Categories
Les actualités du statut

Les femmes en auto-entreprise : une minorité active

Publié le 10/03/2023
Les femmes en auto-entreprise : une minorité active

Le 8 mars, c'était la Journée internationale des droits des femmes. Une journée pour défendre l'égalité entre les femmes et les hommes en matière d’accès à l’emploi, de revenus, de formation… mais aussi d’entrepreneuriat. L’occasion de faire le point sur la place des femmes en auto-entreprise : leur proportion parmi les créateurs d’activités, les professions qu’elles occupent ou encore les aides auxquelles les auto-entrepreneures ont accès.

 

Quelle est la place des femmes en auto-entreprise ?

Bien qu’elles soient minoritaires parmi les créateurs d’auto-entreprises, les femmes sont sur-représentées dans certains secteurs d’activités et affichent une plus grande viabilité économique à 5 ans.

 

keyboard_arrow_right4 créateurs d'entreprises individuelles sur 10 sont des femmes

Selon les derniers chiffres de l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), 724 900 entreprises individuelles ont été créées en 2021, dont 641 500 micro-entreprises. Or, toujours selon l’Insee, 41 % des créateurs d'entreprises individuelles étaient des femmes en 2021 (40 % sous le statut d’auto-entrepreneur). Ainsi, près de 300 000 femmes ont créé une entreprise individuelle en 2021, dont environ 257 000 sous le régime de l’auto-entreprise (1).

L'institut note toutefois que la proportion de femmes créatrices d'entreprises individuelles progresse peu depuis 2015. Preuve de cette évolution passée, elles représentaient 29 % des créateurs en 1987 et 33 % en 2000 (1).

Lire aussi : Les chiffres 2023 de l’auto-entreprise

 

keyboard_arrow_rightUne activité plus viable chez les femmes

Bien qu'elles soient sous-représentées parmi les créateurs d'entreprises individuelles, les femmes affichent une activité plus pérenne : 1 auto-entreprise sur 4 créée par une femme est toujours active économiquement 5 ans après sa création, contre 1 sur 5 lorsque le créateur est un homme. Autre élément intéressant, la pérennité de l’activité est également plus forte lorsque l’auto-entrepreneur est en couple, qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme (2).

Une viabilité que l’Insee explique notamment par un taux de démarrage effectif de l'activité plus important : 72 % des créatrices débutent réellement une activité, contre seulement 62 % pour les hommes (2). Un élément positif, d'autant plus que seules 52 % des auto-entreprises étaient économiquement actives au 2nd trimestre 2022 (3).

 

keyboard_arrow_rightUne sur-représentation dans les secteurs les plus pérennes

Si les femmes auto-entrepreneures affichent une activité plus viable, c’est aussi pour une autre raison : elles sont majoritaires dans les secteurs les plus pérennes. À titre d’exemple, elles représentent :

A contrario, les femmes sont sous-représentées dans les secteurs d’activités considérés comme « masculins ». Elles ne représentent que 2 % des effectifs dans la construction, 10 % dans les transports et l’entreposage et 26 % dans l’information et la communication (1).

Lire aussi : Les fiches métiers en auto-entreprise

 

keyboard_arrow_rightDes métiers « féminins » inaccessibles car réglementés

Un autre élément explique pourquoi les femmes ne représentent « que » 40 % des créateurs de micro-entreprise. Comme nous l’avons vu, elles sont davantage représentées dans le secteur de la santé humaine, mais aussi du juridique, regroupant de nombreux métiers réglementés.

Or, la plupart de ces professions réglementées sont inéligibles au statut d’auto-entrepreneur. Les infirmières, avocates, médecins et autres masseuses-kinésithérapeutes ne peuvent donc pas lancer leur activité libérale en auto-entreprise.

Lire aussi : Les activités interdites en auto-entreprise

 

keyboard_arrow_rightLe besoin de créer leur emploi

Toutes formes juridiques confondues, les créatrices d'entreprises sont plus diplômées que leurs homologues masculins (4). Malgré tout, leur principale motivation est d'exercer leur profession et d'assurer leur propre emploi. Dans la région des Pays de la Loire par exemple, c'est le cas pour 74 % des femmes, contre seulement 66 % pour les hommes, ces derniers mettant davantage en avant le goût d'entreprendre (5).

De plus, elles affichent un budget initial plus faible : toujours dans cette même région, 41 % des créatrices disposent d'un budget inférieur à 4 000 € au démarrage, contre seulement 28 % chez les hommes (5). Cet écart de moyen est également valable pour les seules entreprises individuelles : elles sont 58 % à dépenser moins de 1 000 €, contre 51 % pour les hommes (4). Une raison qui explique pourquoi elles s'appuient davantage sur l'aide de leur entourage que leurs homologues masculins.

