Bien communiquer (I)

30/01/2018   Informations utiles  

 

Pour réussir, un des atouts est de bien savoir communiquer. Il ne s’agit pas d’être partout, à tout moment, d’écrire tout le temps sur je ne sais quel sujet, histoire de faire parler de soi. Il faut être au bon moment, au bon endroit.

1.     Observer

Pour commencer, il faut observer. Si nous avons deux yeux, deux oreilles et une bouche, c’est pour regarder et écouter deux fois plus que parler… Il faut découvrir où se trouvent vos clients potentiels. Par exemple, en tant qu’écrivain public et travaillant en campagne, je sais que la plupart de mes clients sont sur internet. Cela ne veut pas dire que j’ignorerai mon environnement géographique, mais je sais que mon potentiel est plus important sur la toile que dans les prés. Il est clair que si j’avais été en ville, cela aurait pu être différent, mais il ne s’agit pas de refaire le monde…

2.     Adopter la bonne stratégie

Si vous êtes en ville avec une clientèle correspondante, une solution peut être, suivant votre profession, d’ouvrir un cabinet et faire une campagne de publicité. À vous d’évaluer le coût financier et les retombées que cela peut avoir.

Pour ma part, j’ai commencé par bâtir un site avec l’aide d’un ami. Puis j’ai fait une campagne publicitaire par le biais d’article dans la presse locale, interview sur les radios locales… Dans le même temps, j’ai référencé mon site sur Google avec le système publicitaire « Adwords » qui est un système d’enchère : le plus payant est le mieux référencé. J’avais calculé qu’en consacrant 3€/ jour, je serais en première page des moteurs de recherche. Je me suis mis aussi sur tous les réseaux sociaux (Facebook, Viadeo, Twitter…) et, depuis, quelques temps, je suis sur tous les sites de mission freelance pour rédacteur, traducteur. Enfin, j’ai fait des campagnes de mailing auprès d’une cible potentielle : éditeurs, grandes écoles, journaux…

Ceci n’est qu’un exemple mais qui montre l’importance de savoir communiquer.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes