Se connecter
Le psychomotricien en auto-entreprise

Le psychomotricien en auto-entreprise


Ouvert au régime de l’auto-entreprise, le métier de psychomotricien consiste à aider les personnes souffrant de troubles psychologiques se manifestant à travers des problèmes psychomoteurs. La réglementation autour de la profession étant très stricte, n’hésitez pas à suivre notre guide pour devenir psychomotricien auto-entrepreneur plus facilement.

 

Le métier de psychomotricien libéral

Les activités d’un psychomotricien

Considéré comme un auxiliaire médical, le psychomotricien participe à la rééducation de personnes souffrant de troubles psychomoteurs, en tenant notamment compte de leur origine psychologique et neurologique. Consultable uniquement sur prescription médicale, ce professionnel de la santé articule son intervention autour de plusieurs missions :

  • il évalue les capacités psychomotrices de ses patients, avant d'en diagnostiquer l'origine ;
  • il élabore un plan de rééducation personnalisé, basé aussi bien sur le mouvement (gymnastique, étirements, etc.), la communication (chant, théâtre, etc.), la créativité (dessin, peinture, etc.) ou encore les émotions (rire, jeux, etc.) ;
  • il collabore avec d'autres professionnels de la santé afin d'apporter une réponse globale, notamment avec des médecins, des assistants sociaux ou des psychologues libéraux ou non.

 

Les patients d’un psychomotricien auto-entrepreneur

Le plus souvent, le psychomotricien est salarié au sein d'une structure où il peut collaborer avec d'autres professionnels de la santé. C'est notamment le cas au sein des établissements hospitaliers (dans un service de gériatrie, psychiatrie, soins palliatifs, etc.), des structures spécialisées (institut médico-éducatif, service d'éducation spéciale et de soins à domicile, etc.) ou encore en EHPAD et maisons de retraite.

S'il fait le choix d'exercer son activité de façon libérale, le psychomotricien travaille principalement dans son propre cabinet, au domicile des patients ainsi qu'auprès de diverses institutions pour des interventions ponctuelles (mairie, écoles, etc.). Quoi qu'il en soit, les patients d'un psychométricien auto-entrepreneur ou salarié peuvent être très variés. En effet, cet auxiliaire médical peut intervenir dans le cadre de nombreuses pathologies, comme :

  • un trouble de l'attention ;
  • un défaut de coordination ;
  • un problème de communication non verbale ;
  • un retard psychomoteur ;
  • un trouble du tonus musculaire ;
  • ou encore une maladie psychosomatique.

 

Le profil du psychomotricien en auto-entreprise

Les qualités pour l’exercice de la psychomotricité

Pour exercer son activité, tout particulièrement de façon libérale, le psychomotricien doit avant tout avoir une parfaite connaissance du corps humain, tant en ce qui concerne son fonctionnement physique que psychique. Mais au-delà de ces savoirs techniques, ce professionnel de la santé doit disposer de certaines qualités humaines spécifiques.

  • Le sens de l’analyse : le psychomotricien auto-entrepreneur ne se base pas uniquement sur les déclarations du patient pour élaborer son diagnostic. En effet, il doit observer et analyser afin de détecter les problèmes sous-jacents et les non-dits. Cela demande une grande qualité d’écoute et d’observation.
  • L’empathie: en plus d'être patient et équilibré d'un point de vue émotionnel, le psychomotricien doit nouer une relation de confiance avec son patient afin que celui-ci adhère au programme mis en place. La pédagogie et l’empathie sont donc indispensables.
  • L’imagination : la psychomotricité peut faire appel à un grand nombre d'outils de rééducation, comme le théâtre, le chant, le jeu ou encore la relaxation. Le professionnel doit donc maîtriser les différentes facettes de la discipline et faire preuve de créativité pour les combiner et créer des programmes répondant spécifiquement aux besoins de chaque patient.

 

La formation pour devenir psychomotricien

Placé sous la tutelle du Ministère de la Santé et du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, l'exercice de la psychomotricité est largement réglementé en France. Il est notamment obligatoire d'être titulaire du diplôme d'État de psychomotricien, obtenu à la suite d'une formation de 3 ans. Celle-ci peut être suivie au sein de l'un des 15 Instituts de formation en psychomotricité (IFP) présents en France. Ces établissements sont accessibles de plusieurs façons :

  • via un concours après l'obtention du baccalauréat ;
  • à la suite d'une année en classe préparatoire pour préparer le concours ;
  • après une première année en faculté de médecine, aussi appelée PACES (première année commune aux études de santé).

 

Vos démarches pour devenir psychomotricien auto-entrepreneur

L’obtention d’un numéro Adeli

Avant de pouvoir créer son auto-entreprise, le psychomotricien doit faire enregistrer son diplôme au sein du répertoire Adeli (Automatisation DEs LIstes). Pour cela, il doit adresser sa demande à l’Agence régionale de santé (ARS) de son département, notamment en lui envoyant les documents suivants :

  • un justificatif d’identité ;
  • l’original de son diplôme d’État de psychomotricien ;
  • le Cerfa 10906 complété (Enregistrement des auxiliaires médicaux au répertoire Adéli).

À la suite de ces démarches, vous recevrez un numéro Adeli et figurerez sur la liste départementale des praticiens réglementés.

 

Les assurances d’un psychomotricien libéral

Au même titre que les autres professionnels de la santé, le psychomotricien doit obligatoirement souscrire une assurance RC Pro auto-entrepreneur pour pouvoir exercer. Aussi appelée assurance de responsabilité civile professionnelle, elle couvre les dommages matériels et physiques que vous pourriez causer à un tiers dans l’exercice de votre activité, notamment à vos patients.

Vous exercez au sein de votre propre cabinet libéral ? Dans ce cas, vous devez également souscrire une assurance multirisque professionnelle afin de protéger votre local contre divers sinistres, comme un incendie ou un dégât des eaux.

Il est également recommandé de disposer d’une protection juridique. Cette garantie – bien que facultative – vous propose une assistance juridique et la prise en charge des frais de justice en cas de litiges, pouvant notamment intervenir à la suite d’une faute professionnelle.

 

Les conditions d’exercice du psychomotricien

L'exercice du métier de psychomotricien - que ce soit en auto-entreprise ou non - impose de suivre une réglementation stricte. Au quotidien, vous devrez donc respecter plusieurs obligations spécifiques.

  • L’information des patients : vous devez indiquer clairement aux patients le coût de vos prestations ainsi que les conditions de leur remboursement. Notez d'ailleurs que l'Assurance maladie ne prévoit aucun remboursement des actes que vous réalisez, et ce, que vous travailliez en libéral ou au sein d'un hôpital.
  • Le devoir de formation : tous les 3 ans, vous devez pouvoir justifier que vous avez entrepris des actions visant à votre développement professionnel continu. Cela peut notamment passer par de la formation, l'évaluation de vos compétences ou encore l'amélioration de vos pratiques.
  • L'autorisation de l'ARS : en tant que psychomotricien auto-entrepreneur, vous serez amené à travailler régulièrement avec d'autres professionnels (psychologue, médecin, orthophoniste, etc.). Cette coopération doit être autorisée par l'Agence régionale de santé.

 

Les règles de l’auto-entreprise pour le psychomotricien

S’il fait le choix de s’installer en auto-entreprise, le psychomotricien libéral devra enfin se plier aux règles qui entourent le statut d’auto-entrepreneur.

