Le régime fiscal et social de l’auto-entrepreneur

Dans le cadre de votre auto-entreprise, vous devez vous acquitter de cotisations fiscales et sociales, dont le montant dépend principalement de votre activité. Pour cela, il est néanmoins important de connaître les spécificités de l'auto entreprise, à l'image du versement libératoire et des cotisations dont vous êtes redevable.

Les cotisations fiscales et sociales de l’auto-entrepreneur

Les cotisations fiscales et sociales de l’auto-entrepreneur

Cotisations sociales, CFP ou encore CFE : découvrez toutes les cotisations fiscales et sociales de l’auto-entrepreneur.

Le versement libératoire pour l’auto-entrepreneur : quésaco ?

Le versement libératoire pour l’auto-entrepreneur : quésaco ?

Modifiant les modalités de calcul de l’impôt sur le revenu, le versement libératoire est intéressant pour les auto-entrepreneurs ayant des revenus élevés. Explications.

Auto-entreprise : les différences entre les BIC et les BNC

Auto-entreprise : les différences entre les BIC et les BNC

BIC ou BNC ? Une question que la plupart des auto-entrepreneurs se sont déjà posée. Pour ne plus vous tromper, découvrez quelles activités sont rattachées aux BIC et aux BNC.

Auto-entrepreneur et Cotisation foncière des entreprises : ce qu’il faut savoir

Auto-entrepreneur et Cotisation foncière des entreprises : ce qu’il faut savoir

La CFE est une taxe dont le montant est défini selon la valeur locative des locaux professionnels de l’auto-entreprise. Néanmoins, les auto-entrepreneurs peuvent être exonérés de CFE.

L’imposition des auto-entrepreneurs en bref

L’imposition des auto-entrepreneurs en bref

L’auto-entrepreneur n’est pas soumis aux mêmes règles d’imposition que les salariés. Découvrez toutes les particularités de votre impôt sur le revenu.

Les règles fiscales et sociales de l'auto-entreprise

La fiscalité applicable à l’auto-entrepreneur, tout comme son régime fiscal, connaissent de nombreuses particularités. Cotisations, imposition ou encore taxes : découvrez l’essentiel à connaître.

 

Les cotisations de l'auto entrepreneur

D'un point de vue fiscal et social, le régime de la micro-entreprise répond à des règles qui lui sont propres, aussi bien en ce qui concerne les cotisations que le calcul de la retraite par exemple.

  • La contribution sociale : vous devez vous acquitter de cotisations sociales, calculées sur votre chiffre d'affaires et dont le taux dépend de la nature de votre activité (12,8 ou 22 %).
  • L'ACRE : durant votre première année d'activité, l'Aide à la création ou à la reprise d'une entreprise vous permet de diviser par 2 votre taux de cotisations sociales, à condition d'en faire la demande et d'y être éligible.
  • La retraite : pour valider vos trimestres, vous devez réaliser un chiffre d'affaires minimal, dont le montant dépend de la nature de votre activité.
  • Les autres taxes : vous êtes susceptible de devoir vous acquitter de la CFP (Contribution à la formation professionnelle), de la CFE (Cotisation foncière des entreprises) ou encore de la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée).

 

L’imposition de l’auto-entreprise

En tant qu'auto entrepreneur, vous profitez d'un abattement forfaitaire sur votre chiffre d'affaires, dont le taux dépend de votre activité (34, 50 ou 71 %). Cet abattement est automatiquement appliqué par l’administration fiscale au moment du calcul de votre impôt sur le revenu. Contrairement aux salariés, vous ne profitez donc pas d'un abattement automatique de 10 %, ni de la possibilité de déduire vos charges réelles.

Autre particularité : le régime fiscal de l’auto-entreprise vous permet d’opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu. Grâce à cette option, accessible sous conditions, les micro entreprises peuvent payer leur chiffre d’affaires tout au long de l’année. Selon la nature de votre activité, vous serez ainsi imposé à hauteur de 1, 1,7 ou 2,2 % de votre chiffre d'affaires au titre de votre impôt sur le revenu.

Vous avez besoin d'aide ?
Contactez nos spécialistes

08 90 40 00 50
Du Lundi au Vendredi de 9h à 18h