Palefrenier

27/03/2018   Fiches métiers  

Peut-on être palefrenier et micro-entrepreneur ? Avant de monter sur vos grands chevaux, lisez plutôt l’article…

Oui, c’est possible mais sous certaines conditions.

1.     Conditions nécessaires

La première est qu’il doit travailler pour plusieurs éleveurs. Il ne peut pas être au service d’un seul.

Ensuite, il ne doit y avoir aucun lien de subordination entre lui et un de ses clients : il est son propre patron. De ce fait, c’est lui qui aménage ses horaires et s’organise en toute indépendance.

Enfin il reçoit une rémunération de la part de  chacun des éleveurs pour qui il travaille.

2.     Modalités

Le palefrenier exerce, par nature, une activité libérale. De ce fait, il dépend de l’URSSAF et c’est à son CFE qu’il doit faire sa déclaration.

Comme dans beaucoup d’activités relevant de la micro-entreprise, aucun diplôme n’est exigé. Néanmoins, pour être crédible, mieux vaut posséder une formation adéquate. En ce qui concerne le palefrenier, il s’agit d’une formation CAPA soigneur d’équidés. Elle peut être complétée par un Bac Pro élevage qui permettra d’envisager une orientation postérieure vers d’autres métiers comme ceux d’éleveur ou gérant d’écurie. De même, il est conseillé de posséder un permis remorque et un permis poids lourd pour pouvoir transporter des chevaux.

Pour le reste, les obligations d’un palefrenier sous ce régime sont les mêmes que pour tout autre micro-entrepreneur. Le seuil annuel de chiffre d’affaires à ne pas dépasser est de  70 000 €. Toutes les prestations sont réalisées hors taxe. Aucune TVA n’est applicable sous le régime de la micro-entreprise.

Donc après cela… tous en selle !

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes