Se connecter
La styliste ongulaire auto-entrepreneur

La styliste ongulaire auto-entrepreneur


Le statut d’auto-entrepreneur vous permet de devenir prothésiste ongulaire indépendante, un métier consistant à embellir les pieds et les mains de vos clientes. Bien que les formalités de création de votre auto-entreprise de stylisme ongulaire soient limitées, vous êtes soumise à un cadre particulier. Formation obligatoire, interdiction de réaliser des manucures, demande de carte d’artisan ambulant, plafond de chiffre d’affaires… découvrez tout ce qu’il faut savoir pour devenir styliste ongulaire auto-entrepreneur.

 

Le métier de prothésiste ongulaire indépendante

Les missions d’une styliste ongulaire

Plus couramment exercé par des femmes, le métier de prothésiste ongulaire - ou styliste ongulaire - consiste à embellir les mains et les pieds de ses clients. Pour mener à bien cette mission de nature esthétique, la styliste ongulaire va tenir compte des particularités de chaque cliente (morphologie des mains, nature de l'ongle, allergies, traitements médicaux, etc.). Elle pourra alors employer diverses techniques selon les besoins de la personne.

  • L'extension : la prothésiste ongulaire indépendante peut tout d’abord allonger un ongle rongé ou trop court, notamment en posant un faux-ongle en plastique appelé « capsule ». Elle peut également poser un « chablon » (papier ou plastique autocollant) sous l'ongle naturel afin de s'en servir comme support pour du modelage.
  • Le modelage : consistant à renforcer l'ongle, cette technique nécessite la pose d'une résine qui va durcir à l'air libre. Depuis quelques années, le modelage peut aussi être réalisé avec du gel qu'il est nécessaire de sécher à l'aide d'une lampe UV.
  • Le remplissage : au bout de quelques semaines, l'ongle va avoir repoussé, créant un espace vide à sa base. Le remplissage consiste à combler ce vide entre l'ongle naturel et l'ongle renforcé. Pour cela, la styliste ongulaire auto-entrepreneur va repasser une couche de gel ou de résine sur la zone concernée et limer le faux-ongle.
  • Les réparations : face à un ongle naturel absent ou abîmé, la prothésiste ongulaire va tâcher de le réparer en réalisant une extension et/ou un modelage.
  • La dépose : elle peut également retirer les faux-ongles, notamment en limant le gel ou en faisant fondre la résine dans un liquide prévu à cet effet.
  • La décoration : les clientes demandent également souvent des décorations sur leurs ongles, comme des strass, des dessins ou encore des jeux de couleurs. Mais il peut aussi s’agir d’une french manucure, à savoir l’application d’un trait de vernis opaque, généralement de couleur blanche, au bord de l'ongle afin de donner l'impression qu'il est plus long.

 

Le lieu d’exercice de la styliste ongulaire

En tant que prothésiste ongulaire indépendante, vous pouvez tout à fait exercer au sein de votre propre salon. Toutefois, le régime de l'auto-entreprise est peu adapté à la création d'un institut ongulaire, principalement en raison du coût de fonctionnement d'un local (loyer, aménagement, décoration, etc.). Pourquoi ? Tout simplement car avec le statut d'auto-entrepreneur, la styliste ongulaire ne peut pas déduire ses charges de son résultat et, en outre, dispose d'un chiffre d'affaires limité.

Ainsi, la prothésiste ongulaire en auto-entreprise va principalement exercer son activité de manière itinérante. Elle pourra proposer ses prestations :

  • au domicile de ses clientes ;
  • à son propre domicile ;
  • lors de missions ponctuelles dans des centres de beauté (institut, salon de coiffure, centre de remise en forme, bar à ongles, etc.) ;
  • à l'occasion d'un événement (salon, foire, etc.).

 

Esthéticienne et prothésiste ongulaire : quelles différences ?

Tout comme l’esthéticienne en auto-entreprise, la styliste ongulaire indépendante intervient sur les ongles de ses clientes. Il existe toutefois une différence majeure : la prothésiste ongulaire n’est pas autorisée à réaliser des manucures, sauf si elle dispose des qualifications professionnelles requises. Contrairement à l'esthéticienne, elle n'a pas non plus le droit d’effectuer des gommages, ni des modelages des mains ou des pieds. Dans la pratique, cette réglementation est cependant difficilement applicable.

 

Le profil de la prothésiste ongulaire auto-entrepreneur

Les qualités d’une styliste ongulaire indépendante

Si le métier de prothésiste ongulaire auto-entrepreneur nécessite avant tout des compétences techniques, il demande également un certain nombre de qualités humaines bien spécifiques.

  • La rigueur : la styliste ongulaire doit avant tout se renseigner sur les particularités de ses clientes, dans la mesure elle ne peut pas exercer son activité sur certaines personnes. De plus, elle doit être très appliquée dans son travail afin d'éviter la fragilisation de l'ongle, voire même une infection.
  • La créativité : le stylisme ongulaire nécessite le plus souvent la réalisation de décorations variées (motif, couleur, strass, etc.). Il est donc indispensable d’être créatif afin de proposer des embellissements variés et qui répondent aux envies des clientes.
  • Un bon relationnel : au même titre que la coiffeuse en auto-entreprise, une partie du métier de la prothésiste ongulaire consiste bien souvent à discuter avec les clientes. Il est donc nécessaire d'avoir un excellent relationnel et de la conversation, notamment car cela facilitera la fidélisation de la clientèle.
  • La disponibilité : en tant que prothésiste ongulaire indépendante, vous êtes amenée à vous plier au planning de vos clientes, notamment si vous vous déplacez à domicile. Par conséquent, vous devez vous rendre disponible et éventuellement travailler le soir et le week-end.

 

La formation pour devenir prothésiste ongulaire

D’un point de vue réglementaire, aucune formation n’est nécessaire pour être prothésiste ongulaire auto-entrepreneur. Dans la pratique, il est cependant conseillé d’obtenir un diplôme ou un titre afin d’acquérir les bases du métier. Pour cela, le plus courant est de suivre une certification de prothésiste ongulaire enregistrée au niveau V au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles). D'une durée comprise entre 6 mois et 3 ans, un tel titre est la garantie d’un cursus reconnu et professionnalisant. Il existe également des formations plus courtes (de 2 jours à 4 semaines), adaptées principalement si vous disposez déjà d’un minimum d’expérience.

Mais vous avez une autre solution pour devenir styliste ongulaire indépendante : obtenir les qualifications professionnelles d’une esthéticienne, notamment pour pouvoir également proposer de la manucure. Cette profession étant réglementée, son exercice nécessite :

  • l'obtention du CAP Esthétique-cosmétique-parfumerie ;
  • l'obtention d'un diplôme au moins équivalent au CAP (Brevet Professionnel esthétique-cosmétique-parfumerie, BTS Métiers de l'esthétique-cosmétique-parfumerie, etc.) ;
  • ou la justification d'au moins 3 ans d'expérience en tant qu'esthéticienne (si vous étiez salariée au sein d'un salon par exemple).

 

Les formalités pour être prothésiste ongulaire en auto-entreprise

Les règles d’hygiène ongulaire

Le stylisme ongulaire pouvant occasionner des infections, l'auto-entrepreneuse doit obligatoirement respecter un certain nombre de règles en matière d'hygiène. À ce titre, vous devez notamment :

  • désinfecter vos instruments entre chaque cliente (pinceau, repousse-cuticule, etc.) ;
  • utiliser de préférence une lime individuelle pour chaque personne ;
  • vous laver régulièrement les mains ;
  • nettoyer et stériliser les surfaces et les équipements du local (sol, fauteuil, etc.) ;
  • éliminer les déchets selon la réglementation applicable à chaque produit.

 

Les clients à risque de la prothésiste ongulaire

Comme nous l'avons déjà abordé, le stylisme ongulaire peut engendrer diverses complications : déformation de l'ongle, moisissures, douleurs, fragilisation de l'ongle ou encore mycoses et infections. C'est pour cette raison que la prothésiste ongulaire en auto-entreprise doit se renseigner sur ses clientes et refuser les profils à risque, et ce, en posant des questions sur leur âge, leurs allergies, leur médication ainsi que sur leur état de santé. Dans l’idéal, les profils suivants devront être refusés :

  • les personnes de moins de 16 ans, dans la mesure où le risque de déformation est plus important en raison d'ongles pas encore totalement matures ;
  • les clientes allergiques aux produits utilisés (gel, résine, colle, etc.) ;
  • les personnes suivant certains traitements antibiotiques prolongés (diabète, stéroïdes, etc.) ;
  • les clientes présentant des maladies de l'ongle, telle qu'une mycose, afin d'éviter le risque de contamination ;
  • certaines personnes fragiles, comme les femmes enceintes de plus de 7 mois ou celles qui vont subir une intervention chirurgicale ;
  • les personnes dont le métier ne se prête pas au port de faux-ongles (professions médicales, restauration, etc.).

