ par demi-journée, selon votre niveau d’expérience et les contraintes de la prestation.

Le métier de pilote de drone auto-entrepreneur

Les missions d’un pilote de drone auto-entrepreneur

Le pilote de drone indépendant peut avoir des missions variées. Celles-ci vont de la réalisation de vidéos et d’images publicitaires jusqu’à la surveillance de zones (souvent difficiles d’accès au sol ou très étendues) en passant par le contrôle d’infrastructures. Il peut également être amené à créer des supports de communication visuelle comme des films ou plaquettes publicitaires ou encore des parties de reportages.

Voici une liste non exhaustive de ses missions potentielles :

  • Réalisation de films ou de photographies aériens à visées publicitaires ;
  • Réalisation de reportages vidéo ou photo s’intégrant dans les créations plus vastes (films, documentaires…) ;
  • Surveillance d’exploitations agricoles ou industrielles ;
  • Contrôle de réalisation ou d’infrastructures en toitures ou agricoles, par exemple.

Réaliser des partenariats avec d’autres professionnels

Selon son niveau d'expérience et les besoins du client, le pilote de drone indépendant pourra aussi être amené à réaliser du montage vidéo, de l'intégration de texte, des retouches et bien d’autres missions étrangères à ses compétences de pilote. Il pourra alors être intéressant de créer des partenariats avec d’autres professionnels afin de proposer un produit fini au client et ainsi augmenter la valeur ajoutée de votre prestation. 

Voici quelques partenariats possibles :

  • Un monteur vidéo : pour la réalisation de supports publicitaires ou de présentation en utilisant vos prises, 
  • Un web designer spécialisé qui pourra intégrer les prises de vues dans votre site, pour votre portfolio, ou le site de votre client, par exemple
  • Un agent commercial en immobilier : les prises de vues aériennes sont un outil de plus en plus courant pour la vente de domaines étendus. 
  • Un paysagiste : spécialisé dans la création de jardins, les prises de vues aériennes sont un outil précieux pour la réalisation de parcs ou de jardins de grande superficie.

Le profil du pilote de drone en auto-entreprise

Les compétences d’un pilote de drone indépendant

Particulièrement technique et réglementé, le métier de pilote de drone indépendant nécessite de nombreuses qualités :

  • La créativité : comme pour le photographe, le pilote de drône doit avoir le sens de l’esthétique et un regard d’artiste. Il doit faire preuve de créativité pour choisir les meilleures prises de vue. 
  • L’autonomie : même en partenariat avec d’autres métiers, le pilote de drone est souvent seul sur le terrain. Il ne peut donc pas s’appuyer sur le soutien d’une équipe et doit être capable de prendre ses décisions seul. Il doit également pouvoir faire sa promotion et démarcher de nouveaux clients dans un secteur en pleine expansion.
  • Le sens de l’orientation : c’est une compétence qu’il vous faudra travailler car se repérer à partir d’une vue aérienne en temps réel est bien plus déroutant que de suivre un GPS.
  • La dextérité : Même si le pilotage de drone s’est beaucoup simplifié avec les nouvelles technologies (stabilisateur, positionnement automatique, programmation…) il requiert néanmoins une certaine dextérité pour être contrôlé correctement. 
  • Le respect de la loi : l’utilisation du drone est soumise à de nombreuses réglementations, tout comme pour la formation du pilote, les zones survolées et les images prises. Le pilote doit donc connaître chaque loi qui régit son activité pour pouvoir exercer dans des conditions légales..

Quelles formations pour devenir pilote de drone ?

La profession est très réglementée et encadrée. Le pilote de drone auto-entrepreneur devra justifier d’une formation adaptée aux types de zones qu’il compte survoler avec son appareil :

  • S1 : vol en zone non-peuplée, à maximum 200 mètres du pilote
  • S2 : vol en zone non-peuplée, à maximum 1 kilomètre du pilote
  • S3 : vol en zone peuplée à maximum 100 mètres du pilote
  • S4 : vol en zone peuplée, avec une distance illimitée entre le pilote et le drone. Cette situation de vol est celle utilisée pour réaliser des prises de vues ou de la surveillance.

