Le poissonnier auto-entrepreneur

Le poissonnier auto-entrepreneur


Le poissonnier est un spécialiste des produits de la pêche : crustacés, coquillages et poissons n'ont absolument aucun secret pour lui. De la chaire goutue de la raie, au caractère salé de l’huître en passant par le petit goût de la crevette, le poissonnier sait apprécier toutes les nuances des produits qu’il commercialise et peut conseiller efficacement ses clients selon leurs envies et leurs besoins.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le poissonnier occupe plusieurs fonctions, allant au-delà de la simple vente de poissons. En effet, le poissonnier doit s’approvisionner auprès de ses fournisseurs mais aussi préparer, transformer et présenter sa marchandise sur son étalage de façon alléchante. 

Si ce métier vous parle et que vous souhaitez l’exercer à votre compte, cela est tout à fait possible avec le statut d’auto-entrepreneur. Il ne vous reste plus qu’à consulter cet article pour découvrir tous les pré-requis nécessaires pour exercer cette profession ainsi que toutes les démarches pour lancer votre micro-entreprise de poissonnier. 

Le rôle du poissonnier indépendant

La profession de poissonnier est loin d’être de tout repos, son activité est même continue.

Tout d’abord, il doit se lever très tôt (aux alentours de 5h) pour réaliser ses achats. Le poissonnier est un bon acheteur : il connaît la saisonnalité de ses ventes, l’attrait de ses clients pour les produits et les quantités écoulées. De cette façon, il n'achètera pas une quantité trop importante au risque de ne pas la vendre. Il sait également déterminer la qualité d’un produit et négocier avec ses producteurs et grossistes.

Équipé de ses bottes, d’un tablier et d’un couteau, le poissonnier doit ensuite préparer et transformer le poisson acheté en réalisant l'étêtage, l'écaillage, l'éviscération, le tranchage, le filetage et enfin l’étalage du poisson. Il peut aussi exercer une activité de fabrication de plats préparés ou de produits transformés à base de poisson ou de fruits de mer, tels que des soupes ou des terrines, par exemple.

Le profil et les compétences du poissonnier auto-entrepreneur

La qualité première d’un poissonnier est évidemment une connaissance parfaite des produits de la mer. Doté d'un goût accru et d’un palais délicat, il doit connaître les différents poissons et crustacés et expliquer clairement les subtilités et leurs différences en termes de goût.

Le poissonnier doit également avoir une bonne condition physique. Ses conditions d'exercice n’étant pas toujours simples, il doit en outre faire preuve de résilience en ayant un mental d’acier : entre le travail à l'aube, le froid, l'humidité et le port de charges, il doit tout autant présenter une excellente condition physique et même une certaine force. Une résistance au froid est un plus non négligeable.

Afin d’éviter tous risques d’amendes ou de fermeture, le poissonnier indépendant doit avoir une parfaite connaissance des règles d'hygiène et des normes applicables à son commerce.

Enfin, le poissonnier est aussi un commerçant de proximité au contact des clients. Il doit alors nécessairement être doté d'un réel sens de l'écoute et faire preuve d’amabilité en toutes circonstances : conseiller les clients, les fidéliser et leur proposer des promotions doit faire partie de son quotidien s’il veut développer son activité.

Par ailleurs, des compétences basiques en comptabilité et en gestion lui permettront d'exercer à son compte en tant qu’auto-entrepreneur. 

Les conditions pour devenir poissonnier

La profession de poissonnier est une activité réglementée. Il existe ainsi certaines conditions à respecter pour pouvoir l’exercer.

La formation pour devenir poissonnier indépendant

L’exercice de cette activité nécessite de justifier de 3 ans d’expérience dans le secteur de la poissonnerie ou être titulaire d’un diplôme correspondant, en voici quelques exemples :

  • CAP poissonnier ;
  • Bac pro poissonnier-écailleur-traiteur.;
  • CQP (Certification de Qualification Professionnelle) Poissonnier ;
  • CQP Gestionnaire d'entreprise du commerce du poisson et de la conchyliculture.
 Bon à savoir : Il n’est plus obligatoire de faire le stage de préparation à l’installation (SPI) depuis 2019, cependant, il est recommandé de le suivre pour connaître les bases de la création et la gestion d’une entreprise.

La réglementation pour devenir poissonnier à son compte 

Le métier de poissonnier implique de préparer et de vendre du poisson ; c'est-à-dire, des denrées d’origine animale. De ce fait, le poissonnier doit respecter un grand nombre de normes sanitaires afin d’assurer la qualité de ses produits et la sécurité alimentaire de ses clients. Ainsi, le poissonnier doit maîtriser :

  • Les méthodes de congélation et de décongélation ;
  • La température de conservation des poissons et des autres produits de la mer ;
  • Les pratiques d’hygiène à respecter, que le poissonnier décide d’exercer en magasin, dans un marché ou en tant que poissonnier ambulant.

Par ailleurs, si le poissonnier exerce dans un magasin, il doit respecter toutes les normes qui sont relatives à ce dernier ; tant sur le plan technique (ventilation, climatisation, etc) que sur le plan de l'accessibilité, de l’affichage et du matériel utilisé.

 Bon à savoir : si vous souhaitez vendre vos produits dans différents endroits, vous pouvez devenir poissonnier ambulant. Pour ce faire, vous devrez obtenir une carte de commerçant ambulant. Attention toutefois à bien vérifier la réglementation liée à la vente de poisson dans un camion.

Les démarches pour créer une auto-entreprise de poissonnier

Le statut d’auto-entrepreneur permet d’exercer les professions artisanales, commerciales et libérales. De ce fait, le métier de poissonnier est tout à fait compatible avec ce régime. Si vous avez toujours aimé les produits de la mer et souhaitez exercer en tant que poissonnier indépendant, c’est le statut idéal pour vous : celui-ci offre de nombreux avantages fiscaux et administratifs.

La profession de poissonnier est de nature artisanale. Si celle-ci emploie 10 salariés ou plus, elle est alors de nature commerciale. Toutefois, cela reste assez peu probable avec le statut auto-entrepreneur. De ce fait, nous nous intéresserons dans cette section à la nature artisanale du métier. 

Ainsi, le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent pour les métiers artisanaux est la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA)

Ainsi, à condition de respecter les lois et conditions qui encadrent à la fois la profession de poissonnier et le régime de la micro-entreprise, vous pouvez parfaitement exercer cette activité à votre compte en tant qu’indépendant. 

Les étapes pour créer sa micro-entreprise de poissonnier

Déclarer son activité en ligne 

La première étape pour devenir auto-entrepreneur consiste à compléter un formulaire en ligne. Il s’agit du formulaire P0 PL. Grâce à celui-ci, vous serez en mesure de déclarer votre activité de poissonnier auprès de l’URSSAF et ainsi obtenir un numéro SIRET qui vous permettra d’exercer cette activité à votre compte légalement. 

Le formulaire consiste à renseigner un certain nombre d’informations concernant votre activité, votre situation et vos informations personnelles. Après avoir validé le formulaire, vous recevrez les documents administratifs concernant votre activité (SIRET, attestation URSSAF, etc) 15 à 30 jours après. 

Faites vous accompagner par des professionnels avec Espace Auto-Entrepreneur et créez votre auto-entreprise en 5 minutes :

  • Inscription de votre auto-entreprise au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent ;
  • Gestion de vos documents administratifs ;
  • Vérification des aides dont vous pouvez bénéficier selon vos situation et inscription à l’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise). 

Ouvrir un compte bancaire professionnel 

Il n’est pas obligatoire pour les auto-entrepreneurs d’ouvrir un compte bancaire dédié à leur activité si le chiffre d’affaires qu’ils réalisent n'excède pas le seuil de 10.000€ pendant deux années consécutives. 

Cependant, en tant que poissonnier, vous serez amenés à réaliser un chiffre d’affaires relativement haut, qui excédera très probablement ce seuil. Donc si vous comptez devenir poissonnier indépendant à titre principal, nous vous recommandons fortement d’ouvrir un compte dédié à votre activité dès sa déclaration en ligne. 

Assurer son activité 

Puisque l’activité de poissonnier implique d’exploiter des denrées alimentaires, plusieurs obligations lui sont appliquées par les réglementations européennes et françaises. Le but étant d’assurer la sécurité des denrées à toutes leurs étapes d’exploitation.

Vous devez ainsi, a minima, souscrire à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RCPro). Si par malheur il vous arrivait de causer des dommages à vos clients (intoxication alimentaire, accident, chute, etc), celle-ci permet de couvrir vos éventuels frais de justice. 

 À noter : pour la pérennité de votre auto-entreprise, il est important d’assurer votre activité dans sa globalité, notamment en ce qui concerne le matériel et les locaux pour ouvrir une poissonnerie qui constituent un investissement important. Consultez notre article sur les assurances pour auto-entrepreneurs pour en savoir plus.  

La gestion de l’auto-entreprise de poissonnier

En tant que poissonnier auto-entrepreneur, vous devez respecter un certain nombre de règles propres au régime de la micro-entreprise :

  • La déclaration du chiffre d’affaires : le régime impose de déclarer votre chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trimestres, selon vos préférences. La déclaration se fait sur le site AutoEntrepreneur de l’URSSAF ou sur l’application mobile “ AutoEntrepreneur URSSAF “ téléchargeable sur Android et iOS. 
    Attention : en tant que poissonnier auto-entrepreneur, le chiffre d’affaires maximal que vous pouvez réaliser est de 176.200€ (2022). Au-delà vous perdez tous les avantages liés au statut.
  • Le paiement des cotisations sociales : chaque trimestre, le statut vous imposera de vous acquitter des cotisations sociales. En tant que poissonnier celles-ci s’élèvent à 12,8% du montant de votre chiffre d’affaires.
  • Le suivi de la comptabilité : le régime de la micro-entreprise jouit d’une comptabilité simplifiée : il n’exige que la tenue d’un livre des recettes. Il s’agit d'un document recensant l’ensemble des encaissements que vous recevez de la part de vos clients.
    Pour en savoir plus sur ce document, nous vous invitons à consulter notre article sur le suivi de comptabilité des auto-entrepreneurs
 Bon à savoir : le régime de l’auto-entreprise permet de s’acquitter de l’impôt sur le revenu en même temps que les cotisations sociales. Pour ce faire, vous devez opter pour le versement libératoire de l'impôt lors de la déclaration de votre auto-entreprise. Puisque les poissonniers perçoivent des Bénéfices Commerciaux et Industriels (BIC), leur taux du versement libératoire de l'impôt s’élève alors à 1% de leur chiffre d’affaires.

Le poissonnier auto-entrepreneur en bref

  • Votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE): la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) 
  • Votre code APE : “ 47.23Z : Commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques en magasin spécialisé ” ; 
  • Votre chiffre d’affaires est plafonné à 176.200€ par an ;
  • Vos montants des cotisations sociales : 12,8% du chiffre d'affaires.

Pour vos démarches de création d’auto-entreprise de poissonnier, Espace Auto-Entrepreneur vous accompagne : créez votre auto-entreprise en 5 minutes !

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

01 86 76 72 72

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Prix d'un appel local