 

Les assurances de la prothésiste ongulaire indépendante

En théorie, aucune assurance n’est nécessaire pour créer une auto-entreprise de stylisme ongulaire. Dans la pratique, un certain nombre de garanties peuvent néanmoins être judicieuses afin de mieux protéger votre activité.

  • La RC Pro : l’assurance de responsabilité civile professionnelle vous couvre si vous causez des dommages matériels ou physiques à vos clientes ou à tout autre tiers. Elle est donc très utile puisque la pose d’ongle n’est pas une activité sans danger.
  • La protection juridique : déformation de l’ongle, mycose, infection… autant de situations qui peuvent pousser l’une de vos clientes à entamer des procédures à votre encontre. Avec l’assurance de protection juridique, vous bénéficiez de conseils pour faire face à la situation. De plus, vos frais judiciaires (honoraires d’avocat, frais d’expertise, etc.) sont généralement pris en charge.
  • L’assurance auto : dans le cas d’une activité itinérante, au domicile de vos clientes par exemple, vous utiliserez généralement votre véhicule personnel à des fins professionnelles. Vous devez donc en informer votre assureur afin qu’il adapte votre contrat ou vous propose une nouvelle assurance automobile.
  • La multirisque professionnelle : si vous disposez d’un institut de beauté, vous devez obligatoirement le couvrir contre différents sinistres, tels que l'incendie et le dégât des eaux. À ce titre, une assurance multirisque professionnelle est indispensable.

 

La demande de carte d’artisan ambulant

Si vous exercez votre activité ailleurs que dans votre commune de domiciliation, vous serez considérée comme un artisan auto-entrepreneur ambulant. Ce sera notamment le cas si vous vous déplacez chez vos clientes. À ce titre, vous avez l'obligation de demander une carte d'artisan ambulant à votre CMA (Chambre de métiers et de l'artisanat). D'une durée de validité de 4 ans, elle est délivrée sous 30 jours au maximum et coûte 30 €. Pour l'obtenir, vous devrez notamment remplir le Cerfa 14022 de déclaration préalable pour l'exercice d'une activité commerciale ou artisanale ambulante et fournir différents justificatifs (pièce d'identité, extrait d'immatriculation au Répertoire des métiers, etc.).

 

L’achat du matériel de stylisme ongulaire

Avant de débuter son activité en auto-entreprise, la prothésiste ongulaire doit également faire l’acquisition du matériel nécessaire. Dans le cas d’une intervention au domicile de vos clientes ou de manière itinérante, vous aurez notamment besoin :

  • des instruments indispensables (pinceaux, tampons, repousses-cuticules, limes, pinces, ramolisseur de capsules, etc.) ;
  • des matières premières (gels, résines, eau émolliente, huile, dissolvant, vernis, chablons, etc.) ;
  • d'une lampe UV pour faire sécher le gel ;
  • d’un bloc polissoir.

 

La vente de produits ongulaires

En tant que prothésiste ongulaire indépendante, vous avez tout à fait le droit de vendre des produits à vos clientes : vernis, limes, huile, etc. Dans ce cas, votre activité sera considérée comme mixte : à la fois artisanale et commerciale. Si vous faites ce choix, vous serez soumise à certaines particularités :

  • vous devrez vous immatriculer au Registre du commerce et des sociétés (RCS) ;
  • votre plafond de chiffre d'affaires global sera de 176 200 € ;
  • votre taux de cotisations sociales sera de 12,8 % pour la revente de produits.

 

Les règles de l’auto-entreprise pour la prothésiste ongulaire

Bien que le statut d’auto-entrepreneur offre un cadre réglementaire simplifié, la styliste ongulaire indépendante doit malgré tout se plier à un certain nombre de règles.