Les certifications indispensables pour être pilote de drones en micro-entreprise

Le pilote de drone indépendant doit être titulaire 

  • D’un certificat théorique de télépilote, délivré après la réussite à l’examen théorique adapté aux activités de télépilote,
  • D’un Manuel d’activités particulières (MAP), il s'agit d’un manuel présentant tous les aspects de l’auto-entreprise : le pilote, les autres personnes intervenant sur les prestations, les différents drones utilisés, les différents scénarios de vols que le télépilote peut réaliser, les procédures mises en place pour assurer la sécurité des vols, des biens et personnes au sol, ainsi que de nombreuses autres informations,
  • D’une formation spécifique en fonction des types de zones potentiellement survolées,
  • D’une assurance en responsabilité civile, 
  • D’une déclaration de son activité auprès de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC). Cette déclaration doit être renouvelée tous les 2 ans et exige, entre-autres, que le pilote dispose d’un ou plusieurs drones répondant à la législation en vigueur.

Les modalités de l’examen théorique adapté aux activités de télépilote sont disponibles sur le site du ministère de la transition écologique.

Le coût de la formation varie de 1000€ à 3000 €.

 À noter : il existe un cas particulier pour le pilote de drone salarié souhaitant devenir indépendant. En effet, un télépilote ayant exercé sa profession pour une entreprise quelconque avant le 1er juillet 2018 et souhaitant se mettre à son compte peut demander "une attestation d'aptitude aux fonctions de télépilote" qui lui permettra de continuer à exercer ce métier selon les scénarios pour lesquels il exerçait déjà. 
Il devra néanmoins être titulaire d'un certificat théorique, d'une licence de pilote d'aéronef, d'un brevet militaire d’aéronef, d'une autorisation spécifique de télépilote ou être (ou avoir été) en activité chez un exploitant déclaré, avant le 1er juillet 2018. Dans ce cas, le dossier est à télécharger sur le site de l’Aviation civile et à renvoyer à l’adresse suivante : dsac-telepilotes-attestation-aptitude-bf@aviation-civile.gouv.fr

Les bases pour devenir pilote de drone auto-entrepreneur

L’auto-entreprise se caractérise par un régime administratif simplifié offrant plusieurs avantages, notamment un allégement fiscal. 

Selon certaines conditions, le pilote bénéficie d’une exonération de la TVA et peut choisir le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu pour faciliter ses paiements (le montant de l’IR est défini selon le chiffre d’affaires).

C’est aussi la façon la plus simple et la plus rapide pour exercer l’activité de pilote de drone en toute légalité. 

La création de l’activité

Avant de débuter votre activité indépendante, vous devez vous plier aux règles qui encadrent la création d'une auto-entreprise.

  • La déclaration en ligne : vous devez obligatoirement remplir le formulaire P0 PL. Ce document doit être complété en ligne, notamment sur le site Auto-Entrepreneur de l'URSSAF. Pour simplifier vos démarches, vous pouvez aussi devenir auto-entrepreneur en utilisant le service d'Espace Auto-Entrepreneur.
  • La réception de vos documents : une fois votre demande validée, vous recevrez notamment votre numéro de SIRET. Vous devez le mentionner sur tous vos documents « officiels », tels que vos factures et vos devis.
  • L’ouverture d’un compte bancaire : si votre chiffre d’affaires dépasse 10.000€ pendant 2 années consécutives, vous avez l’obligation d’ouvrir un compte bancaire dédié à votre auto-entreprise. Si vous prévoyez de dépasser ce seuil, il est conseillé de créer un nouveau compte dès le début de votre activité.
  • La déclaration d’activité de l'exploitant d’aéronefs : vous devez vous enregistrer auprès de la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC) en remplissant le formulaire Cerfa N° 15475*02 - Déclaration d’activité d’un exploitant d’aéronefs circulant sans personne à bord utilisés dans le cadre d’activités particulières, ce qui permettra d’obtenir votre numéro d’exploitant. Pour réaliser des prises de vues aériennes sur le territoire français, il vous faudra également remplir le formulaire Cerfa n° 12546*01 - Déclaration d'activité de photographie et de cinématographie aérienne.
  • La souscription à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RCP) : dans le cadre de son activité, le pilote de drone doit obligatoirement souscrire une assurance RCP, qui aura pour fonction de protéger le télépilote et son drone en cas de dommages causés à des tiers. (Prise de vue non autorisée, exposition de positions stratégiques...etc.) 

Le prix moyen d’une assurance RMC est de 100€ par an.

Comme le télépilote manipule un équipement relativement onéreux, il est également recommandé de souscrire à une assurance pour couvrir le drone et autres matériels contre la casse et le vol.

La gestion de l’auto-entreprise

Comme tout autre auto-entrepreneur, le pilote de drone doit respecter plusieurs règles pour la gestion de son activité.

  • La déclaration de chiffre d’affaires : même si votre chiffre d’affaires est nul, vous devez le déclarer mensuellement ou trimestriellement (selon votre choix déclaratif) sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF. Veillez à ne pas dépasser le plafond de 72.500€ si vous souhaitez conserver le statut d’auto-entrepreneur et ses avantages. 
  • Le paiement des cotisations : vos charges sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires. Vous avez l’obligation de vous en acquitter trimestriellement ou mensuellement, selon votre choix. Vous pouvez également opter pour le versement libératoire de l'impôt, vous permettant de simplifier le paiement de l’impôt sur le revenu. Il s’élève à 2,2%
  • La tenue d’un registre : une autre formalité liée à la création de votre auto-entreprise consiste à suivre et noter tous vos encaissements. Pour cela, vous devez tenir un livre des recettes au format papier ou numérique, indiquant différentes informations obligatoires (date de paiement, identifiant de la facture, montant, etc.).
  • La déclaration de la TVA : le régime de l’auto-entreprise est caractérisé par un allégement fiscal puisqu’il bénéficie d’une franchise de base en TVA. Vous en êtes exonérés tant que vous ne dépassez pas un certain seuil.

Si votre chiffre d’affaires se situe entre 34.400€ et 36.500€ pendant deux années consécutives, vous devez déclarer la TVA dès le 1er janvier de l’année suivante. 

Au moment où vous dépassez le seuil de 36.500€, vous devrez vous acquitter de la TVA dès le mois qui suit. 

Nos conseils pour bien débuter

Avant de créer votre auto-entreprise, il est également important de connaître les bonnes pratiques à adopter pour que votre activité démarre correctement. Il est notamment recommandé :

  • de définir le budget nécessaire à votre création d’activité, notamment pour l’achat de matériel (drone, ordinateur...) et de logiciels (si vous choisissez de réaliser le produit fini vous-même),
  • de vous renseigner sur les aides disponibles pour la création de votre activité (ACRE, NACRE, CAPE …),
  • de mettre en valeur vos créations et vos expériences, notamment via la création d’un site Internet et sur les réseaux sociaux,
  • d’entretenir votre réseau professionnel au quotidien (clients, collaborateurs, etc.) et l’élargir grâce aux réseaux sociaux comme LinkedIn afin d’être recommandé pour des missions via le bouche à oreille

Si vous souhaitez recevoir des conseils pratiques pour développer votre activité de pilote de drone, nous vous invitons à consulter notre article pour développer son business avec LinkedIn. 

  • de créer des partenariats afin d’apporter une compétence plus large aux clients ;
  • de continuer à vous former afin d’actualiser vos compétences et vos connaissances, notamment concernant les réglementations ;
  • de vous créer un compte sur des plateformes de mise en relation (Malt, Kang, etc.) ou même auprès d’une agence de photographes.

 

Le métier de pilote de drone est en pleine expansion. Bien qu’il soit très réglementé et requiert un certain nombre d’autorisations en amont, il dispose d’une rémunération très avantageuse, vous pouvez compter en moyenne 600€/ jour.

Grâce au statut d’auto-entrepreneur, vous pouvez exercer cette profession en toute indépendance et bénéficier de plusieurs avantages, telle que son administration simplifiée. Démarrez votre activité de micro-entrepreneur dès aujourd’hui avec Espace Autoentrepreneur.com

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel