Se connecter
Devenir courtier auto-entrepreneur

Devenir courtier auto-entrepreneur


La majorité des courtiers sont indépendants en France. Qu’ils exercent dans le domaine bancaire, des assurances ou des travaux, ils activent leurs réseaux pour décrocher des tarifs ou des financements préférentiels à leurs clients. Statut, formation, obligations légales, rémunération : on voit dit tout sur le métier de courtier auto-entrepreneur dans ce petit guide pratique.

Le métier de courtier

Focus sur les missions du courtier

Le courtier agit en tant qu’intermédiaire entre un client et un établissement bancaire, une assurance ou encore un entreprise de travaux. Sa principale mission est de comprendre les besoins de son client, de le conseiller et de négocier pour lui les meilleurs tarifs de prestations possibles. On fait souvent appel à un courtier par exemple lorsqu'il s’agit d’emprunter pour l’achat d’un bien immobilier. Le courtier se rapproche alors de plusieurs banques, négocient les taux d’emprunts du crédit immobilier en fonction du dossier de son client et sélectionne la meilleure offre disponible sur le marché. Mais on peut également faire solliciter les conseils d’un courtier lors de la souscription d’une assurance vie, d’une assurance auto, santé ou encore d’une assurance habitation. Il est rémunéré à l’acte, souvent par l’établissement partenaire.

Le courtier peut exercer en tant que salarié, à son compte ou parfois au sein d’une franchise.

Courtier : le profil idéal

Le courtier possède, en premier lieu, une grande expertise dans son domaine. Avant d’être à son compte, il a souvent travaillé de nombreuses années dans son domaine en tant que salarié, par exemple en tant que conseiller financier d’une banque. Il a des connaissances approfondies en finance et en droit qui l’aide à se positionner sur les offres de contrat qu’il reçoit.

En plus d’être méthodique, organisé et fin négociateur, il doit avoir les qualités relationnelles requises pour fidéliser et créer un climat de confiance avec ses clients. Réactif, adaptable et commercial, il sait convaincre grâce à ses connaissances des produits et des solutions disponibles sur le marché.

Les formations pour devenir courtier

On distingue plusieurs type de courtiers :

  • les intermédiaires en assurance,
  • les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement,
  • les intermédiaires en investissements financiers,
  • les conseillers en investissements participatifs.

Les parcours de formation diffèrent selon le métier que vous souhaitez exercer.

Le courtier en assurance par exemple doit obtenir une capacité professionnelle de niveau I - IAS, Intermédiaires en assurances alors que le courtage immobilier s’apprend plutôt dans une école comme l’IFIB ou l’ENFI. En règle générale, les formations de courtiers sont accessibles à partir du niveau Bac+2 et exigent une expérience professionnelle suffisante dans le domaine visé. Elles proposent à minima une formation professionnelle de 150 heures assurée par un organisme agrée par le Ministère de l’Economie.

Quelles sont les obligations du courtier ?

Les obligations à respecter

Les courtiers doivent obligatoirement s’inscrire à l’ORIAS, l’Organisme pour le registre des intermédiaires en assurance. Cette inscription est payante (25€) et doit être réitérée chaque année lors de l’exercice de cette profession. Le numéro d’ORIAS doit apparaître sur tous les documents fournis par le courtier (factures, devis, contrats mais aussi site internet).

Voici les pièces à fournir pour le dossier ORIAS :

  • un extrait de Kbis,
  • votre attestation d’assurance responsabilité civile,
  • votre justification de garantie financière,
  • votre photocopie de capacité professionnelle,
  • un extrait de casier judiciaire.

Les assurances obligatoires du courtier

Un courtier indépendant doit obligatoirement souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle et à une couverture d’au moins 1,5 millions d’euros par sinistre et 2 millions d’euros par an. Si le courtier encaisse des fonds pour le compte d’établissements bancaires ou d’assurance, il devra contracter une garantie financière.

Le statut juridique du courtier indépendant

Si vous choisissez de devenir courtier indépendant, le statut d’auto-entrepreneur vous est ouvert. Il se prête assez bien au démarrage d’une activité de courtier indépendant puisque vous ne payez de charges que sur votre chiffres d’affaires et pouvez avoir le droit à des taux d’imposition préférentiels. Cela est particulièrement vrai si vous ne prévoyez pas de dépasser le chiffre d’affaires annuel de 72 500 €. Au-delà, un statut de SASU ou d’EURL sera plus adapté.

Espace Auto Entrepreneur accompagne des milliers de professionnels chaque année dans la création et la gestion de leur auto-entreprise. Si vous avez besoin d’aide, inscrivez-vous sur notre plateforme pour bénéficier de conseils avisés et d’outils dédiés aux auto-entreprises et micro-entreprises. Tenue de compte, gestion de la TVA, édition de vos premiers devis et factures, tout est présenté de façon claire et détaillée.

Le courtier auto-entrepreneur en résumé

Vous désirez être courtier et le statut d’auto-entrepreneur vous séduit ? Voici toutes les informations à retenir pour vous lancer :

  • une fois diplômé, vous avez exercé plusieurs années dans le domaine de l’assurance, de la banque ou de l’immobilier. Votre expertise est avancée ;
  • inscrivez-vous dans une école de courtier pour obtenir votre certificat de capacité professionnelle ;
  • enregistrez-vous à l’ORIAS ;
  • souscrivez à une assurance responsabilité civile professionnelle et prenez une garantie financière à hauteur des exigences légales (avec un minimum de 115 000€) ;
  • déclarez votre auto-entreprise;
  • votre casier judiciaire doit être vierge sur les 10 dernières années ;
  • vous dépendez directement de l’URSSAF ;
  • votre code APE est 6622Z - Activités des agents et courtiers d’assurances ;
  • votre chiffre d’affaires est au maximum de 72 500 par an ;
  • votre taux d’imposition est fixé à 22 % de votre CA ;
  • vos revenus sont des Bénéfices non commerciaux ;
  • votre rémunération moyenne est de 70 000€ brut par an.

Besoin d’aide dans vos démarches ? Espace Auto Entrepreneur met à votre disposition de nombreux outils spécifiquement conçus pour gérer facilement votre micro-entreprise.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel