Categories
Les actualités du statut

Est-il toujours intéressant d'être auto-entrepreneur en 2024 ?

Publié le 11/06/2024
Est-il toujours intéressant d'être auto-entrepreneur en 2024 ?

Le statut d’auto-entrepreneur, depuis sa création en 2009, a séduit des milliers de français par sa simplicité et sa flexibilité. En 2023 2,7 millions d’auto-entrepreneurs étaient administrativements actifs, un chiffre qui ne cesse de progresser année après année. Cependant, face aux récentes réformes et augmentations des cotisations sociales prévues en 2024, la question se pose : est-il toujours intéressant d'être auto-entrepreneur aujourd'hui ? 

Les avantages historiques de l’auto-entrepreneuriat

Le statut d'auto-entrepreneur, qui fête ses 15 ans cette année a été initialement conçu pour faciliter la création d'entreprise. Parmi ses principaux avantages, on retrouve : 

  • keyboard_double_arrow_right

    Simplicité administrative : La création et la gestion de l'activité sont simplifiées. Un formulaire en ligne suffit pour se lancer, et les obligations comptables sont réduites au minimum.

  • keyboard_double_arrow_right

    Charges sociales réduites : Les cotisations sociales sont calculées sur le chiffre d'affaires, avec des taux généralement inférieurs à ceux des autres régimes.

  • keyboard_double_arrow_right

    Cadre fiscal avantageux : Les auto-entrepreneurs bénéficient d’ avantages fiscaux uniques : exonération de TVA jusqu’à un certain seuil de chiffre d’affaires, abattement fiscal sur les revenus déclarés aux impôts, l’ ACRE (Aide à la création et à la reprise d’entreprise) qui permet de réduire les cotisations sociales de moitié la première année, et bien d’autres. 

Augmentation des cotisations sociales en 2024 : Un tour de vis ?

Dès juillet 2024, une augmentation des cotisations sociales pour les auto-entrepreneurs libéraux est prévue. Pour les professions libérales affiliées au régime général, les cotisations sociales passeront progressivement de 21,10 % à 26,10 % d'ici janvier 2026. Les affiliés à la CIPAV verront leurs cotisations passer de 21,20 % à 23,20 %.

Cette hausse, destinée à financer la retraite complémentaire, suscite des inquiétudes dans un contexte économique marqué par l’inflation. Les auto-entrepreneurs devront absorber cette augmentation tout en maintenant leur compétitivité. Cependant, il est essentiel de relativiser. Cette augmentation vise à améliorer la protection sociale des auto-entrepreneurs libéraux, notamment en matière de retraite complémentaire, un point souvent négligé jusqu’à présent. 

Une couverture sociale renforcée depuis 2018

Autrefois critiquée pour ses insuffisances en matière de droits sociaux, la couverture sociale des micro-entrepreneurs a connu des améliorations constantes au fil des années.

Depuis 2018, le passage du RSI (Régime Social des Indépendants) au régime général de la Sécurité sociale a permis une meilleure prise en charge des auto-entrepreneurs. Ces derniers ont vu leurs droits alignés sur celles des salariés, notamment en ce qui concerne le congé maternité-paternité, la retraite de base, ainsi que les indemnités journalières en cas de maladie. 

L’année 2020 a également marqué une autre avancée significative avec l’introduction de l’ Allocation des Travailleurs Indépendants (ATI), permettant aux auto-entrepreneurs de bénéficier d’une indemnisation en cas de cessation involontaire d’activité, sous certaines conditions. Bien que son montant soit plafonné, cette aide offre un filet de sécurité souvent absent pour les travailleurs indépendants.

En 2024, une nouvelle réforme prévoit une hausse des cotisations sociales, en particulier pour les auto-entrepreneurs libéraux, afin de financer la retraite complémentaire. Cette augmentation, bien que perçue comme une charge additionnelle, vise à assurer une meilleure protection sociale sur le long terme. Ainsi, les auto-entrepreneurs continuent de bénéficier d’une couverture sociale de plus en plus solide, malgré les défis économiques actuels.

Lire aussi : Couverture sociale de l'auto-entrepreneur : quels sont vos droits ? 

Les faiblesses du régime de la micro-entreprise 

Le régime de la micro-entreprise présente également certaines faiblesses. Voici les principaux inconvénients du statut : 

  • keyboard_double_arrow_right

    Une couverture sociale limitée : La couverture santé des auto-entrepreneurs, bien qu’elle soit désormais intégrée au régime général, reste limitée. En effet, ceux-ci doivent justifier d’une durée d’affiliation et d’un chiffre d’affaires minimum pour valider leurs trimestres de retraite, bénéficier d’un congé parental ou encore d’indemnités journalières en cas de maladie. 

  • keyboard_double_arrow_right

    Un droit au chômage restrictif : Une des grandes faiblesses du régime est l’absence de cotisation pour le chômage. L'Allocation des Travailleurs Indépendants (ATI) mis en place en 2020 constitue une alternative à l’ARE (aide au retour à l’emploi) dont bénéficient les salariés. Cependant, celle ci est soumise à conditions et les montants restent relativement modestes (jusqu’à 800 € d’indemnisation par mois pendant 182 jours maximum).

  • keyboard_double_arrow_right

    Plafonds et seuils de chiffre d'affaires : Les auto-entrepreneurs sont soumis à des plafonds de chiffre d'affaires au-delà desquels ils doivent changer de statut juridique, limitant ainsi leur potentiel de croissance. De même, les seuils pour bénéficier de la franchise en base de TVA sont relativement bas.

Devenir auto-entrepreneur : est-ce toujours avantageux ?

Malgré les changements précédemment évoqués, l’auto-entrepreneuriat reste attractif pour plusieurs raisons :

  • keyboard_double_arrow_right

    Le statut d’auto-entrepreneur est ouvert à tous : Il reste une porte d'entrée facile pour ceux qui souhaitent se lancer dans l'entrepreneuriat sans les lourdeurs administratives des autres formes juridiques. Il permet de tester une activité sans prendre de risques financiers majeurs.

  • keyboard_double_arrow_right

    Le statut est flexible et cumulable : la possibilité de cumuler plusieurs statuts et activités, ou encore de bénéficier d’aides sociales pour les auto-entrepreneurs moins aisés, offre une grande flexibilité. Il est par exemple possible de lancer sa micro-entreprise en parallèle d’un emploi salarié. Ainsi, chaque auto-entrepreneur peut ajuster son activité en fonction de ses besoins et de sa situation personnelle. 

  • keyboard_double_arrow_right

    Les cotisations sociales restent peu élevées : en comparaison avec d’autres statuts juridiques, la micro-entreprise reste celui qui offre les charges sociales les plus allégées.

En conclusion, malgré la récente hausse des cotisations sociales, la micro-entreprise reste un statut avantageux pour se lancer à son compte en 2024. Grâce à ses charges réduites, sa comptabilité simplifiée et une couverture sociale plus renforcée que jamais, la micro-entreprise est tout à fait adaptée à la construction d'une carrière viable ou au  développement d'une activité complémentaire.

star star star star star
Conseillère aux petits soins, toujours disponible

le 12/07/2023

star star star star star
tres reactive et tres professionnel. je recommande

le 07/02/2024

star star star star star
Excellente prestation , j ai eu les réponses à mes questions dans l'heure et les conseils étaient très pertinents et ont permis de me lancer dans mon projet

le 12/07/2023

star star star star star
Très satisfaite de l accueil de la prestation de ce site le tout en quelques heures super

le 03/01/2024

star star star star star
Bonjour, Service très bien, tout s'est bien déroulé. Cordialement

le 17/01/2024

chevron_right Espace Auto-Entrepreneur

/

Blog

/

Est-il toujours intéressant d'être auto-entrepreneur en 2024 ?