Le guide de l’auto-entrepreneur expatrié à l’étranger

Le guide de l’auto-entrepreneur expatrié à l’étranger

Vous souhaitez être auto-entrepreneur à l’étranger ? Bonne nouvelle : vous pouvez expatrier votre micro-entreprise ou même la créer depuis votre nouveau pays. Toutefois, l’expatriation n’est pas sans conséquence. Conditions à respecter, obligations fiscales et comptables et points de vigilance : découvrez comment devenir micro-entrepreneur expatrié.

Peut-on être auto-entrepreneur à l’étranger ?

Oui, il est tout à fait possible d’être auto-entrepreneur et de vivre à l’étranger. Pour cela, plusieurs conditions sont néanmoins à respecter.

keyboard_arrow_rightL'obligation de domicilier l'auto-entreprise en France

Que vous soyez ou non déjà expatrié à l’étranger, vous devez respecter une condition principale : domicilier votre micro-entreprise en France. Autrement dit, cela signifie qu'il vous faut conserver une adresse au sein de l'Hexagone, à laquelle votre activité sera administrativement rattachée. Cette adresse n'étant pas celle de votre lieu réel d'exercice, étant donné que vous travaillez à l'étranger, elle aura simplement pour but de :

  • keyboard_double_arrow_right
    permettre à l'administration de vous contacter par courrier ;
  • keyboard_double_arrow_right
    déterminer les organismes dont vous dépendez, dont votre SIE (Service des impôts des entreprises) et votre caisse CPAM ;
  • keyboard_double_arrow_right
    définir vos interlocuteurs (Centre de formalités des entreprises notamment) et cotisations spécifiques (Cotisation foncière des entreprises par exemple).

edit À noter

D’autres règles sont également à respecter pour pouvoir devenir auto-entrepreneur, que vous viviez à l'étranger ou non. Il vous faut notamment être majeur (ou mineur émancipé) et exercer une activité autorisée en auto-entreprise.

keyboard_arrow_rightLes formalités pour expatrier son auto-entreprise

Vous aviez déjà une micro-entreprise avant votre expatriation ? En plus de conserver une adresse administrative en France où domicilier votre activité, il est nécessaire d’informer l'administration de votre changement de domicile personnel. Pour réaliser cette modification de la micro-entreprise, vous devez :

  • keyboard_double_arrow_right
    compléter le formulaire P2-P4 sur le portail e-Procédures ou sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF ;
  • keyboard_double_arrow_right
    cocher la case 16P « Changement de domicile personnel » ;
  • keyboard_double_arrow_right
    indiquer votre nouvelle adresse personnelle ;
  • keyboard_double_arrow_right
    cocher la case « Oui » si vous exercez à votre domicile situé à l’étranger ;
  • keyboard_double_arrow_right
    renseigner les coordonnées auxquelles l'administration peut vous contacter.

keyboard_arrow_rightLes démarches pour créer une micro-entreprise à l’étranger

Vous souhaitez créer une micro-entreprise alors que vous êtes déjà expatrié ? Dans ce cas, les formalités sont les mêmes que si vous habitiez en France. Une seule différence comme nous l’avons déjà vu : domicilier votre activité au sein de l’Hexagone et non à votre adresse personnelle située à l’étranger.

Pour créer votre auto-entreprise à l’étranger, vous devez donc :

  • keyboard_double_arrow_right
    déclarer votre début d'activité en ligne, via le portail e-Procédures de l'INPI par exemple ;
  • keyboard_double_arrow_right
    fournir les informations et justificatifs nécessaires : carte d'identité, nature de l'activité, votre identité, adresse de domiciliation en France, etc. ;
  • keyboard_double_arrow_right
    vous soumettre éventuellement à d'autres formalités complémentaires : enregistrement au Registre du commerce et des sociétés (pour les commerçants), souscription d'une assurance obligatoire pour les professions concernées, présentation d'un justificatif d'expérience ou d'un diplôme, etc.

lightbulb Bon à savoir

Vous pouvez faire appel à Espace Auto-Entrepreneur pour devenir auto-entrepreneur plus facilement.

Expatriation : comment domicilier son auto-entreprise en France ?

Que vous viviez déjà ou non à l'étranger, vous disposez de plusieurs solutions pour domicilier votre auto-entreprise en France, et ce, en toute légalité (à condition d’avoir bien déclarer votre vraie adresse personnelle).

  • keyboard_double_arrow_right
    La domiciliation chez un proche : vous pouvez tout d'abord opter pour l'adresse d'un membre de votre famille (parent, frère, etc.), d'un ami ou d'un autre proche, à condition d'avoir son accord. C’est donc à cette adresse que l’administration pourra vous adresser les documents relatifs à votre micro-entreprise.
  • keyboard_double_arrow_right
    La domiciliation partagée : vous pouvez également choisir l'adresse d'un espace de co-working ou d'une pépinière d'entreprise proposant un tel service de domiciliation. Cette solution peut d'ailleurs être pertinente si vous revenez régulièrement en France et que vous avez alors besoin d'un local.
  • keyboard_double_arrow_right
    Un service de domiciliation : vous pouvez enfin passer par une société proposant un service dédié de domiciliation, vous offrant généralement le choix entre plusieurs adresses. Le plus souvent, vous pourrez profiter de services additionnels, dont le renvoi de courrier et un secrétariat administratif par exemple.

Auto-entrepreneur expatrié : quelles obligations ?

Outre les règles applicables à l’ensemble des micro-entreprises (comptabilité, déclarations, etc.), l’auto-entrepreneur expatrié à l’étranger doit se soumettre à des obligations spécifiques : facturation en français, réintégration en euros des devises étrangères, double imposition, etc.

keyboard_arrow_rightLes impôts et cotisations du micro-entrepreneur à l’étranger

Malgré votre expatriation, votre micro-entreprise reste domiciliée en France. Par conséquent, vous devez toujours vous plier aux mêmes règles fiscales, dans la mesure où votre source de revenus est française. Vous avez donc différentes obligations à respecter.

  • keyboard_double_arrow_right
    Payer vos cotisations sociales : en plus de déclarer son chiffre d’affaires comme s’il travaillait en France, l’auto-entrepreneur expatrié est soumis aux mêmes cotisations sociales. Elles représentent 12,3, 21,1 ou 21,2 % de son chiffre d’affaires selon la nature de son activité.
  • keyboard_double_arrow_right
    Déclarer vos revenus : la déclaration des revenus de l’auto-entrepreneur expatrié se fait dans les mêmes conditions que pour un résident. Vous devez en effet utiliser le formulaire 2042 C Pro pour déclarer le chiffre d'affaires tiré de votre micro-entreprise expatriée.
  • keyboard_double_arrow_right
    Vous acquitter de vos impôts : si vous êtes imposable ou que vous avez opté pour le versement libératoire, vous avez également l’obligation de payer votre impôt sur le revenu, et ce, comme n’importe quel autre auto-entrepreneur, expatrié ou non.
  • keyboard_double_arrow_right
    Payer vos autres cotisations : Cotisation foncière des entreprises, Contribution à la formation professionnelle, prélèvement libératoire… autant de taxes que vous devrez également payer, à condition d’y être soumis.

edit À noter

Bien que vous viviez à l’étranger, vous devez malgré tout suivre les obligations comptables applicables aux auto-entrepreneurs. Cela vous impose notamment :
  • keyboard_double_arrow_right
    d'ouvrir un compte bancaire dédié si votre chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 € pendant deux années de suite ;
  • keyboard_double_arrow_right
    de suivre vos encaissements au sein d’un livre des recettes ;
  • keyboard_double_arrow_right
    de tenir un registre des achats si vous avez une activité commerciale.

keyboard_arrow_rightLa facturation de la micro-entreprise expatriée

L’expatrié doit se plier aux mêmes règles de facturation que n’importe quel auto-entrepreneur. À titre d'exemple, il doit notamment :

  • keyboard_double_arrow_right
    éditer une facture pour toutes les prestations réalisées pour le compte d'un professionnel ou pour un particulier s’il en fait la demande ;
  • keyboard_double_arrow_right
    faire figurer les mentions obligatoires : date d'émission, numérotation chronologique, identité de l'acheteur, etc. ;
  • keyboard_double_arrow_right
    facturer immédiatement ou dans un délai maximal d'un mois après la réalisation de la prestation ;
  • keyboard_double_arrow_right
    conserver ses factures pendant au moins 10 ans.

Toutefois, l’auto-entrepreneur expatrié peut être soumis à d’autres obligations, tout particulièrement s’il travaille au sein d’un pays non francophone ou situé en dehors de l’Union européenne. Il doit ainsi :

  • keyboard_double_arrow_right
    éditer ses factures en français ou, dans le cas contraire, pouvoir fournir une traduction certifiée par un traducteur assermenté en cas de demande de l'administration ;
  • keyboard_double_arrow_right
    facturer dans une monnaie étrangère, à condition qu'elle soit convertible et reconnue internationalement ;
  • keyboard_double_arrow_right
    réintégrer la devise étrangère en euros au sein de la comptabilité.

keyboard_arrow_rightLa TVA pour l’auto-entrepreneur à l’étranger

Le fonctionnement de la TVA pour les auto-entrepreneurs expatriés est globalement le même que pour les résidents français, vous permettant d’être exonéré par défaut. Trois cas de figure peuvent ainsi se produire.

  • keyboard_double_arrow_right
    Vos clients sont français : malgré votre expatriation, vous pouvez continuer à travailler pour des clients installés en France, notamment si vous exercez une activité libérale de services (rédacteur, traducteur, consultant, etc.). Vous n'avez donc pas à facturer la TVA à vos clients, à condition de ne pas y être soumis pour un autre motif (dépassement des seuils ou demande volontaire). Pensez toutefois à faire figurer la mention « TVA non applicable - article 293 B du CGI » sur vos factures.
  • keyboard_double_arrow_right
    Vos clients sont situés au sein de l'EEE : si vous travaillez pour des clients installés au sein de l'Espace Économique Européen, vous n'êtes pas non plus soumis à la TVA. En revanche, vous devrez faire figurer le numéro de TVA intracommunautaire de vos clients et indiquer la mention « Exonération de TVA, article 283-2 du Code général des impôts » sur vos factures.
  • keyboard_double_arrow_right
    Vos clients sont installés hors EEE : en règle générale, vous n’aurez pas à appliquer la TVA. Il peut toutefois exister des spécificités selon les pays, notamment si vous réalisez de l'exportation de marchandises. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès du service des douanes pour prendre connaissance des règles applicables.

keyboard_arrow_rightLes points de vigilance pour l’auto-entrepreneur en expatriation

Selon son pays d’installation, le micro-entrepreneur expatrié peut également être soumis à certaines règles spécifiques. Avant de partir vivre à l’étranger, il est donc important de vous renseigner sur la réglementation locale, notamment en ce qui concerne :

  • keyboard_double_arrow_right
    l’imposition : en plus d’être soumis aux impôts en France, votre chiffre d’affaires d’auto-entrepreneur peut aussi être taxé par votre pays d’expatriation (notamment si aucune convention fiscale n’existe avec la France) ;
  • keyboard_double_arrow_right
    la couverture santé : l’Assurance maladie peut éventuellement couvrir vos dépenses de santé à l’étranger, principalement au sein de l’Union européenne et des pays ayant signés des accords avec la France ;
  • keyboard_double_arrow_right
    les règles professionnelles : une fois expatrié, votre auto-entreprise peut être soumise à une réglementation spécifique selon la nature de votre activité, principalement si vous l’exercez auprès de la population locale ;
  • keyboard_double_arrow_right
    le permis de conduire : bien que votre permis français soit suffisant pour conduire temporairement au sein de la plupart des pays, le permis de conduire international peut être recommandé, voire même exigé, pour certaines destinations.
star star star star star
Très satisfait. Le site est très bien conçu. Une agence géniale, merci!

le 10/01/2024

star star star star star
Très bon réactif merci pour votre efficacité

le 05/07/2023

star star star star star
Très bon accueil, à l'écoute, proposant des conseils avisés et complets. Dowload des documents facile. Suivi très appréciable.

le 26/07/2023

star star star star star
tres bon accompagnement je recommande a tous

le 30/08/2023

star star star star star
Excellentes prestations

le 08/05/2024

chevron_right La ruche

/

Je lance mon auto-entreprise

/

Tout comprendre sur le statut d'auto-entrepreneur

/

Le guide de l’auto-entrepreneur expatrié à l’étranger