Categories
Gérer mon business au quotidien

Fixer ses tarifs en micro-entreprise : 5 erreurs à éviter

Publié le 02/08/2023
Fixer ses tarifs en micro-entreprise : 5 erreurs à éviter

En tant qu'auto-entrepreneur, déterminer quel prix pratiquer peut être un véritable casse-tête. Vos tarifs doivent être accessibles, correspondre au budget de vos clients potentiels, mais également vous permettre de vivre confortablement de votre activité. Que vous débutiez en tant qu’indépendant ou que vous cherchiez à optimiser vos tarifs existants, il est essentiel de connaître les pièges courants en matière de tarification. Voici 5 erreurs à éviter pour fixer ses tarifs en micro-entreprise.

Erreur n°1 : Vous sous-estimez vos charges 

L'une des erreurs les plus fréquentes (si ce n’est la plus fréquente) est de sous-estimer toutes les charges liées à votre activité d’auto-entrepreneur. 

Voici une liste des différents coûts à prendre en compte pour fixer les prix de votre auto-entreprise  :

  • keyboard_double_arrow_right
    Les coûts directement liés à votre activité : les achats de matières premières, de matériaux ou d'outils, les frais de déplacement et de livraison, les abonnements, licences et logiciels nécessaires pour exercer votre activité.
  • keyboard_double_arrow_right
    Les charges indirectes nécessaires au bon fonctionnement de votre auto-entreprise : les dépenses de communication et de marketing pour vous faire connaître, les abonnements divers tels que le téléphone et internet, ainsi que les fournitures administratives, les assurances et les frais bancaires.

N'oubliez pas que même si vous ne pouvez pas déduire ces charges de votre chiffre d'affaires en tant qu'auto-entrepreneur, elles doivent absolument être prises en compte pour fixer des prix de vente pertinents et assurer la viabilité de votre entreprise. 

Par ailleurs, en tant qu’auto-entrepreneur, vous êtes tenu de payer des charges sociales et fiscales, tout au long de votre activité. 

Voici les principales charges sociales et fiscales à prendre en compte lorsque vous fixez vos tarifs : 

  • keyboard_double_arrow_right
    Vos cotisations sociales : Calculées en fonction de votre chiffre d’affaires, elles font partie des charges les plus élevées de l’auto-entreprise. Elles représentent 12,3% pour les activités de vente de marchandises, ou 21,21% pour les prestations de service et les activités libérales. 
  • keyboard_double_arrow_right
    La contribution à la formation professionnelle de l’auto-entreprise : La taxe CFP (Congé de formation professionnelle) permet de financer le droit à formation de l'auto-entrepreneur. En fonction de votre type d’activité, son taux varie entre 0,1% et 0,3% de votre chiffre d’affaires. 
  • keyboard_double_arrow_right
    L’impôt sur le revenu : En tant qu’auto-entrepreneur, vous devez payer des impôts en fonction de votre chiffre d’affaires réalisé au cours de l’année. Cependant, il est possible d’opter pour le versement libératoire qui permet de payer ses impôts mensuellement, en même temps que ses cotisations sociales.

En dressant une liste de toutes vos charges, vous aurez une vision claire de la rentabilité de votre activité par rapport aux prix que vous souhaitez pratiquer. Ainsi, vous pourrez proposer des prix rentables, qui vous permettront de prospérer dans votre activité d’auto-entrepreneur.

Lire aussi : La liste des charges de l’auto-entreprise 

Erreur n°2 : Vous n’avez pas étudié le marché 

Pour fixer vos prix de manière appropriée, il est important de bien comprendre les tarifs pratiqués sur le marché. Commencez par faire une étude globale pour connaître les prix généralement proposés par vos concurrents, allant des plus bas aux plus élevés.

Ensuite, concentrez-vous sur vos concurrents directs, ceux qui ont le même positionnement, des produits ou services similaires et qui se trouvent dans la même zone géographique, si votre marché est local.

Cela vous permettra d'affiner votre politique tarifaire de différentes manières :

  • keyboard_double_arrow_right
    Si vous souhaitez être très compétitif, vous pouvez réduire vos tarifs pour adopter une stratégie concurrentielle agressive. Attention cependant à calculer une marge de rentabilité. 
  • keyboard_double_arrow_right
    Si les prix pratiqués par vos concurrents sont cohérents avec votre expertise et votre positionnement sur le marché, vous pouvez vous ajuster en conséquence.
  • keyboard_double_arrow_right
    Si vous pouvez justifier d'une réelle valeur ajoutée par rapport à vos concurrents, tels qu'une expertise supérieure ou des services uniques, alors vous pouvez envisager d'augmenter vos prix. Faites simplement attention à ce que vos clients perçoivent également cette valeur ajoutée.

Pour analyser les prix de vos concurrents de manière efficace, vous pouvez dresser un tableau comparatif en relevant les tarifs proposés, le niveau d'expertise, la qualité des produits/services, les services inclus, le positionnement, la renommée, etc. En considérant l'ensemble de ces éléments, vous serez en mesure de prendre des décisions éclairées sur vos propres tarifs, en vous adaptant au marché tout en valorisant votre offre auprès de vos clients.

Erreur n°3 : Vous sous-estimez la valeur de votre travail

Beaucoup d’auto-entrepreneurs sont touchés par le syndrome de l’imposteur, ce qui les conduit à sous-estimer la valeur de leur travail, et à fixer des tarifs trop bas. Il peut être tentant de casser ses prix pour attirer des clients, mais cela peut également nuire à la rentabilité de votre micro-entreprise. Par ailleurs, en fixant des tarifs trop bas, vous prenez le risque de renvoyer une image de faible qualité. Évaluez correctement l'expertise, l'expérience, la qualité de vos services, ainsi que le temps réel passé sur chaque projet, et ajustez vos tarifs en conséquence. Les clients qui recherchent une qualité supérieure seront prêts à payer le prix juste. 

Erreur n°4 : Vous ne prenez pas en compte le temps “non facturable” 

Une des erreurs de facturation les plus fréquentes chez les auto-entrepreneurs, est de ne pas prendre en compte le temps “non facturable”. Pour rappel, lorsque vous êtes auto-entrepreneur, vous ne bénéficiez pas de congés payés. Si vous prenez des vacances, cela signifie donc que vous ne générez pas de chiffre d’affaires. Par ailleurs, être à son compte implique de faire face à des périodes plus creuses, où la demande pour vos produits et services est plus faible. Autre point à considérer : vous ne pouvez pas consacrer 100 % de votre temps de travail à la gestion de vos missions clients. En effet, il est essentiel d’allouer 1 à 2 jours par semaine à votre gestion administrative et comptable, à la prospection pour trouver de nouveaux clients, ainsi qu’à votre communication, etc. Afin que ce temps “non facturable” n’impacte pas vos revenus globaux, nous vous recommandons de l'anticiper en majorant vos prix de 10 à 15 %. Ainsi, vous pourrez épargner ce montant pour compenser une baisse de chiffre d’affaires pendant les périodes creuses ou pendant vos congés.

Erreur n°5 : Vous refusez de faire évoluer vos tarifs 

En tant que freelance, vos compétences et votre expertise évoluent avec le temps. Au fil des années, vous devenez un expert dans votre domaine, et cela doit se refléter sur votre tarification. Par ailleurs, compte tenu du cours de l'inflation (7,3% en février 2023), il devient essentiel d’augmenter vos prix pour assurer votre rentabilité. Si vous continuez à facturer les mêmes tarifs pendant des années, vous risquez de sous-évaluer vos services et de vous retrouver dans une situation financière difficile. Il est important de revaloriser régulièrement vos tarifs pour refléter cette croissance.

Voici quelques conseils pour communiquer efficacement ces changements à vos clients : 

  • keyboard_double_arrow_right
    Faites preuve de transparence et d'honnêteté : Expliquez à vos clients pourquoi l'augmentation de vos tarifs est nécessaire pour maintenir la qualité de vos services et la pérennité de votre entreprise.
  • keyboard_double_arrow_right
    Annoncez-le à l'avance : Prévenez vos clients de l'augmentation de vos tarifs au moins un mois à l'avance, leur laissant ainsi le temps de s'adapter à ce changement.
  • keyboard_double_arrow_right
    Valorisez votre offre : Soulignez l'amélioration de la qualité de votre travail grâce à de nouvelles compétences, certifications ou investissements dans des outils ou des formations. 
  • keyboard_double_arrow_right
    Soyez flexible : Pour vos clients fidèles ou ceux ayant des contrats à long terme, envisagez une augmentation plus progressive ou proposez une période de transition pendant laquelle les anciens tarifs seront toujours applicables.
  • keyboard_double_arrow_right
    Préparez-vous aux négociations : Anticipez les discussions autour de la hausse des tarifs, sachant jusqu'où vous êtes disposé à aller pour conserver un client.

N'oubliez pas, l'objectif n'est pas seulement d'attirer des clients, mais de construire une entreprise viable qui valorise votre travail à sa juste valeur. Avec ces astuces en tête, vous êtes maintenant prêt à éviter les erreurs communes, et à fixer des tarifs justes et compétitifs pour votre micro-entreprise. Pour aller plus loin, consultez notre guide : Comment fixer les prix de son auto-entreprise ? Bonne chance !

star star star star star
Totalement satisfait. Je recommande vivement. Cordialement

le 29/11/2023

star star star star star
A l'écoute et réactif Très bien

le 20/09/2023

star star star star star
Très réactifs, toujours disponibles

le 04/10/2023

star star star star star
Très bon accompagnement A l'écoute Réactif et précis sur les informations Très bon travail ! Je recommande

le 13/09/2023

star star star star star
Très bon site, réponse très claire et rapide. Mais excellents conseils aussi. Merci.

le 30/08/2023

chevron_right Espace Auto-Entrepreneur

/

Blog

/

Fixer ses tarifs en micro-entreprise : 5 erreurs à éviter