...

Le rédacteur en auto-entreprise


Contrairement au journaliste ou à l’auteur, le rédacteur peut exercer son activité en auto-entreprise. En tant que spécialiste des mots, il rédige des contenus sur mesure pour ses clients, et ce, pour des supports (magazine, site Internet, etc.) et des thématiques très variés. Suivez notre guide pour devenir rédacteur auto-entrepreneur.

 

Le métier de rédacteur indépendant

Le rôle d’un rédacteur freelance

Expert des mots, le rédacteur indépendant a pour mission de rédiger du contenu pour ses clients. Selon les demandes et ses compétences, il pourra aussi bien réaliser des textes pour des sites Internet, des fiches produit, des newsletters, des documents commerciaux, des plaquettes, des articles de blog ou encore des magazines. Pour mener à bien ses missions, il aura plusieurs tâches au quotidien :

  • prendre connaissance du brief envoyé par son client, présentant la demande et les contraintes éventuelles (consignes de référencement, respect d’une charte éditoriale, etc.) ;
  • rechercher de l'information sur le sujet à partir de différentes sources (site Internet, documentation fournie par le client, livre, etc.) et retenir les renseignements pertinents et fiables ;
  • rédiger un contenu nouveau, en évitant le plagiat, qui respecte les attentes (tonalité, mots-clés, style, etc.) ;
  • relire et corriger du contenu déjà existant ;
  • proposer des idées de mise en page, notamment dans le cas d'une publication papier (catalogue, plaquette, etc.) ;
  • publier le contenu en ligne à partir d'un CMS (système de gestion de contenu), dans le cas de textes web.

 

Les clients d’un rédacteur auto-entrepreneur

Au quotidien, le rédacteur freelance travaille principalement auprès de plusieurs clients en particulier.

  • Les agences de contenu : le plus souvent, le rédacteur en auto-entreprise est référencé au sein d’une agence spécialisée dans la production de contenus éditoriaux. Cette dernière va alors le contacter plus ou moins régulièrement en fonction des demandes de ses propres clients et jouer le rôle d’intermédiaire (rédaction du brief, échanges avec le client, relecture, etc.).
  • Les annonceurs : le rédacteur freelance peut aussi directement travailler pour l’annonceur, à savoir le client final. En l’absence d’agence, son rôle consistera à produire du contenu et à échanger avec l’entreprise ou la marque. Les groupes collaborant le plus souvent avec des agences éditoriales, ce sont principalement les petites entreprises qui feront appel à lui directement.
  • Les particuliers : bien que cela soit plus rare, il peut aussi prêter sa plume à des clients particuliers, notamment pour la rédaction d’un site personnel ou même d’un livre. Dans cette hypothèse, il est cependant important que l’auto-entrepreneur soit exonéré de TVA car, contrairement à un client professionnel, le particulier ne peut pas la déduire et devra donc la payer.

Bon à savoir : l’auto-entrepreneur ne peut pas réaliser un travail de journalisme ou de pige auprès d’un organe de presse. En effet, les pigistes et les journalistes sont obligatoirement salariés. Il ne peut pas non plus être auteur ou écrivain car ces professions dépendent de l’Agessa.

 

Le profil du rédacteur auto-entrepreneur

Les qualités d’un rédacteur indépendant

Sans grande surprise, la maîtrise de la langue française et de ses subtilités est indispensable pour devenir rédacteur auto-entrepreneur. Toutefois, d’autres qualités sont également nécessaires pour se démarquer.

  • Une grande culture : à quelques rares exceptions près, le rédacteur web ou print est amené à écrire sur des sujets très variés, allant de l’immobilier aux nouvelles technologies, en passant par l’assurance et le sport. Il doit donc avoir des connaissances dans de nombreux domaines afin de pouvoir appréhender ses différentes missions.
  • De la curiosité : il est essentiel d’être curieux et d’aimer se renseigner sur de nombreux sujets pour réaliser de la rédaction. C’est grâce à cela que le rédacteur indépendant pourra développer sa culture générale et réaliser d’importantes recherches pour trouver de l’information pertinente.
  • Une maîtrise du web : une grande partie du travail du rédacteur auto-entrepreneur consiste à écrire pour le web (site Internet, fiche produit, article de blog, etc.). Il est donc indispensable de maîtriser ses codes et ses outils, à l’image des contraintes de référencement, du balisage HTML ou encore de l’usage des CMS.
  • Le sens de l’organisation : le plus souvent, le rédacteur freelance mène plusieurs projets de front, avec des dates de rendu variables. Il doit donc savoir s’organiser pour s’y retrouver dans ses différentes missions et adapter son travail aux consignes de chaque client (tonalité employé, style d’écriture, référencement SEO, etc.).

 

La formation pour devenir rédacteur freelance

Il est possible de devenir rédacteur indépendant sans formation particulière, dans la mesure où la profession n’est pas réglementée. Le plus souvent, il aura cependant réalisé des études supérieures, durant lesquelles il aura développé ses compétences rédactionnelles. En la matière, le rédacteur en herbe a de nombreuses possibilités car il n’existe pas véritablement de diplôme de rédacteur. Qu’il soit titulaire d’une simple licence ou d’un master 2 à l’issue de ses études, il peut provenir de nombreuses filières différentes :

  • le journalisme ;
  • la communication et le marketing ;
  • les sciences humaines ;
  • les lettres et les langues ;
  • le commerce.

 

Les formalités pour être rédacteur en auto-entreprise

La recherche de missions de rédaction

En tant que rédacteur indépendant, la recherche de clients pour son auto-entreprise est certainement l’étape la plus importante – et la plus complexe – pour débuter son activité. Pour cela, il dispose malgré tout de plusieurs solutions.

  • Les plateformes de mise en relation : le rédacteur peut tout d’abord s’inscrire sur des plateformes dédiés aux freelances, sur lesquelles les clients vont les démarcher pour leurs projets. En la matière, on peut notamment citer Malt et Crème de la Crème.
  • Les agences de contenu : la seconde solution consiste à contacter directement les agences spécialisées dans la production de contenus éditoriaux afin d’être référencé dans leur base de données.
  • Les sites de production éditoriale : il existe de nombreuses plateformes spécialisées dans la production de textes. En s’y inscrivant, le rédacteur pourra ainsi être contacté par des clients pour divers projets. Cette solution présente toutefois des limites, dans la mesure où les prix y sont souvent tirés vers le bas.
  • Le réseau : le rédacteur freelance doit également cultiver son réseau professionnel (entreprise où il a fait un stage, agence l’ayant embauché pour une mission, anciens camarades de classe, etc.). Il est important de garder le contact afin de rester dans leur esprit et, de la sorte, être appelé lorsqu’ils ont besoin d’un rédacteur.

 

La création d’un portfolio de rédaction

La recherche de missions ne pourra toutefois se faire sans avoir des exemples de réalisations à montrer. Au même titre qu’un concepteur-rédacteur auto-entrepreneur, le rédacteur freelance doit donc se créer un portfolio : il s’agit d’un document regroupant tous ses meilleurs travaux. Hébergé de préférence sur un site dédié (WordPress, Behance, etc.), ce « book » compile ses différentes réalisations : création de contenu pour un site web, réalisation d’une newsletter, production d’un livre blanc, etc. Pour être encore plus impactantes, vos réalisations peuvent être mises en forme grâce à des mock-ups : ils permettent de mettre vos réalisations en situation réelle (magazine, page web, etc.).

 

Le respect du droit d’auteur

Comme nous l’avons vu, le métier de rédacteur consiste à rechercher des informations et à s’en servir pour créer un nouveau contenu original. Toutefois, la frontière entre création originale et plagiat peut parfois être fine. Il est donc important de savoir reformuler les phrases, d’éviter le copier-coller, d’apporter une plus-value et, éventuellement, d’utiliser des logiciels de détection de plagiat.

Bon à savoir : lorsque le rédacteur vend ses contenus, il cède automatiquement son droit d'auteur par la même occasion (sauf exclusions prévues au contrat). Dès lors, son client peut utiliser son texte comme bon lui semble et même le signer de son propre nom.

 

Les règles de l’auto-entreprise pour le rédacteur

Le statut d’auto-entrepreneur se montre relativement souple pour le rédacteur indépendant. Malgré tout, certaines règles sont à suivre pour respecter la réglementation.

  • La création d’activité : avant de proposer ses services de rédaction, l’auto-entrepreneur doit obligatoirement déclarer le début de son activité. Cette démarche – qui doit être réalisée en ligne – peut notamment se faire via le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF ou Espace Auto-Entrepreneur.
  • La déclaration de revenus : lors de la création de son auto-entreprise, le rédacteur choisir s’il souhaite déclarer ses revenus mensuellement ou trimestriellement. Il doit ensuite déclarer son chiffre d’affaires à l’URSSAF selon cette périodicité, y compris s’il n’a aucun revenu sur la période.
  • Le respect des plafonds : exerçant une activité de type libéral, le rédacteur est soumis à un plafond de 72 500 €. S’il le dépasse pendant 2 années de suite, il sort du régime. Il perd également le bénéfice de la franchise en base de TVA s’il dépasse 34 400 € (pendant 2 années de suite) ou 36 500 €.
  • Le paiement des cotisations : entant que rédacteur auto-entrepreneur, vos cotisations sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires. Si vous bénéficiez de l’ACRE, ce taux est en revanche ramené à 11 % durant votre première année d’exercice.
  • La gestion comptable : non seulement vous devez tenir un livre des recettes dans lequel vous compilez vos encaissements, mais vous devez aussi créer un compte bancaire pour votre auto-entreprise de rédaction (uniquement si votre chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 € pendant 2 années de suite).

 

Nos conseils pour être rédacteur freelance

Le métier de rédacteur freelance est très concurrentiel, notamment en raison d’individus ayant tendance à tirer les prix vers le bas. Pour en vivre et développer votre activité, plusieurs conseils sont à suivre :

  • suivez des formations pour développer vos compétences, notamment en ce qui concerne le référencement SEO et SEA, l’utilisation de Google Analytics ou encore l’usage de WordPress ;
  • développez une ou plusieurs expertises dans des domaines spécifiques (assurance, beauté, immobilier, automobile, etc.) afin d’apporter une véritable plus-value à vos clients de ces secteurs ;
  • diversifiez vos prestations, en réalisant par exemple du conseil SEO, de la stratégie éditoriale, du community management ou encore de la traduction ;
  • soignez votre visibilité numérique, notamment en vous créant un site Internet, en animant une page LinkedIn et en vous inscrivant sur des plateformes de mise en relation (Malt, etc.) ;
  • suivez l’actualité, cultivez-vous et intéressez-vous à de nombreux domaines afin d’être à l’aise sur (presque) tous les sujets.

 

Le rédacteur auto-entrepreneur en résumé

Avant de créer votre auto-entreprise de rédaction, retrouvez toutes les informations qu’il vous faut absolument connaître sur ce métier :

  • aucun diplôme n’est nécessaire pour devenir rédacteur ;
  • les rédacteurs ont généralement un niveau allant du bac +2 au bac +5 ;
  • la création d’un portfolio est essentielle pour trouver des clients ;
  • votre activité dépend de l’URSSAF ;
  • votre code APE est 73.11Z - Activités des agences de publicité ;
  • votre chiffre d’affaires est plafonné à 72 500 € ;
  • vos cotisations sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires ;
  • vous êtes imposé au titre des BNC (Bénéfices non commerciaux) ;
  • selon votre expertise, votre rémunération varie en moyenne entre 0,05 et 0,20 €/mot.

 

Inscrivez-vous sur Espace Auto-Entrepreneur pour simplifier la création et la gestion de votre activité de rédacteur en auto-entreprise. Adhésion rapide, comptabilité en ligne, édition de factures et de devis, accompagnement par des experts de l’entrepreneuriat… tout est réuni pour favoriser votre réussite.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h
Un jeu d'enfant

Satisfaite, se mettre à son compte devient un jeu d'enfant

Jeanne Giron
* * * * *
Écoute du client

Prise en charge rapide et toujours à l'écoute du client ! Je recommande a tous jeunes entrepreneurs !

Nicolas Balland
* * * * *
Réactif et attentif

Réactif et attentif... Ce qui permets d'avancer très vite.. Je recommande sans aucune hésitation !!!

Michel Guerra
* * * * *
Équipe réactive

L'equipe fut compétente et TRÈS réactive (réponse toujours dans la journée aucun questions posées)

Lorraine Jaspart
* * * * *