  • Déclarez votre auto-entreprise : avant de proposer vos services de prothésiste ongulaire, vous devez obligatoirement créer votre auto-entreprise en ligne. Cette démarche peut notamment être réalisée sur le site de l’URSSAF ou Guichet Entreprises.
  • Immatriculez-vous : le stylisme ongulaire étant une activité de nature artisanale, vous dépendez de la CMA et vous devez vous enregistrer au Répertoire des métiers (RM). Si vous revendez également des produits (limes, dissolvant, vernis, etc.), vous avez aussi l’obligation de vous immatriculer au RCS en passant par la CCI (Chambre de commerce et d’industrie).
  • Déclarez vos revenus : même si vous n’avez aucun revenu, vous devez déclarer votre chiffre d’affaires à l’URSSAF tous les mois ou tous les trimestres (selon votre option déclarative). Pour votre activité artisanale, votre plafond de chiffre d’affaires annuel est de 72 500 €. Il est de 176 200 € pour votre activité commerciale. De plus, le total de vos revenus mixtes est également limité à 176 200 €.
  • Payez vos cotisations sociales : comme toutes les activités artisanales, le chiffre d’affaires réalisé via le stylisme ongulaire est taxé à hauteur de 22 % au titre des cotisations sociales. Les revenus tirés de la revente de produits sont, quant à eux, taxés à hauteur de 12,8 %. Notez que si votre auto-entreprise est bénéficiaire de l’ACRE, ces taux sont divisés par 2 durant votre première année d’exercice.
  • Gérez votre comptabilité : en tant que prothésiste ongulaire en auto-entreprise, vous n’avez pas besoin de réaliser de bilan ou de compte de résultat. En revanche, vous devez tenir un livre des recettes et – si vous revendez des produits – un registre des achats. Notez également que vous devez ouvrir un compte bancaire pour votre auto-entreprise si votre chiffre d’affaires dépasse 10 000 € pendant 2 années de suite.

 

Nos conseils pour être styliste ongulaire indépendante

La création d’une auto-entreprise de stylisme ongulaire doit se faire selon certains principes afin de trouver plus facilement une clientèle et de développer votre activité. À ce titre, nous vous conseillons :

  • de suivre le SPI, Stage de préparation à l’installation, afin de vous former aux bases de l’entrepreneuriat ;
  • d’évaluer le coût de lancement de votre activité (matériel, véhicule, local, communication, etc.) afin de déterminer la viabilité et la rentabilité de votre projet ;
  • de préparer une étude de marché complète afin de déterminer le potentiel d'activité au sein de votre zone de chalandise, et ce, en fonction de plusieurs critères (concurrence, population, tarifs pratiqués, etc.) ;
  • de vous former afin d'actualiser vos compétences et de proposer des prestations complémentaires (manucure, modelage, etc.) ;
  • de proposer des services complémentaires, tels que des cours de stylisme ongulaire, des tutoriels en ligne, de la vente de produits, etc. ;
  • de soigner votre communication digitale, notamment en créant un profil sur les réseaux sociaux (Facebook ou Instagram), un compte Google My Business ou même un site Internet ;
  • de ne pas négliger votre visibilité locale, notamment en déposant des affiches au sein des commerces, en démarchant les salons de beauté ou en réalisant un marquage sur votre véhicule ;
  • de demander à vos clientes de vous laisser un commentaire, sur votre page Facebook ou sur votre profil Google My Business par exemple ;
  • de vous inscrire sur des plateformes de mise en relation afin de diversifier votre clientèle (Mon Beau Miroir, Wecasa, Service Beauté, etc.).

 

La prothésiste ongulaire auto-entrepreneur en bref

Vous souhaitez créer une auto-entreprise de stylisme ongulaire ? Avant de vous lancer, retrouvez toutes les informations à connaître sur la profession et le statut :

  • la profession n’étant pas réglementée, vous n’avez pas besoin de diplôme ;
  • vous n’avez pas le droit de réaliser de la manucure, sauf si vous disposez d’un CAP d’esthéticienne ;
  • vous devez respecter des règles d’hygiène pour éviter les complications ;
  • dans l’idéal, vous devez refuser certaines clientes à risque (enceinte, sous médicament, etc.) ;
  • une assurance RC Pro est conseillée pour être mieux protégée ;
  • vous dépendez de la Chambre de métiers de l’artisanat (CMA) ;
  • vous devez demander une carte d’artisan ambulant à la CMA ;
  • votre code APE est 96.02B - Soins de beauté ;
  • votre plafond de chiffre d’affaires est de 72 500 € ;
  • ce plafond est de 176 200 € pour une activité mixte (stylisme ongulaire et revente de produits) ;
  • votre taux de cotisations sociales est de 22 % (12,8 % pour la partie commerciale) ;
  • vous êtes imposée au titre des Bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ;
  • votre rémunération est comprise entre 30 et 60 €selon la nature de la prestation.


Inscrivez-vous sur Espace Auto-Entrepreneur afin de bénéficier de nombreux services facilitant la gestion de votre auto-entreprise de stylisme ongulaire. Sur notre plateforme, vous profitez notamment :

  • d’une inscription simplifiée au régime de l’auto-entreprise ;
  • d’une gestion comptable en ligne ;
  • d’un outil d’édition des factures et des devis ;
  • d’une interface pour suivre votre chiffre d’affaires.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes !

08 90 40 00 50

Du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Service à 3€/appel