Se connecter
L’architecte auto-entrepreneur

L’architecte auto-entrepreneur


Être architecte en auto-entreprise, c’est possible ! Toutefois, le métier n’est pas forcément ouvert à tous, tant il est nécessaire d’avoir de nombreuses qualités pour exercer. Missions du quotidien, formalités et création d'activité : découvrez tout ce qu'il faut savoir pour devenir architecte auto-entrepreneur.

 

Être architecte et auto-entrepreneur : l’essentiel à retenir

Vous souhaitez devenir architecte avec le statut d’auto-entrepreneur ? Retrouvez ci-dessous les informations essentielles à connaître.

  • Votre Centre de formalités des entreprises (CFE) : l'URSSAF.
  • Votre plafond de chiffre d'affaires : 72 500 €.
  • Votre taux de cotisations sociales : 22 %.
  • Votre catégorie d'imposition : bénéfices non commerciaux (BNC).
  • Votre code APE : 7111Z - Activités d’architecture.
  • Votre rémunération : entre 30 et 100 €/heure.

 

Le métier d’architecte auto-entrepreneur

En tant qu'auto-entrepreneur architecte, votre métier est de dessiner, concevoir et superviser la construction de divers bâtiments (maisons individuelles, immeubles d'habitations, bâtiments publics, etc.). Votre connaissance de la réglementation et des possibilités techniques vous permet de conseiller vos clients dans la réalisation de leur projet. Au quotidien, vous devez faire preuve de créativité et de rigueur, mais également enfiler plusieurs casquettes.

  • Dessiner les plans : la première mission d'un architecte en auto-entreprise est de réaliser les plans qui permettront la construction ou la rénovation d'un bâtiment. Ils doivent tenir compte des contraintes réglementaires, des possibilités techniques et des attentes du client.
  • Étudier la faisabilité : vous devez également établir ou faire établir la faisabilité du projet via la réalisation de différentes études, tant techniques (résistance des matériaux, etc.) que réglementaires (loi d'urbanisme, etc.).
  • Sélectionner les prestataires : une fois le projet validé, l'architecte doit s'entourer de différents corps de métier qui seront nécessaires à la réalisation des travaux. Il pourra s'agir d'un maçon, d'un électricien, d'un plombier, d'un carreleur ou encore d'un charpentier.
  • S'acquitter des formalités administratives : c'est également à l'architecte de réaliser la déclaration de travaux ou la demande de permis de construire auprès de la municipalité, notamment en rassemblant les documents justificatifs nécessaires (croquis, plans, etc.).
  • Superviser les travaux : s'il est aussi maître d'œuvre sur le projet, l'architecte devra également superviser l'ensemble des travaux, notamment en définissant un planning à respecter et en réalisant des comptes rendus détaillés sur l'avancement du projet. Autant de missions qui lui permettent d'assurer le bon déroulement du chantier.

 

Les qualités d’un architecte indépendant

Lancer une auto-entreprise d’architecte ne s’improvise pas. Pourquoi ? Tout simplement car il est important d’avoir certaines qualités pour que l’aventure soit une réussite.

  • La créativité : en plus d'avoir un vrai sens créatif, vous devez avoir des qualités de dessinateur. Celles-ci sont indispensables pour produire différents types de plans, comme des croquis, des plans de masse ou même des perspectives.
  • La technique : un architecte indépendant travaille désormais obligatoirement avec des logiciels de dessins pour réaliser les plans. Il doit donc maîtriser les différents outils techniques liés à son métier.
  • De bonnes connaissances : si des bases en histoire de l'art sont souvent utiles, vous devez avant tout maîtriser la réglementation en vigueur, que ce soit d'un point de vue technique ou administratif.
  • La polyvalence : tantôt dans son étude, tantôt sur le terrain, l’architecte auto-entrepreneur doit pouvoir affronter toutes les facettes de son métier. Il est d'ailleurs nécessaire d'être résistant au stress, notamment pour être en mesure de jouer l'intermédiaire entre les intervenants et le client.

