Se connecter
Le consultant auto-entrepreneur

Le consultant auto-entrepreneur


Qu’il soit spécialisé en communication, en stratégie commerciale, en recrutement ou encore en ressources humaines, le consultant auto-entrepreneur met son expertise au service des entreprises afin de résoudre leurs problèmes. Selon son secteur d’activité, ce professionnel peut être soumis à des règles spécifiques. Pour y voir plus clair, suivez notre guide pour devenir consultant en auto-entreprise.

 

Le métier de consultant freelance

Le rôle d’un consultant indépendant

Quel que soit son secteur d'activité, le consultant indépendant a pour objectif d'analyser et de résoudre les éventuels problèmes que rencontre l'entreprise. Dans le cadre de ses missions, son rôle pourra notamment être :

  • de prendre connaissance de la problématique de l'entreprise ;
  • d'analyser la situation actuelle, notamment au moyen d'études ;
  • d'élaborer un diagnostic, listant tous les éventuels points d'intervention nécessaires ;
  • de proposer des actions opérationnelles afin de résoudre les problèmes identifiés ;
  • de définir les modalités de mise en œuvre des actions retenues (caractéristiques, planning, budget, etc.) ;
  • de choisir les indicateurs qui permettront de mesurer l'efficacité des moyens déployés ;
  • d'accompagner l'entreprise dans la mise en œuvre des solutions retenues.

 

Les domaines d’activité du consultant auto-entrepreneur

Bien que certains domaines spécifiques puissent lui être refusés, le consultant auto-entrepreneur peut intervenir dans de très nombreux secteurs. En voici une liste non exhaustive :

  • la communication et le marketing ;
  • le management et les ressources humaines ;
  • le recrutement et la formation ;
  • l’informatique et la sécurité informatique ;
  • l’immobilier (sous conditions) ;
  • ou encore la finance et la comptabilité (sous conditions).

 

Le profil du consultant en auto-entreprise

Les qualités d’un consultant indépendant

Le consultant en auto-entreprise doit avant tout être un expert dans son domaine d’activité. Mais au-delà de ses compétences et connaissances techniques, il doit également présenter certaines qualités humaines.

  • La pédagogie : le rôle du consultant indépendant est d’apporter des changements au sein de l’entreprise. Dans la mesure où ces transformations ne sont pas toujours très bien acceptées, il est important de savoir expliquer ses recommandations, d’être un bon communicant et de pouvoir justifier chaque facette de son intervention.
  • La détermination : pour faire admettre le changement, le consultant doit savoir s'imposer auprès des décideurs et des équipes. Il est donc important d’être dynamique et d’être en mesure de redoubler d’efforts afin que les recommandations soient adoptées par l’entreprise. Cela demande de la persévérance et un calme à toute épreuve.
  • L’organisation : en tant qu'indépendant, le consultant gère toutes les dimensions de son intervention. Son organisation et sa polyvalence doivent notamment lui permettre de s'occuper des plannings, de la budgétisation, de la mise en œuvre opérationnelle, de la présentation des recommandations ou encore de l’analyse des résultats.

 

La formation d’un consultant freelance

La plupart des domaines de consulting ne sont pas réglementés et n’imposent donc pas une formation particulière. Cela vaut notamment pour les secteurs de la communication, du marketing, des ressources humaines, de la stratégie commerciale ou encore de l’informatique. Dans la pratique, il est pourtant indispensable de disposer - a minima - d'un bac +5, obtenu idéalement au sein d’un établissement réputé. Ce sera le cas notamment des grandes écoles de commerce, des écoles d'ingénieur et des Instituts d'études politiques (IEP).

A contrario, certains domaines d’activité sont réglementés et exigent de se plier à des formalités spécifiques. C'est le cas notamment du consulting en immobilier, en investissement financier, en comptabilité ou encore en droit. Non seulement, le consultant auto-entrepreneur devra pouvoir justifier de qualifications professionnelles spécifiques, mais il ne pourra pas non plus s’accorder certains titres (agent immobilier, expert-comptable, etc.).

Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à consulter les activités autorisées et exclues du régime de l’auto-entreprise.

 

Les règles pour devenir consultant auto-entrepreneur

L’assurance du consultant indépendant

À l’exception de certains domaines réglementés (finance, immobilier, etc.), le consultant en auto-entreprise n’a pas besoin de souscrire d’assurance. En raison de la nature de son activité, certaines garanties sont néanmoins vivement recommandées.

  • La protection juridique : l’activité de consulting freelance peut être sujette à des litiges avec les clients, notamment en cas de désaccord sur le résultat. L’assurance de protection juridique permet à l’auto-entrepreneur de bénéficier de conseils dans une telle situation et peut également prendre en charge ses éventuels frais judiciaires.
  • La RC Pro : s’il est amené à se déplacer dans les locaux de ses clients, le consultant indépendant a tout intérêt à souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle. Celle-ci le couvre pour les dommages matériels et physiques qu’il pourrait causer dans le cadre de son activité.

 

L’offre du consultant en auto-entreprise

Pour le consultant auto-entrepreneur, le plus important est de soigner son positionnement et de bien définir son expertise. L'enjeu est double : vous appuyer sur les compétences dont vous disposez et répondre aux demandes du marché. Pour y parvenir, plusieurs solutions sont envisageables :

  • réaliser un bilan de compétences pour évaluer vos savoir-faire ;
  • effectuer une étude de marché afin de connaître les besoins du secteur ;
  • analyser la concurrence afin de déterminer la pratique des concurrents et leur concentration ;
  • suivre des formations complémentaires pour étoffer votre offre.

La question de votre tarif journalier est également essentielle. Votre prix doit en effet refléter votre niveau d'expertise, être en accord avec les possibilités des clients et vous permettre de vivre de votre activité. Pour cela, il faut d'ailleurs avoir conscience qu'un consultant auto-entrepreneur va rarement facturer plus de 100 à 150 journées par an. Enfin, définissez la bonne stratégie de facturation :

  • la régie, prévoyant une facturation des honoraires selon le temps passé ;
  • le forfait, prévoyant un tarif forfaitaire pour la mission ;
  • l'intéressement, prévoyant une rémunération fixe et une rémunération variable en fonction des résultats.

 

La prospection du consultant freelance

Aussi fastidieux que cela puisse être, la prospection est une part importante du travail de consultant indépendant, tout particulièrement au lancement de son activité. En moyenne, on estime qu'il doit consacrer entre 20 et 40 % de son temps à la recherche de clients et à l'entretien de son réseau. Pour optimiser vos démarches, plusieurs solutions s'offrent à vous :

  • utilisez des techniques commerciales directes (e-mailing, relance téléphonique, télémarketing, etc.) ;
  • demandez des recommandations auprès de vos anciens clients ;
  • faites-vous connaître des prescripteurs (fédérations professionnelles, CCI, CMA, etc.) ;
  • soignez votre visibilité web (site Internet, page LinkedIn, etc.) ;
  • participez à des événements professionnels (colloques, salons, etc.).

 

Le régime de l’auto-entreprise pour le consultant

Pour le consultant indépendant, le statut d’auto-entrepreneur se montre relativement souple. Malgré tout, un certain nombre de règles sont à suivre.

  • Déclarez votre début d’activité : le consultant doit obligatoirement créer son auto-entreprise en ligne avant de débuter son activité. Cette démarche peut notamment être réalisée sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF et demande de choisir la périodicité de déclaration du chiffre d’affaires (mensuelle ou trimestrielle).
  • Déclarez votre chiffre d’affaires : vous devez déclarer vos revenus tous les mois ou tous les 3 mois sur l’URSSAF, y compris si vous n’avez rien gagné sur la période (déclarez « 0 € » dans ce cas). Le chiffre d’affaires déclaré correspond à vos encaissements sur la période et non aux sommes facturées ou à votre seul bénéfice. Son métier étant de nature libérale, le consultant auto-entrepreneur ne doit d’ailleurs pas avoir un chiffre d’affaires supérieur à 72 500 € par an.
  • Payez vos charges : dans le mois qui suit l’échéance de déclaration de vos revenus, vous devez vous acquitter de vos cotisations sociales. Elles représentent 22 % de votre chiffre d’affaires. Si l’auto-entrepreneur bénéficie de l’ACRE, ce taux est diminué de moitié durant sa première année d’exercice.
  • Suivez votre comptabilité : à la création de votre activité de consulting indépendant, il est conseillé d’ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité. Cette démarche étant obligatoire dès que votre chiffre d’affaires dépasse 10 000 € pendant 2 années de suite, autant prendre de l’avance. N’oubliez pas non plus que vous devez consigner tous vos encaissements au sein d’un livre de recettes.

 

Nos conseils pour faire du consulting en auto-entreprise

L’activité de consultant indépendant est considérée comme un marché de niche et doit, en outre, faire face à la concurrence des cabinets. Raison pour laquelle plusieurs bonnes pratiques sont à adopter pour mettre toutes les chances de votre côté :

  • développez une expertise spécifique afin de vous démarquer, notamment en suivant des formations et/ou en ayant plusieurs spécialisations complémentaires (le digital et la finance par exemple) ;
  • revendiquez votre expertise en publiant du contenu consacré à votre cœur de métier, et ce, via un blog personnel ou des revues professionnelles ;
  • élargissez votre offre commerciale en proposant, par exemple, de la formation ou du coaching ;
  • réalisez une veille quotidienne afin de suivre les évolutions de votre secteur et d’apporter une valeur ajoutée à vos clients (réglementation, tendances, nouveaux outils, etc.) ;
  • rapprochez-vous d’autres consultants ayant une expertise complémentaire à la vôtre afin d’intervenir au sein des entreprises en « team » et, ainsi, proposer une offre plus complète.

 

Le consultant auto-entrepreneur en bref

Vous souhaitez créer une auto-entreprise de conseil ? Voici toutes les informations essentielles à connaître avant de vous lancer :

  • certaines spécialités de consulting sont réglementées et exigent un diplôme spécifique ;
  • le niveau de formation conseillé est à minima un Master 2 ;
  • votre activité dépend de l’URSSAF ;
  • votre code APE est 70.22Z – Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion ;
  • votre chiffre d’affaires annuel est plafonné à 72 500 € ;
  • vos charges sociales représentent 22 % de votre chiffre d’affaires (11 % avec l’ACRE) ;
  • vos revenus sont imposés au titre des Bénéfices non commerciaux (BNC) ;
  • votre tarif varie entre 500 et 1 500 € par jour en moyenne selon votre niveau d’expertise.

 

Avec Espace Auto-Entrepreneur, vous disposez d’un partenaire à vos côtés pour la gestion de votre auto-entreprise de consulting. Formulaire d’adhésion simplifié, éditeur de factures et de devis, logiciel de comptabilité en ligne, outil de relance des impayés, conseils personnalisés… autant de services qui vous permettent de vous concentrer sur votre cœur de métier : le conseil.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h