Categories
Gérer mon business au quotidien

8 stratégies pratiques pour gérer aisément les obligations légales de votre micro-entreprise

Publié le 14/11/2023
8 stratégies pratiques pour gérer aisément les obligations légales de votre micro-entreprise

Malgré la simplicité du statut, les auto-entrepreneurs sont soumis à de nombreuses obligations légales, comptables et administratives. Quand le temps manque et que les tâches s’accumulent, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver. Voici 8 stratégies pratiques pour vous aider à gérer les obligations légales de votre micro-entreprise.

Quelles sont les obligations légales en micro-entreprise ?

Avant de commencer, voici un rappel de vos obligations légales en tant qu’auto-entrepreneur : 

Lire aussi : Statut d’auto-entrepreneur : le b.a.-ba

 

1. Utilisez un logiciel de gestion :

La première stratégie pour gérer au mieux les obligations de votre micro-entreprise au quotidien est d’opter pour un logiciel de gestion. De nombreux outils et applications sont conçus spécifiquement pour répondre aux besoins des micro-entrepreneurs, en centralisant une grande partie des tâches comptables et administratives. Ils peuvent notamment vous aider à suivre votre chiffre d'affaires, vos dépenses, à éditer vos factures, et à préparer vos prochaines déclarations. Certains logiciels proposent même des rappels pour ne pas oublier les échéances.

L’outil de comptabilité proposé par Espace Auto-Entrepreneur offre une large gamme de fonctionnalités pour gérer votre micro-entreprise efficacement : 

  • keyboard_double_arrow_right

    Édition et gestion de factures et devis conformes aux législations (avec relances en cas de retards de paiement) ;

  • keyboard_double_arrow_right

    Suivi de votre comptabilité ;

  • keyboard_double_arrow_right

    Déclaration de votre chiffre d’affaires et calcul de vos cotisations ;

  • keyboard_double_arrow_right

    Alertes en cas de dépassement des seuils.

2. Ouvrez un compte bancaire dédié à votre activité

Le statut de micro-entrepreneur vous oblige à ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité si vous générez plus de 10 000 € de chiffre d’affaires pendant deux années consécutives. Néanmoins, il est tout à fait possible, et même recommandé, d’anticiper l’ouverture d’un compte bancaire avant d’atteindre ce seuil.

Cette séparation entre votre compte professionnel et votre compte courant vous aidera à mieux gérer vos finances personnelles et votre comptabilité.
Vous pourrez ainsi utiliser le compte dédié à votre micro-entreprise pour :

  • keyboard_double_arrow_right

    Payer vos charges professionnelles, 

  • keyboard_double_arrow_right

    Vous verser une rémunération, 

  • keyboard_double_arrow_right

    Regrouper vos dépenses liées à votre activité, 

  • keyboard_double_arrow_right

    Vous constituer une trésorerie d’entreprise. 

Il existe de nombreuses banques en ligne spécialement dédiées aux auto-entrepreneurs. Mais au niveau de la loi, rien ne vous oblige à ouvrir un compte bancaire professionnel. En effet, il est tout à fait possible d’ouvrir un compte classique, tant que celui-ci est séparé de votre compte courant que vous utiliserez pour vos dépenses personnelles. 

Lire aussi : Le choix d’un compte bancaire pour l’auto-entrepreneur

3. Mettez en place un calendrier fiscal et social

La gestion du temps est une composante essentielle de la réussite d'une micro-entreprise. Avec toutes les obligations qui incombent à un auto-entrepreneur, il est facile de passer à côté des échéances importantes. 

La stratégie pour ne pas oublier des dates importantes est de mettre en place un calendrier fiscal et social. Notez dans un agenda papier ou numérique toutes les dates de déclarations de chiffre d’affaires et de paiement des cotisations, de déclaration d'impôts, etc. 

Consultez ce calendrier régulièrement et mettez en place des rappels automatiques pour éviter les majorations et pénalités de retard. En plus des déclarations de chiffre d’affaires et des paiements de cotisations, pensez également à inclure dans votre calendrier les dates de renouvellement d'assurances et les échéances de vos contrats professionnels.

Lire aussi : Le calendrier 2023 des auto-entrepreneurs

4. Conservez soigneusement tous vos documents

En tant qu’auto-entrepreneur, vous avez pour obligation de tenir un livre de recettes à jour (ou un registre des achats si vous êtes commerçant). Celui-ci doit contenir les informations de vos transactions ainsi que les références de vos factures. Pour rappel, chaque facture doit être éditée en 2 exemplaires (une pour vous, une pour le client) et conservée pendant une durée de 10 ans

Pour éviter d’être pénalisé en cas de contrôle fiscal, il est important de conserver soigneusement tous vos documents comptables. Pour cela, adoptez un système de classement fiable et efficace, qu'il soit papier ou numérique. Conservez toutes vos factures, reçus et autres pièces justificatives. La numérisation peut être une excellente solution pour éviter la perte de documents.

5. Suivez régulièrement l’évolution de votre CA

Si un micro-entrepreneur dépasse le plafond de chiffre d'affaires pendant deux années civiles consécutives, il perd automatiquement le bénéfice du régime de la micro-entreprise.

Pour anticiper ce dépassement, nous vous recommandons de suivre l’évolution de votre chiffre d'affaires, grâce à un tableau Excel ou un logiciel de comptabilité.

Assurez-vous également de connaître les plafonds actuels pour votre catégorie d'activité et vérifiez-les chaque année, car ils peuvent être réévalués.

En 2023, les plafonds de chiffre d’affaires en micro-entreprise, sont les suivants : 

  • keyboard_double_arrow_right

    188 700 € pour l’achat / vente de marchandises ainsi que les denrées à consommer sur place et les prestations d’hébergement ; 

  • keyboard_double_arrow_right

    77 700 € pour les prestations de service commerciales ou artisanales et les activités libérales.

Si vous utilisez un logiciel de comptabilité ou de gestion, configurez des alertes pour vous avertir lorsque vous atteignez, par exemple, 70%, 80% et 90% du plafond. Cela vous donnera le temps de prendre les mesures nécessaires, comme le choix d’un autre statut, par exemple.

Lire aussi : Le dépassement des plafonds de l’auto-entreprise

6. Préparez-vous à facturer la TVA 

Jusqu'à fin 2017, les micro-entreprises étaient systématiquement exemptées de TVA. Cependant, avec la hausse des plafonds de chiffre d'affaires, la franchise en base de TVA est uniquement accordée aux auto-entrepreneurs dont le chiffre d'affaires reste en dessous d'un certain montant.

Il est important de noter que le seuil d'exonération de TVA varie en fonction de l'activité exercée par l'auto-entrepreneur. Il existe deux seuils à prendre en compte :

  • keyboard_double_arrow_right

    Le seuil de base : Il correspond à 91 900 € pour les commerçants et à 36 800 € pour les professions libérales et artisanales. Si votre chiffre d'affaires se situe en dessous de ce montant, vous n'avez pas à facturer la TVA. Toutefois, si pendant deux ans consécutifs, votre chiffre d'affaires se situe entre ce seuil et le seuil suivant, la TVA doit être appliquée à partir du 1er janvier de la troisième année ;

  • keyboard_double_arrow_right

    Le seuil majoré : Il correspond à 101 000 € pour les commerçants et à 39 100 € pour les professions libérales et artisanales. Dépasser ce montant signifie que vous devez appliquer la TVA dès le premier jour du mois où le dépassement a eu lieu.

Si vous anticipez un dépassement des seuils de TVA ou si vous envisagez de changer de régime fiscal, familiarisez-vous à l'avance avec les obligations liées à la TVA : comment la facturer, comment la déclarer, etc.

Lire aussi : La déclaration et le paiement de la tva par l’auto-entrepreneur

7. Formez-vous

La gestion d'une auto-entreprise peut parfois nécessiter l’acquisition de certaines compétences. Si vous vous sentez perdu face aux obligations légales et administratives, se former en gestion d’entreprise est une excellente idée. 

Les CFE (Centre des Formalités des Entreprises) peuvent vous accompagner et vous assister dans les différentes démarches, grâce à des ateliers ou des formations spécifiques pour les micro-entrepreneurs. Il existe également de nombreuses formations en ligne qui peuvent vous aider à maîtriser le fonctionnement de la micro-entreprise. 

Lire aussi : Devenir auto-entrepreneur : comment se former pour réussir ?

8. Créez une routine administrative 

Une autre astuce pour gérer au mieux vos obligations légales est de mettre en place une routine administrative. Par exemple, consacrez une demi-journée par semaine pour mettre à jour votre comptabilité, vérifier vos factures et préparer vos déclarations. Cela évitera l’accumulation de tâches et réduira le risque d'oubli. C'est aussi l'occasion d'adopter une approche proactive : au lieu de réagir aux urgences à la dernière minute, vous anticipez les besoins futurs.

Grâce aux 8 stratégies énoncées, vous avez maintenant les clés pour gérer votre micro-entreprise avec assurance. En étant organisé, en utilisant les bons outils et en se tenant informé des règles comptables et administratives, il devient plus simple de remplir ses obligations et de se concentrer sur le cœur de son activité. Bon courage !

star star star star star
Très réactif et à l'écoute. Merci !

le 24/04/2024

star star star star star
Très satisfaite, je recommande à tous

le 23/08/2023

star star star star star
Logique, efficace, sans problèmes, tout est parfait. Un grand merci!

le 01/11/2023

star star star star star
Simple, ludique, efficace

le 24/04/2024

star star star star star
tres reactive et tres professionnel. je recommande

le 07/02/2024

chevron_right Espace Auto-Entrepreneur

/

Blog

/

8 stratégies pratiques pour gérer aisément les obligations légales de votre micro-entreprise