 

Les obligations pour exercer le métier d’architecte indépendant

Le métier d'architecte indépendant est réglementé. C'est pour cette raison qu'il est nécessaire de remplir plusieurs conditions afin de pouvoir exercer.

  • Obtenir un diplôme d’études en architecture : il est nécessaire de suivre un premier cycle d'études d'une durée de trois ans afin d'obtenir un DEEA (diplôme d'études en architecture).
  • Obtenir un DEA : à l'issue de ces trois premières années, vous devez réaliser une formation complémentaire de deux ans afin de décrocher un DEA (diplôme d'État d'architecte).
  • Avoir une HMONP : pour exercer à titre indépendant en auto-entreprise, l'architecte doit également obtenir un Habilitation à l'exercice de la maîtrise d'œuvre en son nom propre (HMONP). D'une durée d'un an, elle comprend une formation théorique de 150 heures et une mise en situation professionnelle de 6 mois.
  • Être inscrit à l'Ordre des architectes : la profession d'architecte étant protégée, il est nécessaire d'adhérer à l'Ordre des architectes afin de pouvoir exercer en tant qu'indépendant.
  • Respecter la déontologie : l'inscription à l'Ordre des architectes impose de se conformer au Code de déontologie des architectes, sous peine de radiation. Cela passe notamment par l'affichage de vos tarifs, la réalisation d'un contrat écrit pour chaque projet et le respect des règles de construction.
  • S’assurer : l’architecte a l'obligation de souscrire une garantie décennale pour auto-entrepreneur s'il intervient dans la construction ou la rénovation d'un ouvrage. Suite à l'inscription à l'Ordre des architectes, il faudra également souscrire une RC Pro, aussi appelée assurance de responsabilité civile professionnelle. Celle-ci vous couvre pour les dommages que vous pourriez causer à des tiers dans le cadre de votre activité.

 

Les étapes pour devenir architecte auto-entrepreneur

Comment créer une auto-entreprise d’architecture ? Une question qu’il est important de se poser car plusieurs étapes sont à suivre pour devenir architecte auto-entrepreneur.

  • Créer son auto-entreprise : vous devez tout d'abord créer votre auto-entreprise, notamment via le site Auto-Entrepreneur de l'URSSAF et en fournissant un certain nombre de renseignements (justificatif d'identité, nature de l'activité, lieu d'exercice, etc.).
  • Réceptionner vos documents administratifs : suite à votre adhésion au régime de la micro-entreprise, vous recevrez notamment votre numéro SIRET qu'il vous faudra indiquer sur vos factures.
  • Décrocher vos premières missions : en règle générale, un auto-entrepreneur architecte va débuter en réalisant des missions en sous-traitance pour le compte de cabinets. Vous pouvez ainsi parfaire vos compétences, tandis que vos clients pourront être séduits par la souplesse de votre statut.
  • Développer votre activité : plusieurs leviers peuvent vous permettre de décrocher de nouveaux contrats. Vous pouvez notamment répondre à des appels d'offres, vous faire connaître des promoteurs immobiliers et développer votre réseau professionnel. Ne négligez pas non plus le site Internet de votre auto-entreprise qui peut être une formidable vitrine pour votre activité.
  • Respecter les contraintes du statut : en tant qu’auto-entrepreneur, l’architecte doit notamment respecter un plafond de chiffre d’affaires (72 500 €), tenir un livre des recettes, ouvrir un compte bancaire (si son chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 € pendant 2 années consécutives), déclarer ses revenus et payer ses charges.

 

Bon à savoir : Espace Auto-Entrepreneur propose aux architectes un service sur mesure pour devenir auto-entrepreneur. Formulaire d’adhésion simplifié, logiciel de comptabilité ou encore suivi des encaissements : autant d’outils pour faciliter la création et la gestion de votre activité.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h