  • S’inscrire en ligne : le psychomotricien doit créer son auto-entreprise en ligne avant de pouvoir débuter son activité. Cette démarche peut notamment être réalisée sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF. À cette occasion, vous devrez d’ailleurs choix votre périodicité déclarative (mensuelle ou trimestrielle).
  • Déclarer vos revenus : vous devez déclarer votre chiffre d’affaires de façon périodique, toujours sur le site de l’URSSAF, y compris si vous n’avez aucun revenu sur la période. À l’année, le plafond de chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur libéral est d’ailleurs de 72 500 €. En revanche, les psychomotriciens sont automatiquement exonérés de TVA, et ce, même s’ils dépassent les plafonds en vigueur.
  • Payer vos charges : dans le mois qui suit votre déclaration de chiffre d’affaires, vous devez vous acquitter de vos cotisations sociales. Celles-ci correspondent à 22 % de votre chiffre d’affaires ou – si vous bénéficiez de l’ACCRE – à 11 % durant votre première année d’exercice.
  • Suivre votre comptabilité : chaque encaissement que vous recevez de la part de vos patients doit être consigné au sein d’un livre des recettes au format papier ou numérique. Il est également conseillé d’ouvrir un compte bancaire spécifique pour votre activité car celui-ci sera obligatoire dès que votre chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 € (pendant 2 années de suite).

 

Nos conseils pour devenir psychomotricien auto-entrepreneur

L’exercice du métier de psychomotricien libéral n’est pas toujours facile, notamment en l’absence de remboursement de l’Assurance maladie pour vos consultations. Pour favoriser la réussite de votre auto-entreprise, plusieurs conseils sont à suivre :

  • réalisez une étude de marché pour déterminer le potentiel commercial de votre installation, notamment en fonction du nombre de psychomotriciens déjà installés et des besoins de la population locale ;
  • définissez votre lieu d’exercice (cabinet individuel, maison de santé, domicile des patients, etc.) afin de déterminer les moyens nécessaires à votre installation (achat de matériel, communication, assurance, etc.) ;
  • budgétisez le coût de votre création d’auto-entreprise, en prenant notamment en compte l’achat d’équipements, votre éventuel loyer, les assurances ou encore le secrétariat ;
  • développez votre réseau professionnel en participant à des événements dédiés, tels que des colloques, des séminaires ou des salons ;
  • rejoignez une association de psychomotriciens – comme le SNUP, l'AFPL ou la FFP – afin d’être accompagné dans votre activité et de profiter d’offres de formation ;
  • soignez votre identité numérique via la création d’un site Internet, l’ouverture d’une page Google My Business ou encore en invitant vos patients à laisser un avis sur Google.

 

Le psychomotricien auto-entrepreneur en résumé

Vous souhaitez exercer le métier de psychomotricien en auto-entreprise ? Voici toutes les informations dont il faut se rappeler :

  • le métier étant réglementé, vous devez être titulaire d’un diplôme d’État de psychomotricien ;
  • la formation est d’une durée de 3 ans, mais nécessite bien souvent une année supplémentaire en classe préparatoire ;
  • vous devez obtenir un numéro Adeli auprès de l’ARS ;
  • vous devez souscrire une assurance RC Pro couvrant votre responsabilité civile professionnelle ;
  • vous êtes rattaché à l’URSSAF ;
  • votre code APE est 86.90E - Activités des professionnels de la rééducation, de l'appareillage et des pédicures-podologues ;
  • votre plafond de chiffre d’affaires est de 72 500 € à l’année ;
  • vous êtes exonéré de TVA, y compris si vous dépassez les plafonds applicables à l’auto-entrepreneur ;
  • le montant de vos cotisations sociales correspond à 22 % de votre chiffre d’affaires ;
  • vos revenus sont imposés au titre des Bénéfices non commerciaux (BNC) ;
  • le tarif d’une séance de psychomotricité varie entre 40 et 50 €, mais est généralement plus élevé pour un bilan psychomoteur.

 

Avez-vous pensé à rejoindre la plateforme Espace Auto-Entrepreneur ? Une fois inscrit, vous profitez de nombreux services pour créer et gérer plus facilement votre activité de psychomotricien auto-entrepreneur :

  • inscription simplifiée au régime de l’auto-entreprise ;
  • gestion de votre comptabilité en ligne ;
  • outils de facturation et de devis ;
  • ou encore suivi des encaissements et gestion des relances.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h