Lire aussi : Nos conseils pour développer votre auto-entreprise

 

Quelles aides pour les femmes auto-entrepreneures ?

En plus des aides ouvertes à tous les micro-entrepreneurs (Acre, Arce, Nacre, etc.), les femmes auto-entrepreneures ont accès à certains dispositifs spécifiques pour favoriser la création et le développement de leur activité.

  • keyboard_double_arrow_right
    La Garantie Égalité Femmes : proposé par le réseau France Active, ce dispositif vise à simplifier l'accès au crédit bancaire pour les femmes créatrices d'une activité. Sous certaines conditions, cette garantie permet de couvrir jusqu'à 80 % du montant d'un crédit bancaire dans la limite de 50 000 €.
  • keyboard_double_arrow_right
    Le prêt d’honneur Initiative France : accordé sans garantie personnelle, ni intérêts, ce prêt permet aux entrepreneures et auto-entrepreneures de renforcer leurs fonds propres, facilitant ainsi l'accès à des prêts bancaires plus importants. Son montant s'élève en général entre 3 000 et 50 000 €, avec une moyenne aux alentours de 9 700 € (6).
  • keyboard_double_arrow_right
    Le programme Wom'energy : proposé par le Réseau Entreprendre, ce programme vise à soutenir les dirigeantes d'entreprises pour le développement de leur activité. Pour cela, il comprend un accompagnement par des paires et un prêt d'honneur compris entre 15 000 et 50 000 €.
  • keyboard_double_arrow_right
    Les Plans d’action régionaux : depuis 2012, de nombreux dispositifs sont déployés localement afin de soutenir l'entrepreneuriat féminin. À ce jour, une vingtaine de régions proposent des plans d'actions concrets pour aider les femmes à créer leur entreprise, notamment en micro-entreprise.

Lire aussi : Toutes les aides pour les femmes auto-entrepreneures

 

D’ailleurs, auto-entrepreneure ou auto-entrepreneuse ?

L’entrepreneuriat au féminin, c’est aussi la bataille des mots. Mais en la matière, les premières concernées semblent encore être partagées. Si certaines emploient le terme « entrepreneuse » et son dérivé « auto-entrepreneuse » car cela permet de valoriser l’entrepreneuriat féminin, d’autres lui préfèrent « entrepreneure », plus discret à l’oral.

Pourtant, si l'on en croit les dictionnaires Larousse et Le Robert, seul le terme « entrepreneuse » existe. Une raison toute simple l'explique : les métiers dont le masculin finit par « eur » se déclinent en « euse » au féminin. De quoi mettre un terme au débat ? Pas si sûr car la réalité des usages est parfois plus importante que la grammaire.

Pour de nombreuses femmes, le féminin d'un mot masculin revêt parfois un double sens peu agréable. Carole-Anne Roland, créatrice du réseau GlowUp (anciennement Les Toulousaines Audacieuses), expliquait ainsi au journal Les Échos que le terme « entrepreneuse a davantage une connotation sexuelle ».

Pour sa part, Laurence Joly, co-fondatrice de Diag n'Grow, a opté pour l'autre option « quand je me dis entrepreneure, j'ai l'impression qu'on me traite de la même façon que mes homologues masculins. De plus, je me sens concernée quand quelqu'un parle des entrepreneurs de manière générale » (7). À chacune donc de faire son choix. Pour notre part, il est fait : ce sera auto-entrepreneure.

Sources :

(1) Essor des créations de sociétés et de micro-entrepreneurs en 2021 - Insee - 2022

(2) Le chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs immatriculés en 2014 croissait continûment avant la crise sanitaire - Insee – 2021

(3) Stat'ur conjoncture : Janvier 2023, n°357 - URSSAF – 2023

(4) Entrepreneuriat féminin : la parité avance à petits pas - Insee – 2021

(5) Les femmes représentent la moitié des actifs mais seulement trois créateurs d’entreprises sur dix - Insee - 2019

(6) Femmes entrepreneuses, quelles aides pour vous accompagner ? - Ministère de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique - 2022

(7) Entrepreneuse ou entrepreneure : de l'importance du féminin… - Les Échos Entrepreneurs - 2020

star star star star star
Logique, efficace, sans problèmes, tout est parfait. Un grand merci!

le 01/11/2023

star star star star star
Services adaptés aux besoins. Equipe professionnelle.

le 17/04/2024

star star star star star
Service impeccable. Je recommande.

le 18/10/2023

star star star star star
Rapidité, efficacité. Bravo, continuez ainsi. Bonne continuation.

le 06/09/2023

star star star star star
Très à l'écoute et rapide à répondre aux questions. Conseils pertinents et avisés. Merci pour le suivi de mon dossier

le 13/09/2023

chevron_right Espace Auto-Entrepreneur

/

Blog

/

Les femmes en auto-entreprise : une minorité active